Bilan Anime Été 2016

Il est là, il est tout chaud, c’est l’article Bilan !!!

Je rappelle que chaque rédacteur et rédactrice a rendu son avis sans avoir lu/vu ceux des autres, donc toute cohérence entre les avis est fortuite !

N’oubliez pas de voter pour vos animes préférés de la saison en fin d‘article ❤

91 Days

91days12 épisodes

😀 Lÿnou : On est plongés dans la mafia italienne comme jamais aucun anime ne l’avait fait avant, c’est-à-dire sans exagération que ce soit au niveau du chara-design des personnages ou au niveau de l’action qui n’est jamais surjouée ni irréaliste. Le contre-coup c’est que la priorité est donnée à l’intrigue et le rythme est assez lent mais perso j’aime bien, et je fangirl tellement sur le doubleur d’Avilio qui est extrêmement juste dans son rôle que tout avis objectif m’est impossible ♥ L’épisode final est génial.
😀 Nyushou : Un petit bijou très original de cette saison. L’histoire est sombre (mafia oblige) et ça colle parfaitement à l’ambiance présente dans cet anime (décors, personnages, …). Je trouve la réalisation très soignée et maîtrisée, c’est vraiment un plaisir à regarder. Les musiques collent parfaitement et qu’est-ce que j’aime l’op ! Un anime à découvrir si ce n’est pas déjà fait mais attention certaines scènes ou dialogues peuvent être choquants pour le jeune public.
Shirachiyo : ANNONCE À CEUX QUI NE SAVENT PAS QUOI REGARDER CETTE SAISON ET CHERCHENT ICI UNE IDÉE : faites-moi confiance et jetez un œil à celui-là. De l’ambiance au développement des personnages, tout est parfait. L’histoire est très bien foutue et je pense que même regarder ça en une fois sera bien plus plaisant qu’un épisode par semaine.
🙂 Babiwan : Cette histoire de mafieux prend aux tripes. Ici pas de super pouvoirs de shonen, une pure histoire de vengeance bien dure, dans un monde qui l’est tout autant. On suit avec attention l’aventure d’Avilio dans sa quête de destruction… Prenant, triste, plein d’émotions, de trahisons et de contradictions… Une oeuvre qui reflète bien l’humain à travers la mafia. A regarder.

Amaama To Inazuma

amaama12 épisodes

Lÿnou : Une merveille cet anime qui réchauffe le coeur. Si vous aimez la nourriture mais que vous préférez un anime où les gens sont habillés (genre pas comme dans Food Wars) c’est pour vous. C’est l’histoire d’un père qui élève seul sa fille mais n’est pas doué en cuisine, il va se faire aider par une jeune fille dont la mère est restauratrice, sauf qu’il se trouve que cette jeune fille est…son élève au lycée !
😛 Elearya : L’anime le plus kawaii qu’il m’ait été donné de voir. Jam Belios me l’avait recommandé et je l’en remercie. Dans la lignée de Food Wars, cet anime culinaire reprend les bases de la cuisine japonaise. Je me suis tout de suite identifiée aux personnages. Comme Tsumugi j’adore manger (Mangeeeeeeeer ! Grrrrr… ><) mais comme son père je suis horriblement nulle. A travers cet anime drôle, joyeux et adorablement mignon, on apprend à cuisiner des recettes basiques au rythme des chansons miracles d’une fillette de 4 ans. Itadakimasuuuuuu !!!
😀 Jam Belios : Je conseille vivement de voir, ayant bien accrocher le manga j’attendais avec impatience l’anime. Mélangeant tranche de vie et série culinaire, l’anime a son lot de personnages attrayants et d’émotions, on s’attache vite à Tsumugi par son innocence et la gaieté qui en rayonne mais aussi à son papa Kouhei qui fait tout son possible pour sa fille ou Kotori pour son amour de la nourriture, voir Yagi pour sa nonchalance. La série souffle sur cette saison un vent pétillant de vie et je pense qu’elle en plaira à plus d’un ;).

Amanchu!

amanchu

12 épisodes

🙂 Jam Belios : Amanchu est une série vraiment calme et qui pose un rythme plaisant ce qui fait qu’elle se laisse mater sans trop d’effort, c’est le deuxième animée tranche de vie que j’ai suivi pendant cette saison pour deux raisons : la première étant que je connaissais déjà le manga, qui m’avait bien plu. La deuxième raison qui n’est pas très différente de la première et je connaissais également les deux premières séries de AMANO Kozue: Aria et Aqua ce que je peux dire c’est que l’auteur aime VRAIMENT les robes (et moi aussi d’ailleurs).

Arslan Senki: Fuujin Ranbu

arslan2

8 épisodes

😀 Lÿnou : Superbe saison 2, des rebondissements à chaque épisode et un final à couper le souffle quel dommage que c’était si court (8 épisodes), elle est où la suite ???!!!
🙂 Rikyz : Une saison très courte qui est “le calme avant la tempête » dans l’oeuvre. Arslan paraît un peu plus confiant dans ses décisions et batailles, ce qui change du petit prince indécis de la 1ère saison. Level up ! +10 en charisme. Pour ses compagnons, nous les retrouvons TOUS (if you know who is missing). Et on en apprend plus, comme cet Excalibur du royaume (je vous jure c’est pas un spoil D: ). Vivement la 3e saison pour la « tempête » !

B-Project: Kodou*Ambitious

bpro

12 épisodes

😮 Lÿnou : Hybride entre le harem inversé et le shounen-ai-non-assumé-fan-service-fujoshi. J’ai été agréablement surprise, l’héroïne prend de bonnes initiatives, reste professionnelle et effacée (parfois trop ?) et malgré le nombre important de personnage l’anime réussi à les rendre tous attachants ou intéressants. Ce n’est pas l’anime de l’année, mais c’était divertissant. L’animation et les couleurs sont belles et les musiques sont vraiment sympas !
🙄 Elearya : Un groupe de Boy’s Band Banal, comme on en trouve au Japon. C’est pas faramineux comme anime, mais j’ai pris plaisir à le regarder pour 3 raisons :
      Un harem de garçons beaux, chanteurs et marrants
      Une fille pour une fois utile, dégourdie qui ne reste pas planter comme une cruche tout au long de l’anime
      Du fan service pour fujoshi tellement frustrant que t’as envie d’insulter le PC.
😉 Gaby : Encore un anime d’idol ! *danse de la joie* Avec plein de fan service dedans~ Et de bonnes musiques à ajouter au mp3 :3 Mais je suis choquée… c’est quoi ce retournement de situation à la fin ?! C’était un peu rapide quand même, ça aurait pu être mieux fait je pense x)

Battery

battery

11 épisodes

😐 Shirachiyo : C’est un anime que j’attendais beaucoup mais au final il m’a un peu laissé sur ma faim. Alors c’est vrai, pour un anime de sport, c’est assez rafraîchissant ce type de dynamique entre le protagoniste et ses coéquipiers (et surtout son binôme). Mais au final, du début à la fin, qu’est ce qui s’est passé ? On a juste eu le temps de découvrir les personnages et c’est tout. Après je conçois qu’en 11 épisodes ce soit difficile m’enfin…

Berserk (2016)

berserk

12 épisodes

🙂 😥 Nyushou : Malgré mon amour pour cette série et au final un synopsis qui est relativement fidèle au manga, je regrette fortement la mauvaise réalisation (foutue 3D qui vient tout pourrir). L’esprit Berserk est là (surtout quand Guts utilise son épée et trucide tout sur son passage) et les musiques aussi, mais la mauvaise réalisation (graphismes et rythme des épisodes) nuit véritablement à l’anime dans sa globalité. Les derniers épisodes sont un peu mieux, à voir pour la suite en 2017. Je suis déçue mais quand même contente d’avoir vu autre chose que l’avant éclipse ! Et puis l’op est bien sympa.
🙂 Rikyz : Sans surprise, le super point négatif concerne le graphisme en 3D. Cependant, j’ai réussi à tout regarder car je m’y suis habitué. Je n’ai suivi que la série de 1998 et seuls les grands fans vous diront ce qu’il manquait (Touky I see you). On retrouve cette ambiance médiévale grâce aux OST, batailles, bruits d’épée qui encouragent les sceptiques à continuer. On verra ce que vaut la suite.
😐 Babiwan : Je ne sais pas trop quoi en penser. D’un côté il y a un vrai travail sur l’ambiance sonore, les OST, les dialogues, ça retranscrit vraiment bien le style Berserk. D’un autre, franchement, la CGI et l’animation, bien qu’ayant leurs heures de gloire font souvent office de « boulets » qui plombent le tout. Le pire c’est le croisement 2D / 3D qui souligne encore plus les défauts. Néanmoins c’est plutôt bien fait, et vers les derniers épisodes, on a le sentiment d’une amélioration. Je ne sais pas pour la saison prochaine, mais pour le moment l’expérience reste en demi-teinte, et c’est bien dommage…

Binan Koukou Chikyuu Boueibu Love! Love!

binan2

12 épisodes

Lÿnou : Saison 2 de l’anime “magical boy”. Pour ceux qui se souviennent, j’avais trouvé la 1ere saison sympathique mais sans plus et je dois dire que cette 2e saison m’a en tout point satisfaite ! Humour, gag, animation plus fluide, nouvelles transformations, nouveaux personnages accrocheurs (des jumeaux ! huhuhu) et histoire pas répétitive. Il n’y avait franchement rien à jeter !

Cheer Danshi!!

cheer

12 épisodes

🙂 Lÿnou : Petit anime sympathique sur des garçons qui ont décidé de monter leur propre équipe de cheerleading. C’était pas l’anime de l’année, mais l’animation est agréable et fluide pendant les scènes d’acrobaties et les garçons sont tous attachants à leur manière (sauf un qui est relou à trop faire son sérieux).
🙂 Elearya : Le dernier anime sport que j’ai regardé était Prince of Stride : Alternative. Il m’avait complètement déçu par rapport à « Haikyuu !! » ou Kuroko no Basket. Mais Cheer Danshi remonte la barre ! Un groupe de Pom Pom Boy beaux gosses et cascadeurs qui décident de créer un équipe entièrement masculine et qui se lancent dans un tournoi national, ce n’est pas vraiment commun … et j’adore ça. Ils s’entraînent comme des dingues malgré les moqueries des autres équipes qui ne cessent de les rabaisser. Les Breakers ont décidé de tout casser et feront tout pour y arriver.
🙂 Gaby : Hum… Des gars qui font une équipe de cheerleading masculine ? J’approuve à 200 % ! Dans l’ensemble c’est un bon anime de sport, avec quelques personnages clichés mais agréable à regarder (Je reste néanmoins marquée par le gros fail de l’épisode 12… 😂). Il y a peut-être un peu trop de personnages, qu’on a du mal à identifier… C’est dommage… par contre, j’ai pas compris la fin du dernier épisode… Ils ont gagné ou pas ? (Ce n’est pas très clair…)

D.Gray-Man Hallow

dgrayhallow

13 épisodes

😦 Elearya : Saison 2 beaucoup moins bien réussie que la première, je ne vous le cache pas. Beaucoup ont revu les 103 épisodes de la saison 1 mais la flemme. Ça commençait très bien. Mais elle reste beaucoup trop courte et pas assez développée dans le contenu. On aurait pu en apprendre plus sur le 14ème qui hante Allen mais on reste sur notre faim. Pas de combats épiques. La lutte entre Allen et Karma reste correcte mais sans plus. Même les Noah beaucoup plus mis en avant restent très en retrait. Points positifs : Les graphismes, notamment ceux des Noah et on en apprend un peu plus sur Kanda et Karma. Bref. Restez sur le manga.
😀 Shirachiyo : Outre le temps d’adaptation aux nouveaux seiyuu et chara design, j’ai passé un super moment devant cet anime. La saison est plus intense et avec un rythme beaucoup plus rapide que la première. J’avoue avoir lâché ma petite larme pendant l’arc de Kanda. Aaah et cet opening ! Et cette fin !! A quand la saison 3 ??!

Days

days

13 sur 24 épisodes

🙂 Lÿnou : Je…J’ai pas trop compris pourquoi j’ai continué à regarder je l’ai fait ! L’histoire et les personnages sont sympathiques mais clichés et l’histoire n’apporte rien de plus au genre, aucune nouveauté ni originalité. Mais bon, ça fonctionne donc on se laisse porter par le récit sans trop réfléchir. J’aime bien pas réfléchir aussi.
😐 Meepow : Je l’ai suivi du début à la fin mais à vrai dire je suis un peu déçu par DAYS. Je pense que c’est à cause de son côté trop « nekketsu » avec ce héros bouc émissaire qui, du jour au lendemain, se lance dans le foot car il s’est fait un ami. Jusque là rien de mal, mais c’est un peu chiant de le voir morfler h24, galérer, et malgré tous les événements qu’il se passe conserver toujours son air niais. Le pauvre garçon ne comprend rien à rien et est totalement perdu dans cet environnement qu’est le sport.

Fukigen Na Mononokean

fukigen

13 épisodes

🙂 Nyushou : Un anime sympa à regarder sur les Yokai mais assez classique dans le genre. Les musiques et graphismes sont agréables à regarder et l’ensemble se laisse regarder sans prise de tête. Un petit anime qui fait du bien le soir après une journée de boulot bien crevante.
Gaby : Il est tout chou cet anime et les dessins (surtout les couleurs dans le monde des esprits) sont vraiment magnifiques *^* Je veux une Bouboule chez moi, c’est tellement fluffy Je reste tout de même sur ma faim car on n’a pas eu toutes les réponses aux questions soulevées… Une saison 2 peut-être..? ^^

Handa-Kun

handa

12 épisodes

🙂 Lÿnou : Après un premier épisode peu convainquant j’ai finalement pas mal accroché à la vie remplie de quiproquos du pauvre Handa. Même si je suis un peu déçue que le scénario entier de la série se soit basée sur le même quiproquo (redondant à force) j’ai eu quand même pas mal de fous rires par moments !

Hatsukoi Monster

hatsukoi

12 épisodes

😆 Lÿnou : Une fois tous les deux ou trois ans, il y a ce shoujo…qui n’est pas un shoujo ! Mais plutôt une parodie de shoujo. On avait eu Gekkan Shoujo Nozaki-Kun, maintenant c’est au tour de Hatsukoi Monster avec l’héroïne que je trouvais au départ plutôt chelou car elle tombe amoureuse d’un écolier…puis finalement c’est elle la plus normale du groupe WTF !!!
🙂 Shirachiyo : Alors, j’avais très peur en lisant le synopsis mais j’regarde systématiquement tous les shojo de chaque saison alors j’ai pas vraiment réfléchi et je me suis lancée, et, étonnement… c’était pas si mal. C’est marrant parce qu’avec le dernier épisode d’Orange et de cet anime, j’avais l’impression que pour une fois, les filles avaient vachement plus de balls que leur copain. Et ça fait du bien de voir ça dans un shojo. Bon, sans compter le bulldozer qu’ils ont passé sur le 4e mur. Une parodie bien sympathique du genre, qui se laisse facilement regarder.

Hitori No Shita: The Outcast

outcast

12 épisodes

🙂 Lÿnou : Pour une première série animée du studio Haoliners, situé à Shanghai, j’ai trouvé ça pas trop mal. Comme le studio est encore tout jeune il y a beaucoup d’imperfections. L’animation est parfois raide MAIS les scènes de baston sont toujours au top (bien vu pour un anime d’action). L’histoire est parfois un peu cliché, mais l’univers est intéressant bien que sous-exploité, mais je pardonne tout car notre duo héros/héroïne est attachant !

Kono Bijutsu-Bu Ni Wa Mondai Ga Aru!

konobiju

12 épisodes

😀 Lÿnou : Très bel anime, coloré et qui donne la pêche. Nous suivons le quotidien déjanté des membres du club d’art du lycée et plus particulièrement de l’héroïne amoureuse d’un otaku hardcore qui ne pense qu’à dessiner la waifu parfaite et qui n’aime pas les filles en 3D (sérieux meuf, tu pouvais pas choisir plus facile et moins chelou ??? XD)

Masou Gakuen Hxh

masou

12 épisodes

😐 Meepow : Un début rigolo et bien fait qui annonce tout de suite la couleur de l’anime. Comme à chaque saison il en fallait un et le voici : le haremechentai des familles ! Entre Highschool DxD, Infinite Stratos et Saijaku Muhai no Bahamut nous avons Masochisme Gakuen Hentai x Hentai (c’est pas le vrai titre hein). Du ecchi pur et dur qui frôle (dépasse ?) la limite du hentai. Les scènes sont tellement gratuites (la censure aussi d’ailleurs) et les raisons tellement… boobvious ( ͡° ͜ʖ ͡°) J’ai quand même bien aimé (en même temps…) mais bon de là à bien « noter » peut-être pas hein.

Mob Psycho 100

mob

12 épisodes

Lÿnou : Quand j’ai vu que c’était le même auteur que One Punch Man, que j’avais trouvé bien mais sans plus, j’ai eu peur mais finalement j’ai apprécié qu’ici les personnages soient plus “humains” et attachants. L’animation est vraiment au top du level max, l’histoire prend le temps de s’installer avant de balancer la méga sauce et d’accélérer le rythme…et quel rythme wouahou !!! Meilleur anime d’action de la saison (mon avis).
🙂 Meepow : Au risque d’en choquer certains, j’ai du m’y prendre à plusieurs reprises pour regarder Mob Psycho 100. Je pensais retrouver la même hype que pour One Punch Man mais non. Est-ce à cause des dessins, du style de l’anime ou que ça soit des gosses cette fois-ci ? Je ne saurais le dire avec certitude. Attention l’anime reste très très bien ! C’est juste que je m’attendais à mieux avec le premier épisode et surtout avec tous les échos que j’ai pu avoir sur celui-ci.
😀 ❤ Hentai Sama : Mon coup de foudre de la saison (Et le seul manga que je suis vraiment. à ce jour.). Mob Psycho a le mérite de monter dans mon estime plus que One Punch Man. Sérieusement au début je croyais que c’était un manga sale et dégueulasse… Bah comme quoi faut pas juger un moine sur son habit ou un truc dans le genre. Bref, en 5 mots je le décrirais comme : Badass , Extraordinaire, Génial, Drôle, Woputinsamèreçaklaq !
Babiwan : Je m’attendais à du One-Punch Man like, surtout en voyant le début. Mais en fait pas du tout. Mob Psycho 100 a sa propre identité, avec une intrigue, un récit, et une pression bien plus importante que dans One Punch Man (surtout quand la machine commence à s’emballer, j’étais obligé de tout mater d’affilée carrément). Mob n’est pas à l’abri d’une faute, et lui comme la majorité des personnages ont des enjeux et des batailles à mener, contre eux-même, contre les autres, contre leurs complexes. L’action et l’animation sont au rendez-vous, ça pète, il y a des plot twists… Franchement ça gère ! A regarder sans condition 😉
🙂 Rikyz : 1ère chose que beaucoup vont dire c’est que le dessin est moche. Je suppose que cet anime sera sous-estimé cette saison, cependant n’oubliez pas que c’est de l’auteur de One Punch Man. L’histoire suit un jeune esper très puissant qui essaie de ne pas trop utiliser ses pouvoirs de peur de blesser son entourage, mais vous vous doutez bien que ce ne sera pas le cas (syndrome de l’ep 3). Qui dit esper, dit plusieurs espers? *préparation de la barrière anti-spoil* Je vous laisse juger par vous-même 😉

Nanatsu No Taizai: Seisen No Shirushi

nanatsu

4 épisodes

🙂 Shirachiyo : QUE 4 EPISODES ! Je suis persuadée que c’est ce qu’on a tous eu en tête en apprenant la nouvelle. M’enfin, une autre saison arrive alors vous inquiétez pas. Sinon, c’est dans la continuité de la saison 1, on a de l’humour, des combats badass, un peu de feels, bref, tout ce qu’il faut.

Nejimaki Seirei Senki: Tenkyou no Alderamin

Alderamin

13 épisodes

😀 Meepow : Un petit air de GATE (mais sans Rory) qui est drôlement bien foutu et vachement sanglant ! Sur le coup ça surprend, je m’attendais pas à ce que ça soit aussi « cash ». En même temps dans un univers de guerre… Gros bonus pour Ikta, le genre de héros que j’aime bien voir dans un anime : à la fois feignant, stratège, coureur de jupons et déterminé. Sans oublié miss badass Yatorishino qui affronte un bataillon à elle toute seule !

New Game!

newgam

12 épisodes

🙂 Hentai Sama : Je trouve que New Game a le mérite d’être bien noté même si tout le monde n’aime pas forcément rester devant son écran à regarder des filles parler pendant 20 minutes par épisode. Mais personnellement moi j’ai bien accroché, voir comment ça se passe à peu près dans une entreprise de jeu vidéo surtout du côté du character design et voir la progression de l’héroïne sur la création du jeu : Fairy Stories III.

😉 Jam Belios : Apres Bakuman et Shirobako, le studio Dogakobo nous invite à pénétrer le monde du jeu-vidéo avec Aoba Suzukaze, nouvelle character-designer du studio Eagle Jump. Ce n’est pas l’anime du moment mais il permet de découvrir une autre facette des jeux-vidéos : celui de leur conception et différentes étapes jusqu’à sa mise sur le marché. La série est parsemée de p’tits gags mais aussi de personnages auxquels on finit par s’attacher au fil des épisodes. Je ne sais pas vous, mais quand j’écoute l’ending j’peux pas m’empêcher entendre à un moment: « Avec un peu d’aïoli! D’aïoli! D’aïoli! D’aïoliiiiii! »… ok je sors.

Orange

orange

13 épisodes

😥 Lynou : Probablement l’anime le plus abouti de la saison sur les amitiés et amours au lycée, sa relation à l’autre, et les regrets. J’avais aimé le manga et je dois dire que l’adaptation animée est sublime, réalisation excellente, musiques magnifiques, couleurs, lumières tout est incroyablement bien maîtrisé. Même si l’histoire semble très noire et triste, c’est pourtant un anime positif et plein d’espoir !
🙂 Nyushou : Une histoire simple mais traitée d’un point de vue très intéressant, avec des graphismes soignés et une animation correcte voilà comment résumer Orange. Un joli anime. Mais toutefois je dois reconnaître que cet anime pose vraiment les fondements des relations humaines et de nos propres dualités, ce qui le rend intéressant car très mature au final.

Qualidea Code

qualideo

12 épisodes

😮 Meepow : Le P***** de mindf*ck ! * regarde le synopsis et les genres * Le P***** de mindf*ck ! Pour moi c’est la plus grosse surprise de la saison. Je ne sais pas si beaucoup d’autres l’ont vu mais en tout cas… WOW ! Même si l’animation et le chara-design risque de parfois faire pleurer quelques-uns, j’ai énormément apprécié cet anime et son délire post-apocalyptique. En plus de cet opening fourbe qui t’induit en erreur là… On dirait du Gakkou Gurashi mais versions ados avec de la magie et des armes * est pris de spasmes *

ReLIFE

relife

13 épisodes

🙂 Meepow : Un anime que j’ai particulièrement apprécié ! Un slice of life qui se démarque grâce à son intrigue et la qualité de ses personnages. J’ai adoré le début et la progression de certains protagonistes. Comédie, suspens, tensions et rivalités sont au rendez-vous et pour le plaisir de tous ! Par contre l’arc avec l’équipe de volley m’a laissé un goût amer et chiant. Néanmoins, un très bon finish pour remonter la pente !
🙂 Lÿnou : Très bon anime mais (il y a un “mais”) un peu trop “moralement correct” peut être ? Tout se passe toujours bien, pas de drame et malgré l’environnement il n’y a “comme par hasard” jamais de relation tabou vis à vis de l’âge…quel heureux hasard, comme c’est pratique :p
😀 Rikyz : J’avais presque oublié cet anime car les 13 épisodes sont sortis en 1 seule fois 😮 Un très bon anime de type slice of life avec un gars de 27 ans qui va revivre ses 17 ans pour une expérience au profit d’une entreprise de recherches. L’histoire se concentre beaucoup sur les sentiments et les relations entre le héros et son entourage, avec quelques révélations qui vous retourneront le cerveau. Et pour les plus curieux, le manga est en couleurs !

Rewrite

rewrite

13 épisodes

😐 Shirachiyo : Oui voilà alors. Disons que concrètement c’est difficile de se prononcer. Déjà parce que c’est Key, et qu’une saison 2 est à venir, juger juste la partie qui nous est donnée, ça serait comme se prononcer sur Clannad sans avoir vu l’After Story ou Little Busters sans Refrain…sans intérêt. En fait, pour le moment, j’peux juste dire que c’était drôle mais sans plus. J’ai pas joué au VN mais j’ai entendu dire qu’ils avaient pas rendu justice au contenu

Scared Rider Xechs

scared

12 épisodes

😦 Lÿnou : Prometteur sur le papier, c’est triste à dire mais c’était mauvais. Personnages ultra stéréotypés, pas attachant et sans aucun background ni développement. C’est censé être un anime d’action mais 90% du temps on est noyé dans les histoires quotidiennes ridicules et sans aucun intérêt. L’héroïne prometteuse aussi au départ est finalement reléguée à la place de la princesse à secourir. J’aurais dû drop cet anime sérieux…
😕 Gaby [drop 6] : Cet anime m’a vraiment déçue. Malgré un bel opening, l’histoire ne m’a pas convaincue. Pourtant au départ ça ne s’annonçait pas trop mal mais, au lieu de bien développer l’histoire, c’est parti en délire school-life/semi-idol (je ne déteste pas les anime d’idol, au contraire ! Mais là ça barre trop dans tous les sens). J’ai dropé parce que ça ne m’intéressait plus (Peut-être que je reprendrai un jour…)

Servamp

servamp

12 épisodes

🙂 Gaby : Niveaux clichés, cet anime touche des sommets, c’est un truc de fou x) Mais ça ne m’a pas empêché de l’apprécier~ (De plus mon esprit fujoshi est rassasié :3). J’espère la venue d’une saison 2 pour voir les dernier Servamp qu’on a juste entraperçus :3

Shokugeki No Souma: Ni No Sara

foodw

13 épisodes

Meepow : Trooooooooooooop coooooooooooouuuuuuuurrrrrrrrrrrt ! La torture d’avoir seulement 13 épisodes ! Déjà que la première saison avait fait un carnage, mais celle-ci encore plus ! Les personnages qui gagnent en maturité et nous surprennent de plus en plus… Hmmmmm c’est quand la suite ?! Meepow vous le Osomatsu !
😆 Nyushou : Itadakimasu ! Un pur régal cette deuxième saison, même si certains duels culinaires sont un peu expédiés. L’anime reste comique et très instructif sur la cuisine. Bon par contre je trouve que les passages où l’extase gustative qui mets à poils les juges ou autres c’est bofbof et un peu trop long dans cette deuxième saison. Un anime à dévorer mais à ne pas regarder avant de manger !
😀 Elearya : Un délice pour les ovaires et les testicules, les spermatozoïdes (ben oui les spermatozoïdes aussi ont le droit de s’amuser devant des filles qui ont un orgasme culinaire) et les papilles ! Cette saison, rivalités et compétitions sont au menu de Tootsuki, puisque se terminent les Élections d’Automne. Le Chef Elearya vous recommande donc ce Suprême de Nekketsu accompagné de sa sauce Pantsu aux petits oignons. Encore une fois, les studios JC Staff nous cuisinent une saison digne d’être dégustée devant un éclair au chocolat (Wait .. whut … ?). Petit bonus : La diffusion de l’anime suit à peu près la parution des tomes ce qui fait donc un rappel des chapitres précédents ! A votre service !
😀 Gaby : On démarre sur les chapeaux de roue avec la 2e saison de SnS ! On reprend en plein dans les élections d’automne et aucun temps mort n’est permis ! La continuité est respectée, l’animation est toujours là donc je n’ai rien à redire~
😀 Shirachiyo : Dans la continuation de la saison 1, avec de quoi nous faire saliver à chaque épisode et un esprit bien shonenesque pour nous mettre dans l’ambiance. J’suis trop contente qu’on ait vu Shinomiya (*en fangirl encore*)
😀 Rikyz : Saison courte et un peu rapide. Toutefois, les plats présentés nous donnent toujours de l’appétit ! Le scénario a bien été suivi, exceptée la pause avant la reprise du tournoi d’Automne qui n’a pas été adaptée, mais il n’y avait rien d’intéressant à voir de toute façon. En espérant que la 3e saison (s’il y en aura) sera plus longue car c’est là que les choses vont devenir sérieuses.

Taboo Tattoo

taboo

12 épisodes

Meepow : Aaaaah Taboobs Tattoo ! J’ai mis un coeur car le studio a, mine de rien, fait du beau boulot ! L’animation, les OST, l’opening, le chara-design, les combats de glyphes et mouvement de caméra sont tout simplement au top ! C’est tellement bon que ça surprend ! Même si le rythme est trop rapide, on a quasiment le même déroulement que dans le manga : et ça, ça n’a pas de prix !
😐 Nyushou : Une histoire qui aurait pu vraiment être intéressante mais l’ensemble est bâclé et trop rapide. Les sujets profonds évoqués sont à peine abordés et c’est vraiment dommage. Malgré un début intéressant, cet anime n’est pas convainquant et il y a trop de fan service, de personnages insupportables et de clichés à mon goût. Par contre la qualité de l’animation est à signaler.

Tales Of Zestiria The X

talesx

12 épisodes

Lÿnou : Ma belle surprise de la saison. Une très belle aventure fantasy comme on les aime, avec le héros vertueux qui doit combattre un mal mystérieux…ça peut paraître déjà-vu, certes, mais tout dans cet anime a un charme fou ! Personnages, animation, couleurs, histoire et c’est la hype dès l’opening, j’ai passé un super moment à le regarder !
😀 Meepow : Un premier épisode qui laisse sceptique pour mieux te surprendre par la suite ! Première fois que j’ose tester un Tales of et je ne suis absolument pas déçu. Le studio à fait un travail colossal, les séquences de combats sont justes époustouflantes ! Honnêtement pour moi, on dirait un mélange de Wakfu et d’autre chose.
😀 Nyushou : J’ai toujours aimé la série des Tales of, et celui-là est à la hauteur. Les graphismes sont justes merveilleux et l’animation sublime ! Nyaaa que j’aime regarder cette série ! Je ne peux pas m’empêcher de regarder l’op tellement il est vraiment bien fait ! Bon par contre la saison s’est arrêtée un peu comme ça, du coup on reste sur notre faim. L’histoire est classique mais semble intéressante puisque tirée de la légende du roi Arthur. J’attends la suite avec impatience. De même que pour Tales of Berseria, qu’on a pu suivre en début de saison.
🙂 Gaby : J’ai beaucoup aimé regarder cette série mais je reste toutefois sceptique quant au choix d’avoir inséré 2 épisodes de Tales of Berseria (qui a un très bel opening :3) en plein milieu pour ne plus revoir les personnages du reste de la série… Honnêtement, si Velvet Crowe (l’héroïne de Tales of Berseria) n’apparaissait pas dans le générique de Tales of Zestiria, j’aurai jamais fait le rapprochement… Une petite déception de ce côté-là donc car on n’en entend plus parler du tout du reste de la série.
😀 Jam Belios : Si vous n’avez pas encore regardé cette anime alors faite-le! Voici l’un des animes que j’attendais avec beaucoup d’impatience et bon sang je n’ai pas été déçu, l’intégration 3d est pas du tout dégueulasse, l’animation lors des combats est impeccable et le fond sonore met vraiment l’ambiance. Si certains se demandent quel rapport avec Tales of Berseria, les plus observateurs auront vite déjà le lien et il va sans dire que je bous d’excitation à l’idée de voir la seconde saison en 2017 !

Time Travel Shoujo: Mari Waka To 8-Nin No Kagakusha-Tachi

timetravel

12 épisodes

🙂 Jam Belios : Une excellente série avec un fond qui se veut éducatif puisqu’au fil des épisodes et des péripéties spatio-temporelles de Mari, on y apprend tout ce qui se rapporte au magnétisme et à l’électricité mais aussi comment les découvertes des siècles précédents ont modifié notre mode de vie. Time Travel Shoujo est une de ces séries qui se laissent facilement regarder sans trop se creuser la tête, idéale pour passer le temps ou à faire mater à votre petit frangin ou soeurette afin qu’il/elle regarde autre chose que les L**ins cr**ins (si seulement la série avait été doublé en français…).

Tsukiuta. The Animation

tsukiuta

13 épisodes

😀 Gaby : Un bon anime d’idol comme on les aime ! Malgré une micro déception au départ en voyant qu’on aurait le droit à uniquement 2 chansons de groupe (Qui sont géniales~), j’ai vraiment apprécié de suivre tous les épisodes (Sauf un que j’ai trouvé totalement inutile, qui a juste servi à une facilité scénaristique pour l’avant-dernier épisode). Un perso m’a touché, Yoru, représentant Septembre (mon mois de naissance yay~!) car je me suis retrouvée, autant du point de vue personnalité que sa relation avec You (Août). Et mon dieu, cette dernière chanson..! 😍

ENCORE EN COURS

Jojo No Kimyou Na Bouken: Diamond Wa Kudakenai

JoJodiamonunbreakable

29 sur 39 épisodes

Cliff Hanger : L’adaptation animé de Jojo : Stardust Crusaders avait mis la barre assez haute étant donné qu’il s’agit de la partie la plus connue du manga, aujourd’hui nous voici avec la quatrième histoire de la lignée Joestar badassement appelé Diamond is Unbreakable (DIU) ! Alors que dire de cette adaptation ? Premièrement l’histoire se déroule uniquement au Japon dans la ville de Morioh et a un enjeu moins dramatique. A la place l’anime est coloré remplis de tranche de vie, d’humour et de combat toujours prenant et stratégique. Cet arc de Jojo se renouvelle avec une histoire toujours aussi maîtrisée et des personnages remplis de personnalité. J’approuve !!
🙂 Babiwan : Diamond Wa Kudakenai se distingue des 3 premières saisons par son rythme plus calme (du moins en apparence), plus slice of life, plus posé. On sent que quelque chose de plus profond se cache sous l’eau qui dort, mais ça se réveille lentement. Cette ambiance de mal rampant au milieu de la jovialité et du quotidien va crescendo au fur et à mesure que l’on découvre la ville et les personnages. Bref, j’ai hâte de voir la suite, parce que là, franchement on a eu droit à un autre cliffhanger “putassier” (comme dirait un certain fossoyeur avec sa pelle), et une retombée de pression. D’ailleurs c’est une spécialité de cette saison : le Yoyo (Jojo ?) avec la pression d’un épisode à l’autre, voire dans un épisode. Ca donne parfois une fausse impression de lenteur, mais en fait, ça semble bien calculé ^^

Kuromukuro

kuromukuro

26 épisodes

😐 Lÿnou : Ce n’était pas mauvais mais ce n’était pas bon non plus. L’histoire varie entre quotidien d’adolescent banal et histoire sur-compliquée d’extraterrestres/décalage temporel/meccha dont l’intérêt n’est jamais mis en valeur. Aucune passion, aucune adrénaline, tout est linéaire et morne. Les personnages semblent être amorphes malgré les enjeux ou leurs sentiments amoureux, ya de quoi faire passionner pourtant !!! Y’a une saison 2 ? Bah sans moi, merci.

Kyoukai No Rinne 2

25 épisodes

🙂 Lÿnou : La continuation de la série mais je commence à en avoir marre là, c’est quand qu’elle avance l’histoire d’amour làààààà D:
😐 Nyushou : J’avais regardé la saison 1, donc j’ai regardé la saison 2. Mais comme pour la S1, je ne sais pas si j’aime ou j’aime pas cet anime. Les graphismes sont corrects, l’animation bien faite, les musiques sympas mais l’histoire n’est pas très passionnante malgré une tentative du staff d’y inclure une histoire d’amour… et puis c’est assez lent.

Macross Δ

macrossdelta

26 épisodes

Jam Belios : Étant un grand fan de la saga, on y trouve tout ce qui a fait le succès de la franchise à travers les générations: Des combats aériens et spatiales épiques, de la bonne musique (chansons du groupe Walküre), sans oublier le fameux triangle amoureux, signe distinctif de la saga, avec les chasseurs transformables Valkyries. Sachez qu’au cours de la série, un épisode vous fera un rapide cours d’histoire sur l’univers ! Si c’est pas génial ça?

Re: Zero Kara Hajimeru Isekai Seikatsu

rezerokara

25 épisodes

Meepow : « ♪ Oh ouiin haaaaaaaaaaan ! ♫ » * imite l’OST quand y’a du suspens * Inutile d’expliquer encore et encore ce qui fait de Rem: Zero un véritable succès pour le Meepow ! En REMsumé, je dirais juste : REM ❤ J’avais tout de même quelques doutes au début avec ce principe de retour au dernier checkpoint constant, mais c’est tellement bien fait que… REM J’ai encore le cerveau qui tREMble… Desu !
😀 Elearya : Elearya Romane-Conti … DESU ! Pour avoir commencé l’anime en cours de route, je peux vous assurer qu’il vaut vraiment le détour. Ne serait-ce que pour Rem … ❤ . SUBARASHIIIIII !!!! Franchement, ça a été ma claque de la saison. Rebondissement, combats, humour … Mon cerveau tremble…. *Se mange les doigts*. Un anime sur le retour dans le temps réussi pour les studios White Fox qui nous font tour à tour rêver (de la douce Rem…), rire (de la complicité de Pack et Béatrice) et désespérer (de la stupidité de Subaru, le héros le plus stupide des héros stupides de manga. Encore plus stupide quand il se la joue super-héros de Seinen Nekketsu). Venez donc vénérer la Sorcière Satela avec moi et comme dirait Meepow « Oh ouin han ! »…
😀 Rikyz : Just REMbember who is the best waifu ! ❤

Twin Stars Exorcists

twinstarexorcists

27 sur 50 épisodes

😀 Meepow : Je vais pas répéter la même chose que la fois précédente mais en tout cas ça fait TELLEMENT du bien de voir les épisodes qui se rapprochent de l’histoire d’origine (enfin !). Et puis c’est tellement mieux de voir Rokuro avec deux piges en plus et les cheveux longs ! À quand le Miko ?!
😐 Rikyz : Un peu dure de commenter quand on a lu le manga…Les passages qui suivent le scénario de base ont bien été adaptés, mais…il y a trop de HS. Et le fait de savoir qu’il y aura une cinquantaine d’épisodes ne me motive pas plus pour poursuivre (je suis à l’ep 25). 12-13 épisodes auraient suffit pour faire les 5 premiers tomes.

TV SHORT

Bananya

bananya

13 épisodes

🙂 Elearya : Une raison suffisante pour regarder cet anime ? : Un chat qui vit dans une banane.

Fudanshi Koukou Seikatsu

fudanshi

12 épisodes

😆 Lÿnou : A mourir de rire. Même si vous n’êtes pas fan de BL/yaoi n’importe qui peut regarder cet anime et bien rigoler. Ça aurait mérité amplement un format 20min !!!
😆 Elearya : Qui a eu l’idée d’adapter mon autobiographie dans le corps d’un beau gosse en anime ! Ce mec est mon portrait craché ! XD Un mec fan de Yaoi (Moi), qui rencontre une fille fan de Yaoi (Aline) et dont l’ami qui n’aime pas le Yaoi (Meepow) ne cessent de les regarder bizarrement ne sachant pas s’il doit être désespéré ou faire pareil qu’eux. Ces deux-là n’arrêtent pas de shipper leurs camarades (Touky et Hentai Sama), ce qui désespère encore plus le pote hétéro. Comble de l’humour : le mec fan de yaoi est hétéro ! XD Bref : Fujoshis, cet anime est pour vous !

Saiki Kusuo no Ψ Nan

saiki

72 sur 85 épisodes

😆 Lÿnou : Les aventures farfelues du plus grand détenteurs de pouvoirs psychique en tout genre au monde sauf que il n’aspire qu’à vivre une vie tranquille. Parodie du shounen action, sport, Love Com etc…c’est ZE série à se rouler de rire de la saison, bien plus que Hatsukoi Monster !!! (mon avis)
😀 Shirachiyo : Probablement un des meilleurs dans ce format. C’est du bon. Si vous voulez rire, j’pense qu’y’aura aucun problème. C’est tout dans l’exagération, en utilisant des personnages types et des situations qu’on retrouve souvent dans le slice of life de base pour complètement tourner le truc en dérision. Bon en gros j’paraphrase pour dire que c’est une très bonne parodie mais pas que !

Votez !

Comme à chaque fois, votez pour les animes que vous avez préféré cette saison
(Cliquez sur l’image)

votez12

Publicités

[Culture générale] Le Folklore japonais en Manga (2/2)

Bienvenue dans cette seconde partie de votre article « Le Folklore japonais en Manga » ! Vous n’êtes pas obligé d’avoir lu la première partie pour comprendre cet article, mais si ça vous intéresse rendez-vous ici !

2/Créatures du folklore japonais

Introduction : Kami et Yôkai, la différence ?

Kami

Extrait de Princesse Mononoke et extrait de Mon Voisin Totoro

« Kami » est le terme utilisé pour parler de « dieu ». Aussi bien le dieu unique de la religion chrétienne « Kami-sama » que l’infinité des différents dieux composant les croyances Shintô.

Lorsqu’il est utilisé en suffixe, le son de la lettre « k » tombe pour se prononcer « g » pour relier les mots, de la même façon qu’on dira en français « les zamis » pour « les amis ». Tout terme précédé de « gami » est ainsi déifié (met ton nom + gami = t’es un dieu. Bravo :p )
Exemple avec Shinigami (shinu = mourir) dieu de la mort. Dans le manga Noragami (Nora = vagabond, donc « dieu vagabond) où l’on entend les personnages appeler le héros « Yatogami » traduit par « dieu Yato ».
Le kanji de kami (神) peut également se lire Shin, couplé avec (道) la voie/le chemin, on obtient le : Shintô (神道) « la voie des dieux » ou « la voie des kami ».

Il n’y a pas de définition précise de ce qu’est un kami étant donné toutes les possibilités que l’on trouve au Japon. En revanche, chacun s’accorde à dire que tout ce qui peut être vénéré peut être considéré comme un kami.

Il n’est pas rare de croiser des arbres centenaires sacrés considérés comme une forme de kami ou de pont entre le monde des kamis et le monde réel. Dans Princesse Mononoke la forêt toute entière ainsi que ses habitants peuvent être considérés comme des kami. Sur la route, il n’est pas rare non plus de croiser des petits autels édifiés pour les kami du coin à l’instar de celui sous lequel se réfugient Satsuki et Mei dans Totoro (voir gif ci-dessus).

Yôkai

Extrait du Voyage de Chihiro

Le Yôkai (ou parfois Ayakashi ou Mononoke) également n’a pas de définition précise, mais tous s’accordent à dire qu’un yôkai est souvent synonyme de fantôme, démon et tout autre apparition mystérieuse et de mauvaise augure.

Il arrive souvent dans le manga que la différence entre Yôkai, supposément des êtres mauvais, et les kami, supposément des êtres de bonne augure, soit floue. Dans les histoires, il n’est pas rare de voir des kami déchus se transformer en Yôkai/Démon (Okkoto, le dieu sanglier de Princesse Mononoke), ou inversement, des Yôkai qui deviennent semblables à des kami (Tomoe de Kamisama Hajimemashita), ou même des humains se transformer en yôkai/démons/fantômes ou être déifiés (Tenji de Noragami était autrefois, selon la légende, un humain).

Une chose est certaine, kami et yôkai sont supposés vivre dans un monde à part, censé être invisible aux humains. Comme dans toute croyance folklorique, il est important de se rappeler que, dans un temps où la science n’avait pas autant progressé que de nos jours, ces histoires existaient afin d’expliquer l’inexplicable, elles sont notamment retranscrites dans le Kojiki un registre historique/folklorique que l’on peut comparer à notre Bible.



Extrait de Natsume Yuujinchou et Mushishi

Shigeru Mizuki, un des pères fondateurs du manga, a été baigné dans les histoires de Yôkai depuis sa tendre enfance par sa grand-mère (qu’il raconte d’ailleurs dans une semi-autobiographie mêlant fantastique avec la présence de Yôkai : NonnonBâ qui a remporté le prix du Meilleur Album au Festival de BD d’Angoulême 2007), il en résulta de lui plusieurs histoires d’horreurs. On lui doit également le Dictionnaire des Yôkai qui dénombre plus de 500 yôkai, et ils n’y sont certainement pas tous !

Hayao Miyazaki n’est pas en reste avec le splendide Voyage de Chihiro où les bains regroupent kami/yôkai, dont beaucoup seraient des inventions personnelles, et il en va de même pour Natsume Yujinchou, ou encore dans le sublime Mushishi.

La Parade des Cent Yôkai

Hyakki Yagyō par Kawanabe Kyōsai (1831 – 1889) et La Parade des Démons dans XXX Holic de CLAMP

Parmi les nombreuses légendes qui alimentent l’univers des Yôkai, une qui revient souvent est La Parade des Cent Yôkai (ou Hyakki Yagyō) qui aurait lieu une fois par an et qu’il ne faut sous aucun prétexte traverser sous peine de mourir ou de perdre son âme. La Parade est supposément dirigée par le Nurarihyon dont l’histoire a inspiré le manga Nurarihyon no Mago, mais on l’a retrouve également dans XXX Holic de CLAMP puis dans Pompoko des studio Ghibli.


Extrait de Nurarihyon no Mago et de Pompoko

Obake, Yûrei
Fantômes, apparitions et esprits


obake fantomes yuurei

Il y a un nombre important de fantômes, voici entre autre :
– le Rokurokubi(1) : ceux qui peuvent allonger leur cou,
– la Yuki Onna(2) : la femme qui apparaît dans les tempêtes de neige,
– la Okurichouchin(3) : la lanterne qui te raccompagne dans la nuit,
– le Nopperabô(4) : l’homme sans visage.

Dans tous les cas ces histoires ont toutes quelque chose en commun: une rencontre fortuite dans la forêt ou sur un chemin qui va plus ou moins (voire pas du tout) bien se finir.

Les apparitions dans la maison florissent dans les récits d’horreur (The Ring, The Grudge pour les plus connus). Mais encore une fois, tout n’est pas tout blanc ou tout noir, il n’est pas rare de voir un esprit hanter un protagoniste de façon bénéfique à l’instar de Saï Fujiwara dans Hikaru no Go (image ci-dessous).

1636

Tsukumogami : Les Yôkai-objet


Il est dit qu’à partir de 100 ans un objet peut avoir une volonté propre et vivre. Certains deviennent des yôkai mais pas d’inquiétude, il est d’usage courant de purifier les objets dans les temples.

youkai watch

  • Kasa-Obake (fantôme parapluie) de Rosario + Vampire.
  • Chōchinobake (fantôme lanterne) de Hoozuki no Reitetsu.
  • Bakezōri (fantôme sandale de paille) de Yôkai Watch.

Kitsune


393px-Prince_Hanzoku_terrorised_by_a_nine-_tailed_fox Le Prince Hanzoku terrifié par un renard à neuf queues (1798 – 1861)

Une des créatures les plus présentes dans le folklore manga : le renard ou « kitsune » en japonais, qui aurait le pouvoir de prendre forme humaine et posséderait divers pouvoirs magiques qu’il utilise pour tromper les humains. La couleur blanche est attribuée au kitsune et la légende raconte que plus il a de queues (jusqu’à 9), plus un kitsune est puissant.

Plusieurs contes relatent l’histoire de kitsune prenant la forme d’une femme pour épouser un humain, leurs enfants posséderaient des attributs de l’animal (voir aussi « Onmyouji » plus bas).

L’apparition de feu follet leur est parfois attribuée et il n’est pas rare de voir dans certains anime des kitsune posséder un pouvoir lié au feu. Redoutables créatures démoniaques elles peuvent par la suite devenir les meilleurs alliés de nos héros (Naruto, Kamisama Hajimemashita).

Il est également au centre d’une légende urbaine nommée le « Kokkuri-San » qui peut être comparé au « Ouija » en occident, où plusieurs caractères sont posés sur une feuille et les participants placent leur main sur une pièce qui se déplace seule. Il est dit que cela invoque un Kitsune, comme on peut en voir, entre autre, dans les anime « Gure Gure Kokkuri-san » , « Otome Youkai Zakuro » ou plus récemment dans l’épisode 7 de « Sakamoto desu ga? ».

Un temple shinto très populaire lui est consacré à Kyoto, le temple Fushimi Inari qui est d’ailleurs au centre d’une intrigue dans le manga Inari Kon Kon Koi Iroha.

pompoko-kitsune-12

  • Tomoe de Kamisama Hajimemashita (ou Divine Nanami en français), est le démon-renard charismatique reconverti en protecteur de dieu et de temple.
  • La protectrice de la famille dans Wagaya no Oinari-Sama est une kitsune.
  • La déesse Inari dans le manga Inari Kon Kon Koi Iroha se trouve être une fan de Otome Game maladroite qui pense bien faire en exauçant les vœux d’une lycéenne (mais en fait non…)
  • Shippo dans InuYasha est un jeune renard qui a des pouvoirs de transformation et d’illusion.
  • Dans Inu x Boku SS, un des protecteurs est un kitsune.
  • Dans Gingitsune, le protecteur du temple est un renard assez badaud et flemmard qui doit s’occuper d’une jeune Miko.
  • Kurama de Yuyu Hakusho sous sa forme « Yoko » est un kitsune.
  • Kogitsune dans Natsume Yujinchou, comme beaucoup d’autres yôkai, va s’attacher au héros.

Tanuki


Le Tanuki est un raton-laveur japonais, et c’est une de mes créatures préférées.

Il est connu pour sa personnalité hédoniste, flemmard, amoureux du saké (toujours une gourdine à saké à la main) et surtout pour ses testicules géantes parfois extensibles (c’est trop super cool !!! non ?). Cependant, loin d’être un symbole sexuel, les testicules (aussi appelé « Kintama » 金玉 en japonais littéralement « les boules d’or ») symbolisent plutôt la richesse et la prospérité.

  • Pompoko des Studio Ghibli est l’un des animes les plus fidèles à la représentation folklorique traditionnelle du Tanuki.
  • Uchouten Kazoku (Eccentric Family) raconte l’histoire d’une famille de Tanuki, sur cette image le grand frère protège son cadet qui ne maîtrise pas encore complètement ses pouvoirs de transformation (sa queue est visible).
  • Dans Kamisama Hajimemashita les hôtesses de charmes de l’établissement préféré de Tomoe sont des Tanuki.

Rivalité Kitsune/Tanuki

Souvent décrit comme étant un rival du Kitsune, il possède également de grands pouvoir de transformation et aime berner les humains, les histoires où ils s’affrontent abondent dans les mangas.

  • Dans le manga Naruto, le héros est possédé par un démon renard et affronte Gaara, qui lui est possédé par un démon Tanuki, ce dernier porte une jarre à saké géante qu’il porte dans le dos (mais qui contient du sable, hein, pas de l’alcool……….).
  • Dans Pompoko la vision qu’ont les Tanuki de l’avenir avec les humains tranche complètement de celle des Kitsune.
  • Dans Gure Gure Kokkuri San, tous les personnages sont rivaux entre eux, dont le fameux duo Kitsune/Tanuki.

Tengu


f08de6a82379609270df1b05d242e21d

Tantôt Kami tantôt Yôkai, le Tengu est un démon-oiseau de l’espèce du milan ou corbeau.
Les représentations du Tengu sont diverses, il peut avoir l’air complètement humain avec le nez très allongé (trait commun du Tengu), ou l’apparence d’un démon-animal ou un mélange des deux. Les traits les plus redondants sont le visage rouge, le nez long et les ailes sur le dos.

Il fût un temps peu apprécié par les adeptes du Bouddhisme qui le considérait comme un esprit vaniteux et malfaisant bernant les hommes et séduisant ou kidnappant les femmes. Cette mauvaise réputation s’étiola au fil des siècles pour faire du Tengu cet être très nuancé.

Le Tenguzōshi Emaki (1296) parodie les prêtres de haut rang en les affublant des traits de Tengu (image de droite ci-dessus), de ce fait le tengu est souvent représenté comme portant le costume de prêtre notamment celui des Yamabushi, prêtres des montagnes, et il possède comme accessoire un éventail magique qui invoque le vent.

tengu

  • La famille Kurama dans Kamisama Hajimemashita est composée de Tengu vivant reclus dans le Mont Kurama, sauf Shinjirô qui a préféré tout quitter pour faire carrière comme idole.
  • Dans Uchouten Kazoku, la sulfureuse Benten (en haut) se fait enlever par un Tengu (en bas, portant un masque de Tengu sur l’image et d’apparence humaine le reste du temps). Elle dévoile ses pouvoirs lors d’une magnifique scène et va, à un moment, manier un éventail magique.
  • L’héroïne du manga shoujo-smut Black Bird (attention les enfants, ce n’est pas pour vous, allez au lit !) se fait enlever/sauver par un Tengu.
  • Tengu Brunch de Toriko est (toi même tu sais !!!) un Tengu.

Sôjôbôsojobo1

Les esprits érudits Daitengu (grand tengu) ont même été listé par Inoue Enryou un philosophe japonais et spécialiste des religions où on y trouve le Daitengu du mont Kurama : Sôjôbô, dont le nom se traduit par « Haut prêtre Bouddhiste » est considéré comme une divinité mineure et parfois comme un maître d’art martial. Ce dernier fait de nombreuses apparitions dans le monde du manga et jeux vidéo, comme par exemple dans Hoozuki no Reitetsu ainsi que dans la saison 2 de Kamisama Hajimemashita.

Ôkami


Le Ôkami ou « loup » est souvent décrit comme des êtres à la personnalité noble, fière et empreinte de solitude.

Tout comme le kitsune et tanuki, il peut prendre forme humaine et est connu pour sa phénoménale capacité régénératrice. Considéré comme une divinité de la montagne et des grains, il était vénéré par les fermiers qui pensaient qu’ils protégeaient leurs champs des sangliers sauvages et des cerfs. Les fables sur les enfants élevés par des loups ne manquent pas.
Hélas, l’espèce qui a donné naissance à toutes ces histoires (Loup de Honshū ou Canis lupus hodophilax) a été officiellement déclarée éteinte en 1905 à cause de la chasse et du déboisement.

wolf-guy-ookami-no-monshou-732864

  • Dans Princesse Mononoke, les loups sont semblables à des kamis protégeant la forêt des hommes, ils recueillent et élèvent l’héroïne.
  • Dans Wolf Guy Ookami no Monshou (-18 /RETOURNEZ AU LIT LES ENFANTS/), le protagoniste principal peut se transformer en loup et se remet extrêmement vite de ses blessures.
  • Dans Spice & Wolf, la déesse du grain (blé) est une louve.
  • Dans Wolf’s Rain, Kiba est un loup qui prend l’apparence humaine.
  • Dans Les Enfants Loups Ame & Yuki, ces derniers peuvent se transformer en loup.

Bakeneko/Nekomata


bakeneko« Neko no Keiko » de Kuniyoshi Utagawa

Le Bakeneko est un esprit-chat pouvant parfois prendre forme humaine, parfois esprit fantôme, parfois yôkai. Ni bon ni mauvais, c’est un esprit très nuancé. Il est dit qu’un chat, une fois atteint un certain âge, voit sa queue se séparer en deux et devenir ainsi un yôkai appelé Nekomata qui peut être considéré comme un genre de bakeneko.

nekobake

  • L’anime Ayakashi: Japanese Classic Horror est composé de trois parties, la troisième présente un esprit vengeur : le Bakeneko.
  • Dans Otome Yôkai Zakuro, l’amour d’un maître pour son chat le changea en Nekomata.
  • Jibanyan de l’anime Yôkai Watch est un Nekomata.
  • Le démon Nibi de Naruto est un Nekomata.
  • Mentali de la saga Pokémon est inspiré du Nekomata (bien que ce soit censé être un pokémon chien MAIS BON, JAPOOOOON).

Usagi


Contrairement à beaucoup d’autres, le lapin ou Usagi a la réputation d’être plus proche des dieux que des humains. Dans le folklore japonais l’image du lapin est fondée sur deux mythes.

Rabbit_in_the_moon_standing_by_pot

1) Le lapin lunaire ou lapin de jade

Le premier est tiré de légendes qu’on retrouve dans toute l’Asie et même en Amérique (civilisation Aztèque).

Dans la version japonaise il est dit qu’un lapin s’est jeté de sa propre volonté dans un feu pour nourrir de son corps un vieil homme affamé. L’homme se révéla être un dieu qui récompensa l’acte du lapin en gravant son image sur la lune. Le lapin est représenté sur la lune comme battant un pilon pour faire de la pâte de riz à mochi (dessert sucré japonais), il est aussi raconté qu’il y a des lapins vivant sur la lune. Les « tâches » sur la lune sont vues comme étant un lapin qui pétrit son mochi, comme sur l’image ci-dessus (voir préparation du mochi en vidéo).

UsagiTsukino34
Le clin d’œil le plus connu de cette légende est celle donné dans Sailor Moon, le nom de l’héroïne dans la version originale est TSUKINO Usagi, « tsuki » signifie « lune » ; « no » définit la possession/l’appartenance et « usagi » signifie « lapin ».
Littéralement on traduit son nom par « Lapin de la lune » .
Hélas, intraduisible en français, on lui a donné le nom de « Bunny » qui signifie « lapin »……………..mais en anglais ! (teehee ♥).

2) Compagnon de Ôkuninushi

Une seconde légende (également présente en Inde, Sri Lanka et Indonésie), celle du lapin d’Inaba, raconte comment un lapin qui avait besoin de traverser un court d’eau, trompa un clan de requin dont l’un d’eux, fou de rage, lui arracha la peau. Écorché vif, le lapin croisa Ôkuninushi et ses frères, et leur demanda de l’aide. Plutôt que de l’aide, les frères lui dire de se baigner dans la mer puis de se sécher au vent, ce qui lui serait évidemment très douloureux. Ôkuninushi lui recommanda de se baigner dans une rivière puis de se rouler dans du pollen de quenouille. Cela eu l’effet de lui restaurer son pelage et révéla sa véritable forme : le lapin était un kami. Pour le récompenser il maria Ôkuninushi, qui était le plus jeune et inférieur de la famille, à une Princesse.

Dans une autre légende, le lapin blanc d’Inaba aida le groupe d’Amaterasu à trouver un lieu approprié pour ériger un palace temporaire lors de leur voyage.

vlcsnap-2016-01-23-08h11m54s511

Dans Kamisama Hajimemashita les assistants de Ôkukinushi sont tous des lapins.

Mizuchi


Souvent décrit comme un « esprit de l’eau », il a tantôt l’apparence d’un serpent, tantôt celle d’un dragon. On lui attribut parfois les mirages, les pluies ou les tempêtes.

mizuchi

  • Haku du film Le Voyage de Chihiro est un Mizuchi à l’apparence d’un dragon blanc/argenté.
  • Mizuki de Kamisama Hajimemashita est un Mizuchi à l’apparence d’un serpent blanc (sous sa forme yôkai).

Kappa


Le Kappa est un yôkai qui a parfois l’apparence d’une grenouille, parfois celle d’une tortue. Il a une bouche en forme de bec et a souvent un compartiment sur la tête où se trouve de l’eau, parfois il est chauve à cet endroit.

La légende raconte que le kappa emporte et noie les enfants, si l’on en croise un, il faut le saluer en se baissant très bas, le kappa étant toujours très poli va se baisser pour saluer en retour, l’eau contenue sur sa tête (qui lui est vitale) va alors tomber ce qui aura l’effet de le tuer.

De nos jours le kappa est souvent représenté comme un être aimable.

kappa

  • Dans Natsume Yujinchou, le héros rencontre un kappa sur la route par une chaude journée et lui verse de l’eau sur la tête pour le rafraîchir.
  • Kappa est un personnage de Nurarihyon no Mago.
  • Dans le film Un Été avec Coo, une famille va recueillir un Kappa.

Oni


Oni

Bien qu’il soit souvent traduit par « démon » en français ou en anglais, le Oni se rapproche plus de notre version de l’ogre mangeur d’homme.

Une version très répandue de l’Oni est cet être très musclé, parfois avec un peu de bedaine, au visage terrifiant souvent grimacé, la peau de couleur rouge/bleu/vert et portant un pagne en peau de tigre. Le Oni a plutôt une réputation de brute sanguinaire avec un intellect assez limité.

Enfin, ce n’est pas sans compter les adaptations en manga !
oni11

De gauche à droite :

  • Lamu (Urusei yatsura) qui, diffusé dans le Club Dorothé en 1988, a fait fantasmer des milliers de petits garçons (et filles ? XD).
  • Le conte de l’Oni dans Ore Monogatari!!
  • La quasi-totalité des personnages dans Hoozuki no Reitetsu, dont l’épisode 2 consacre toute sa première partie au mythe du « slip en peau de tigre »……………..vous êtes sérieux les mecs ?!

Enma : le roi des enfers

Dans la conception Bouddhiste, les Oni vivraient dans les enfers (comparable aux croyances chrétiennes) et seraient gouvernés par le roi Enma qui juge ceux qui arrivent aux enfers.

enma

  • Le Roi Enma fait plusieurs apparitions dans la saga Dragon Ball.
  • Dans Yuyu Hakusho Ko Enma (ou Enma Junior) assiste nos héros, et se fait parfois réprimander par son père le roi Enma.
  • Dans Hoozuki no Reitetsu, le Roi Enma est une figure récurrente qui se fait souvent martyriser par son subalterne Hoozuki.
  • Dans La Fille des Enfers l’héroïne porte le nom de Enma et juge les humains avant de les envoyer en enfer.

Binbôgami


Souvent représenté en haillons avec un éventail le « shibu-uchiha » le kami de la pauvreté, ou binbôgami, amène la mauvaise fortune si on ne le vénère pas correctement (ndlr : comme ta belle-mère #TMTC).

binbougami

  • Kofuku dans Noragami est une Binbôgami et possède le shinki Daikoku qui prend la forme d’un éventail.
  • L’une des deux héroïnes du manga Bimbougami ga! est une (tu l’auras deviné) Binbôgami !

Zashiki Warashi


Contrairement aux Binbôgami, le Zashiki Warashi est l’esprit d’un enfant dont la présence dans une maison apporterait fortune et prospérité, aussi est-il bon de le garder le plus longtemps possible.

zashiki

  • Dans Ushio to Tora, les héros vont rencontrer un Zashiki Warashi, scellé de force dans une maison.
  • Dans XXX Holic, le Zashiki Warashi est une très charmante jeune femme qui semble être éprise du héros.
  • Dans Mononoke, les protagonistes rencontrent dès le premier épisode un Zashiki Warashi.

Shinigami


Comme son nom l’indique bien (shinu = mourir) il s’agit du kami/dieu de la mort. Izanami et Enma sont parfois considéré comme une sorte de shinigami. Durant l’ère Edo, moyen âge japonais, il était considéré comme un esprit malveillant qui prend possession du corps d’une personne et le pousse à se suicider.

De nos jours il a été grandement influencé par l’image de la Faucheuse en occident.

4683217-6209537500-latest

  • Rukia du célébrissime Bleach est une Shinigami
  • Le directeur de l’école dans Soul Eater se nomme : Shinigami-sama !
  • Ryuk dans Death Note est un(e) Shinigami.

3/ Pratiques


Personnages

Onmyôdô

Abe Seimei.jpgAbe no Seimei par Kikuchi Yôsai

Tiré de la philosophie chinoise du Wu Xing (Cinq éléments : Bois, Terre, Eau, Feu et Métal ; que l’on retrouve également dans Naruto) et du Yin / Yang, l’Onmyôdô utilisait également la cosmologie, l’étude des étoiles, pour notamment prédire l’avenir. Le système prit une telle ampleur qu’il prit le contrôle du gouvernement impérial au travers de la famille impériale Tsuchimikado avant que la pratique ne soit complètement interdite au 19e siècle.
Le maître de l’Onmyôdô est appelé Onmyôji.

Abe no Seimei

Personnage légendaire de l’Onmyôdô durant l’ère Heian comparable à notre Merlin, il travaillait auprès de l’empereur, faisait les calendrier et prédisait l’avenir à l’aide des étoiles.

On raconte que sa mère était un kitsune et qu’il pouvait maîtriser des Oni faibles (shikigami : créatures invoquées par l’onmyôji) avant l’âge de 5 ans. Sa réputation fût telle que son clan tout entier, les Abe, gouvernèrent le ministère de l’Onmyôdô à la cour.

Un symbole qui lui est attribué est un pentagramme appelé le Seiman représentant les cinq éléments (5 traits) du Wu Xing.

onmyouji

  • Hao Asakura de Shaman King possède le statut de Onmyouji, donné aux plus puissants et peut invoquer des Shikigami, des esprits combattants. Son passé est directement inspiré de celui de Abe no Seimei.
  • Dans Twin Stars Exorcists quasiment tous les personnages sont des Onmyouji dont le chef se nomme Tsuchimikado Arima.
  • Dans To Aru Majutsu no Index, Motoharu est un Onmyouji descendant de Abe no Seimei, son nom de famille est Tsuchimikado.
  • Le personnage principal de Shounen Onmyouji est un descendant de Abe no Seimei également.
  • Subaru de X de CLAMP est un Onmyouji.
  • Lin de Ghost Hunt est d’origine chinoise, et est Onmyouji également.

Miko

Considéré dans les temps anciens comme prophétesses et chamanes, de nos jours la Miko est plutôt une jeune assistante qui aide à la boutique du temple et fait des danses cérémonielles. Les Miko devaient être vierge, mais cela s’est perdu avec le temps. Une fois mariée soit elle quitte le service, soit elle devient prêtre.

miko

  • Dans Sailor Moon Rei Hino (alias Sailor Mars) est une Miko et possède, dès le début, le pouvoir de sentir le surnaturel.
  • Dans Ghost Hunt Ayako Matsuzaki est une Miko…bien qu’elle ai déjà un certain âge (et n’est donc probablement plus vierge) ce qui a le don d’amuser les autres personnages lors de leur première rencontre.
  • Kikyô dans InuYasha est une Miko possédant de très grands pouvoirs.
  • Arashi de X de CLAMP est une Miko.
  • Makoto dans Gingitsune est une Miko et aide son père qui est prêtre au temple, elle a le don de voir les esprits.
  • Ruka (IT’S A TRAP!!!) dans Steins;Gate est un(e ???) Miko.

Prêtre Bouddhiste

Comme il a déjà été dit plus haut, une fois arrivé au Japon la croyance Bouddhiste a évolué.

À vrai dire, la complexité de cette évolution fait qu’il n’est pas possible de la résumer dans cette article. En bref, plusieurs écoles se sont formées, et ces mêmes écoles ont donné lieu à la naissance de nouvelles écoles encore. Si de nos jours on peut compter 13 écoles « principales » il est certains qu’il y en a plus…beaucoup plus. L’un des accessoires connu du prêtre est le Khakkhara, un bâton d’anneaux.

Miroku_and_his_Shakujo

  • Miroku de InuYasha avec son Khakkhara.
  • Takigawa Houshou de Ghost Hunt

Kuji-Kiri ou Kuji-In

Dans Ghost Hunt, Ayako apprend à Mai comment effectuer un Kuji-In.

Le Kuji-Kiri est une technique d’exorcisme qui trouve ses origines dans la religion Bouddhiste (il y a plusieurs variantes), la première étape est de joindre les mains en collant ses index pour créer une « épée », puis il faut réciter une incantation et effectuer 9 coupes (Rin – Hyo – Toh – Sha – Kai – Jin – Retsu – Zai – Zen).

Le Kuji-In est également présent dans le Ninjutsu (voir Naruto).

kujikiri

  • À gauche l’ordre et le nom des 9 coupes.
  • À droite, extrait du manga Twin Stars Exorcists, les « impurs » sont reconnaissable notamment avec le symbole des 9 coupes. Un des personnages (pas de nom cité pour pas spoil mais indice : il a les cheveux bleus) effectue un Kuji-Kiri pour activer sa forme d’impur.

Le papier

On connaît le Japon pour son Origami mais la pratique trouve son origine dans le culte Shintô où les pliages de papier était utilisés pour représenter les dieux (Gohei).

Gohei (御幣)

vlcsnap-2016-01-23-21h23m53s076Gohei suspendu autour d’un rocher scellant un esprit dans Wagaya no Oinari Sama

Aussi appelé nigite, shide ou mitegura, ce sont des bandes de papier blanc plié en zig zag qui peuvent être fixées sur un pilier, support etc…afin d’indiquer la nature sacré d’un lieu par la présence d’un kami (temple, arbres).

Ônusa (大幣)

vlcsnap-2016-02-06-19h51m35s856

Ayako, la miko dans Ghost Hunt qui effectue un rituel de purification en maniant le Ônusa.

Le Ônusa, une baguette en bois ornée de Gohei utilisée dans les rituels de purification Shintô (Harai ou Oharai), il est agité de gauche à droite.

O-fuda (御札)

Traditionnellement le O-fuda est un bout de papier au nom d’un temple shintô ou d’un kami, censé protéger des lieux (maison etc). Il a été détourné de cet usage premier dans les mangas et devient une arme extrêmement récurrente pour se battre contre les démons.

  • Dans Sailor Moon l’une des protagoniste, Sailor Mars, est une miko et utilise les O-fuda pour créer des pouvoirs spectaculaires.
  • Dans Twin Star Exorcists les Ofuda permettent d’activer des combinaisons aux pouvoirs spéciales.

Voilà qui conclut ce double article !
Maintenant vous êtes fin prêt à repérer les éléments de base du folklore japonais dans vos mangas et animes préférés !

Si vous ne l’avez pas encore lue, la première partie est disponible ici : [Culture générale] Le Folklore japonais en Manga (1/2)

Le Journal Otaku #1 (Actus en bref)

On renomme la série des « Actus en bref » en « Le Journal Otaku » ! Après plusieurs semaines de vide intersidéral de news croustillantes ils ont décidé de tout nous sortir d’un coup ! On debrief !

AU MENU :

Berserk
Itachi Shinden
Noblesse
D.Gray Man
Handa-Kun (Barakamon)
Servamp
Boku no Hero Academia
Macross Delta
Twin Stars Exorcists
Endride
Mayoiga
Bungou Stray Dogs
Alys
Ace Attorney
Hai-Furi
Qualidea Code
Kono Danshi, Mahô ga Oshigoto
Figurines

Lire la suite