Les articles sortis du Grenier de Babiwan : One Punch Man [Critique]

[Edit Babiwan du Grenier : Originellement, cet article a été rédigé en grande partie en Décembre 2015 – Janvier 2016. Son auteur, par un excès de flemmardise ou de perfectionnisme (c’est selon), l’a laissé trop longtemps de côté. Devant l’actualité et l’annonce d’une saison 2 de One Punch Man, il fallait réagir. Voici donc, dépoussiéré du Grenier où il était stocké, cet article de Babiwan, qui ne fait pas que corriger :p ]

One Punch Man 1

Synopsis : Saitama est un héros. Un super-héros en fait même. Problème : il est fort. Très fort. Beaucoup trop fort. Tellement fort qu’il tue tous ses adversaires en un seul coup.

One Punch man Ok

« Wokay, je peux partir maintenant alors ? »

C’est simple, mais c’est en gros le résumé de One Punch Man. La tête que Saitama fait ci-dessus illustre juste parfaitement l’idée et ses conséquences.

Mais bon, juste pour vos beaux yeux voilà un synopsis un poil plus complet :

Synopsis : One-Punch Man est un anime dans lequel nous suivons les aventures de Saitama, super héros le plus puissant de la Terre, et de son fidèle disciple, Genos, qui va ramasser et prendre tous les combats épiques où classiquement le héros devrait en chier, parce que Saitama, bah, il est trop fort pour en chier en fait.

Du coup merci Genos quoi. XD

 

« Mais de rien, jeune apprenti héros ! « 

 

Bon. Je suppose qu’une petite présentation plus pragmatique autour de qui l’a fait et de quoi ça peut parler n’est pas inutile…

Sa date de sortie : Octobre 2015 (Automne)
Le public visé : Seinen (avec un total de 12 épisodes + 7 OAV (dont 4 pas encore sorties) [Edit Babiwan du Grenier : elles sont toutes sorties depuis, et je ne les ai pas regardées. Honte à moi. Je sais.])
Ses différents genres : Combat, Science-Fiction, Action, Comédie, Fantasy, Supernatural
Les thèmes présents : Androïdes, Monde futuriste, Extra-terrestres, Super-Héros, Combats de fous, Monstres Hyper-puissants, Kaijyus…
Studio : Madhouse
Licencié par : Anime Digital Network & Kaze (Pour le manga papier, ce sont les éditions Kurokawa qui le publient)

 SEIYUUS : 

En ce qui concerne les voix, de nos personnages, les seiyuus présents sont :

– Makoto Furukawa : 

– Kaito Ishikawa : 

– Yuuki Aoi : 

– Kaji Yuki : 

– Nakamura Yuuchi : 

– Onosaka Masaya : 

– Yamaji Kazuhiro : 

– Miyano Mamoru : 

– Tsuda Kenjirou : 

– Morikawa Toshiyuki : 

 

Liste des épisodes :

Episode 1 : L’Homme le plus fort du monde

Episode 2 : Le Cyborg solitaire

Episode 3 : Le Savant obstiné

Episode 4 : Le Ninja des temps modernes

Episode 5 : Le Maître ultime

Episode 6 : La Ville de l’effroi

Episode 7 : L’Apprenti suprême !

Episode 8 : Le Roi des profondeurs

Episode 9 : La Justice inflexible

Episode 10 : Le Pire danger de tous les temps

Episode 11 : Le Champion de l’univers

Episode 12 : Le Plus puissant des héros

 

Bon. Après vous avoir laissé entrevoir les coulisses (vous avez vu, ya du beau monde chez les seiyuus ! ), il est peut-être temps de repasser à la série elle-même. C’est bien beau de savoir qui fait quoi, comment et où, mais ça n’est en rien un gage de garantie ou de réussite… Voyons voir !

Sinon si vous avez la flemme de lire ma critique et/ou que vous n’avez pas encore vu ou entendu parler de la série (ça veut dire que vous vivez dans une grotte bien plus isolée que la mienne), de façon simple, voici mon avis : C’est de la bonne.

[Edit Babiwan du Grenier : et si, depuis le début de l’année écoulée, vous n’avez toujours pas entendu parler de One Punch Man, c’est que vous êtes plus isolé que Tom Hanks dans Seul au Monde…]

A regarder donc. Et à lire ci-dessous pour les récalcitrants pas persuadés. It’s PAVE TIME !

Ps : Ah oui. Si tu ne veux pas voir du spoil, tel Gandalf, je ne te dirais qu’une chose « FUIS, PAUVRE FOU »

[/!\ /!\ /!\ SPOUAILLE !  /!\ /!\ /!\]

 

Critique :

Petit aparté avant la critique, je tiens à préciser que j’avais commencé à lire la version papier de Yûsûke Murata (Eyeshield 21, One Punch Man) en 2012-2013, et que par curiosité j’avais jeté un œil à la version originale, celle du Mystérieux auteur de One Punch Man, le fameux One. Lequel a un trait de dessin magnifique.

[Edit Babiwan du Grenier : qu’on retrouve d’ailleurs dans Mob Psycho 100 version papier ! ]

"Magnifique, n'est-ce pas ?"

« Magnifique, n’est-ce pas ? »

Néanmoins, honte à moi me direz-vous, je n’ai à l’époque pas poursuivi bien loin, et je me suis arrêté assez tôt (avant la fin de l’anime de 12 épisodes qui vient de sortir).

Bien qu’étant donc au courant du principe de One Punch Man, à partir de l’épisode 5, ce fut pour moi la découverte complète. Et quelle découverte.

Revenons donc à nos moutons.

Commençons par l’aspect graphique.

One Punch Man se démarque particulièrement au niveau de son trait de dessin puissant par moments (juste quand il faut, un vrai régal), et par son animation impeccable.

Le seul léger reproche qu’on pourrait faire à l’animation ou au dessin, ce serait, comme l’a si bien dit le Chef Otaku dans sa critique sur Youtube (car oui, je fais partie de ceux qui matent les vidéos du Chef Otaku. Le Chef Otaku regarde Jojo (et en plus c’est sa première vidéo, c’est dire). Tu devrais regarder Jojo mon ami. [c’était l’instant pub youtub]), le fait que la fluidité de l’animation prime sur le niveau de détail du dessin qui s’en retrouve impacté.

Ça pète quand même, faut avouer !

Ça pète quand même, faut avouer !

 

Car effectivement, si on compare à ces gifs qui circulent qui proviennent du trait de Murata, on est en droit de se dire que ça pouvait être carrément un régal de détail pour les yeux en quasi-permanence sans rien perdre en fluidité d’animation.

Bon j'avoue, l'exemple n'est pas forcément des plus flagrants...

Bon j’avoue, l’exemple n’est pas forcément des plus flagrants…

 

Mais bon, sans déconner, ne crachons pas dans la soupe. L’animation et le dessin de One Punch Man sont justes parfaits, et dans l’action, on n’a que peu le temps de s’épancher sur de tels détails. Sauf quand on en est au 187ème visionnage. Et, il faut le dire, One Punch Man donne l’envie d’être regardé à nouveau.

En tout cas, avec cet anime on voit bien qu’on est en 2015 [Remarque du Grenier : 2016 du coup en fait], et que quand un studio se donne les moyens de ses ambitions, il peut faire quelque chose d’épique.

One Punch Man a les qualités qu’on aurait rêvé de voir dans chaque épisode de Dragon Ball Super. Perso moi j’aurais préféré qu’ils sortent un épisode de DB Super toutes les 2 semaines ou tous les mois quitte à attendre, plutôt que de voir quelques passages flashs réalisés par des stagiaires de sous-traitants délocalisés et sous-payés…

( Il y a d’ailleurs un sérieux problème au niveau du système de rémunération du monde de l’animation japonaise, mais cela mériterait un article à part entière, et de nombreux documentaires et articles à ce sujet existent déjà…)

On se demande même s’ils ne sont pas plus mauvais que les fans qui réalisent Dragon Ball Absalon

Sérieux, je sais que ç’est du réchauffé et que tout le monde en a parlé mais…

[Edit de Babiwan du Grenier : encore plus maintenant puisque Dragon Ball Super approche les 60 épisodes maintenant. Perso je me suis arrêté il y a quelques semaine, vers la fin des épisodes 40 et quelques. Je suis donc en retard. Mais globalement, ma vision de Dragon Ball Super n’a que peu changé. J’ai vu certaines de mes craintes se confirmer, même si j’ai eu quelques instants de rêve de temps à autre…]

Goku vs Beerus dans l’épisode 5 de DB Super. (Malheureusement, il faudra se contenter de la review de ce youtubeur… Sur youtube, on ne trouve plus que la version « clean » dont je vais parler ci-dessous.)

L’un comme l’autre ne sont pas à la hauteur de nos espérances, mais l’épisode du dessus est réalisé par des fans bénévoles qui n’ont pas les moyens de faire ce dont ils rêveraient quand l’épisode du dessous est réalisé par la Toei qui jette du pognon par les fenêtres tellement elle sait plus quoi en faire.

(Enfin si, ils savent quand même comment ne pas le donner à leurs employés ou ne pas l’allouer au budget de leurs remakes… L’argument du Blu-ray est fallacieux et mercantile, et en plus, il n’est pas forcément pertinent. Si les versions Blu-ray sont effectivement retravaillées, la qualité, bien que meilleure, n’est parfois pas vraiment extraordinaire non plus…)

[Passage Edit du Grenier : L’autre problème aussi, c’est quand le nouvel anime souffre de la comparaison avec l’ancien. Si si. Vous voyez Trunks du futur ? Allez, c’est cadeau ! ]

On passe de quelque chose de dégueulassement honteux à quelque chose d’acceptable, voire d’assez joli, mais rien qui casse la baraque…

A côté de ça…

Le poisson frit, ça fait bobo aussi !

Oui. One Punch Man est le Dragon Ball que j’aurais attendu. En tout cas en termes d’animation. Rappelons quand même qu’à l’opposé des combats interminables de DB, One Punch Man, c’est souvent ça :

Un GROS One Shot dégeulasse de Saitama !

Un GROS One shot dégueulasse de Saitama !

Bref. Encore une fois, l’animation déchire son sensei, même si on peut toujours se prendre à rêver mieux.
One Punch Visual.

 

Hissez vous aussi haut que Saitama, notre dieu !

Hissez vous aussi haut que Saitama, notre dieu !

Passons aux thèmes musicaux. Hé bien rien à dire. Enfin si : bien trouvés, ceux-ci collent parfaitement à l’action ou à l’émotion des scènes. Épique quand ça doit l’être, triste et mélancolique quand il le faut, et burlesque lors des scènes de comique.

Que demander de plus ?

Une bande sonore qui déchire peut-être ? Haha, sombres fous… C’est l’une des forces de ce foutu animé ! (Comme le dirait si bien notre cher amiral Belios)

Non sérieux, les bruitages et SFX ainsi que la bande son sont impeccables.

One Punch Sound.

Bon. Ensuite. L’Histoire. Ah… Hum. Bah en fait euh, honnêtement, on la connaît déjà. En gros le synopsis c’est l’Histoire en entier. Certes des éléments qui viennent complexifier et densifier un peu la série arrivent au fur et à mesure. On sent même que c’est là pour déblayer le terrain de la deuxième saison et du prochain arc.

Mais bon en gros le mode opératoire reste le même : un big one méchant de sa maman arrive, il pète la gueule à tout le monde (souvent à des villes entières ou à d’autres super héros plus faibles) et Saitama arrive et nous marave le truc direct. Tellement direct, qu’à peu près systématiquement personne n’est capable de comprendre sa force.

En fait Saitama est l’explication du mystère Satan (Hercule) dans Dragon Ball.

En ce moment, ça, c’est la tête que vous tirez à cause de ce que je viens de dire.

« COMMENT ? » Me direz-vous, avant de penser que j’ai craqué et que je suis devenu fou pour comparer ces deux là. « Jeune impudent, tu as signé ton arrêt de mort » me diront d’autres fan boys. Rangez les railguns et les prismes lunaires, ça va peut-être vous intéresser.

Sérieux, rangez moi ce foutu railgun… Sinon je fais appel à l’AUTRE One Punch Man (oh que si vous voyiez où je veux en venir hahaha)

Certes c’est le deuxième parallèle à Dragon Ball que je fais ici. Mais il est de toute façon difficile de penser que le shônen nekketsu par excellence qu’est Dragon Ball soit inconnu de One (comme de Murata) et qu’il n’ait pas d’une façon ou d’une autre eu son influence dans l’écriture ou le dessin de l’œuvre….

Sérieux, ya pas un air de famille ?

Sérieux, ya pas un air de famille ?

Oui. Les humains sont des créatures difficiles. Comme je l’ai précisé plus haut il y a ici du spoil général. Sans entrer dans les détails donc, Saitama a deux grands problèmes.

Le premier est qu’il n’a AUCUN adversaire à sa taille. A tel point qu’il s’ennuie (et à raison). Aussi le moindre ennemi assez fort pour lui donner un minimum de challenge est digne de respect et de louanges. Mais du coup de ce problème en découle un second…

PERSONNE ne voit Saitama sauver la planète. Absolument personne à l’exception de rares privilégiés ne voit les combats épiquissimes menés par notre bonze chauve favori. Et c’est en grande partie dû à la différence de force justement.

Et de là découle une grande incompréhension pour les humains normaux témoins de ses interventions. Là où d’autres grands héros mènent de longs et rudes combats ou arrivent à en finir vite avec des effets pyrotechniques ou télékinésiques impressionnants, Saitama se contente d’un vieux coup de poing et hop, c’est fini.

Sérieux, elle est pas hyper impressionnante, notre petite Tatsumaki ?

Bah oui, mais l’humain il a besoin de quelque chose de plus élaboré comme explication. Ou tout au moins de quelque chose qui se trouve à sa portée. Si Sangoku et cie lorsqu’ils ont affronté Cell étaient invisibles aux yeux des humains normaux à cause de leur vitesse inconcevable, les actions de Satan, elles, étaient visibles et même filmées.

Il se met même en scène avec ses

Il se met même en scène en se prenant en photo avec ses « trophées », c’est dire si c’est un spécialiste de la communication…

De même, Saitama tire la bourre à des mecs qui sont visibles, et qui en plus sont crédibles. A côté de ça, lui, avec son crâne chauve et son costume jaune fluo cramoisi de super héros de superette perdu des années 50, il claque moins, forcément.

Papy Bang est méchamment classe. En plus là il est juste en train de s'échauffer. A côté de ça, notre chauve national il pue un peu...

Papy Bang est méchamment classe. En plus là il est juste en train de s’échauffer. A côté de ça, notre chauve national il pue un peu…

D’autant plus si après les missiles, les rayons lasers, et les techniques ultra puissantes impressionnantes ça se termine en un coup.

Conclusion : les autres héros de rang S de One Punch Man comme Satan Hercule dans DB ont, aux yeux du public humain, plus de street credibility que Sangoku ou Saitama, notamment à cause de leur incapacité à comprendre la force légendaire de l’être qui sauve leur planète. Et à une différence injuste de traitement de la part des médias.

(Ce qui n’enlève rien à la force des autres rang S de OP Man, qu’on ira pas comparer à Satan sur ce plan-là quand même)

Vous voyez Satan Hercule faire un truc pareil ? Il se serait déjà viandé 3 fois XD

Vous voyez Satan Hercule faire un truc pareil ? Il se serait déjà viandé 3 fois XD

Pour le reste du côté histoire ma foi, Saitama, c’est aussi la belle histoire d’un héros qui n’abandonne jamais et qui, à la force de son propre entraînement et de sa pure volonté, a pu se hisser au rang de sur-humain. Un véritable mythe. 100 pompes, 100 abdos, 100 squats et 10 km par jour. C’est légendaire. Quitte à devoir s’en arracher les cheveux.

(oui j’ai osé :p )

Et lui aussi il a osé. Devant Kid Buu. XD

Et lui aussi il a osé. Devant Kid Buu. XD

Bref, je ne peux pas vous spoiler vu que je n’ai pas lu la suite, mais One Punch Man est à n’en pas douter l’anime de 2015. Un pur bijou qui contient la majorité de ce qu’on est en droit d’attendre d’un anime traitant de bastons épiques à notre époque.

One Punch/20

Aie aie aie aie (Tapez pillar men sur youtube et voyez vous même)

Aie aie aie aie (Tapez pillar men sur youtube et laissez tourner en boucle )

Ps : n’oubliez pas, votre Saitama made in Manga NC existe !

 

[Le Tome Découverte] Q [kou]

9ème tome découverte avec un registre auquel vous êtes désormais bien rôdés !
Après VS Earth et la menace qui vient de la Terre, il est temps de reprendre espoir et lever les yeux au ciel…

« Dans cette première série au rythme effréné, Tatsuya Shihira fait preuve d’un sens de l’humour percutant ainsi que d’une grande maestria graphique pour dépeindre un univers post-apocalyptique déjanté et peuplé d’une galerie de personnages hauts en couleur ! »

Lire la suite

[Manga] Biorg Trinity

Biorg Trinity

Synopsis :

Le monde est rongé par un mal étrange baptisé “Bio Bug”: des “trous” apparaissent chez certains individus, leur permettant d’absorber et de fusionner avec l’objet de leur choix. Le résultat peut se révéler utile, remarquable ou… terrifiant !

Cependant, les préoccupations des lycéens demeurent les mêmes et notre héros, Fujii, est moins intéressé par la capacité de son amie Kiwa à fusionner avec une moto que par la charmante Fumiho Enomoto. Malheureusement pour lui, il a comme rival le brillant Hosa, qui veille sur la jeune fille depuis sa plus tendre enfance… Car Fumiho, sous ses airs insouciants, cache un secret qui pourrait affecter la Terre entière !

Lorsque Fujii se découvre lui-même atteint d’un Bio Bug, quel choix fera-t-il pour obtenir une place dans le cœur de Fumiho ?

Biorg Trinity Kiwa

Aperçu :

*Scénariste : MAIJO Otaro
*Dessinateur : Oh! Great (Air Gear / Enfer & Paradis / Himiko-Den / Burn-up Excess & W)

Salut les nakamas ! Puisque ça faisait longtemps que je n’avais pas fait un gros article découverte, pour aujourd’hui je vous ai concocté une belle petite surprise ! Bref, avec Biorg Trinity vous allez en voir de toutes les couleurs et être époustouflés après chaque fusion qui vous feront penser à tout un tas de références (genre Final Fantasy et ses invocations : #Shiva ou encore d’autres mangas tels que Arachnid).

Date de publication & éditeur (Japon) : 2012 Shueisha
Date de publication & éditeur (France) : 2014 Kazé (le tome 8 est prévu pour le mois de Mai)
Le public visé : Seinen (avec au compteur 8 tomes pour l’instant) Bien qu’il soit publié dans le Shonen Up chez Kazé, le manga s’avère être davantage un Seinen qu’un Shonen.
Ses différents genres : Action, Mature, Science-Fiction (+Romance)
Les thèmes présents : (+Fusion, Anomalie, Identité)

NB : Quand je rajoute le (+) c’est pour indiquer une information personnelle que je rajoute et qui ne figure donc pas forcément sur la fiche du manga en question.

Biorg Trinity Fujii

– Un manga qui vous surprendra en « deux secondes » ! –

Bon vous commencer à avoir l’habitude avec ces phrases en rouge non ? Cette-fois ci elle fait allusion à un dicton que notre cher Hosa ne cesse de répéter. (Hey ! Mais c’est qui lui ?!).

Au début ça commence tout doucement, le temps de poser les bases, exposer les personnages et expliquer le principe des Bio Bug qui régissent le monde dans lequel nos protagonistes vivent. On se croirait presque dans du Slice of Life. Mais une fois l’événement déclencheur amorcé, plus moyen de freiner, on est aspiré dans l’univers et on a parfois du mal à suivre tout ce qui se passe.

Quand je dis que ça prend du temps ce n’est pas complètement vrai, c’est juste que les premiers chapitres qui le sont mais même le tome un est suffisamment consistant pour vous mettre dans le bain et vous dévoiler toute l’intrigue de l’histoire (ou presque…).

En parlant d’histoire, celle-ci aborde un sujet intéressant qu’est l’identité de soi. En effet, certains protagonistes se voient dotés de marques placées dans la paume de leurs mains. Cette marque faisant office de trous permet d’absorber, de fusionner avec un élément à son contact (outils, machines, animaux, etc.) et une fois la fusion terminée, le trou est scellé. Ils deviennent ainsi des mi-hommes, mi-machines ou des mi-femmes, mi-animaux, par exemple.

N’ayant la possibilité de fusionner que deux fois et de manière définitive, le choix est très important… ce qui pose d’ailleurs problème à notre jeune héros, Fujii, qui se voit à son tour octroyé cette faculté. Néanmoins, il ne sait pas quoi choisir… surtout qu’absorber un humain est tabou et susceptible de peine capitale. (Pour plus de détails sur la fusion c’est plus bas)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mon avis :

(Nombre de tomes lu lors de cet avis : 7/8) *Manga en cours

Biorg Trinity : Une couverture qui ne donne pas forcément envie (cf. tome un) mais qui cache une très bonne histoire et des dessins sublimes ! Fusionnant avec brio le concept d’action/science-fiction, cette œuvre a de quoi charmer tout public et vous laisse rêveur sur le fait de posséder des Bio Bug à votre tour !

– Mes premières impressions –

Je ne m’attendais pas à une aussi bonne qualité et sur bien des aspects. Comme je le disais précédemment, la couverture du tome un ne donne pas spécialement envie et quand j’ai feuilleté les premières pages je suis davantage tombé sur de la comédie que de la fusion.
Mais, mais, mais, mais, mais ! Le dessin m’a finalement permis de me décider (faut pas grand chose pour convaincre un Meepow) et je ne regrette absolument pas du tout mon choix (Il est où le tome 8 ?!)

Plus on avance, plus ça devient intéressant, du coup on ne s’ennuie pas un seul instant et on savoure avec plaisir la tournure des événements (même si personnellement j’aurais préféré d’autres tournures, m’enfin…)
En gros, chaque fin de tome te donne envie de lire la suite et c’est pour cette raison que je me suis pressé pour vous préparer cette article.
(1 semaine pour lire et faire l’article, fortiche ce Meepow ! Malgré le fait que l’article ne sortira pas au moment où j’aurais fini de le rédiger.)

Biorg Trinity Ouranos

– Histoire –

Il faut s’accrocher !

L’histoire est très prenante mais parfois pas évidente à suivre de bout en bout. Des fois ça avance très vite du coup on est obligé d’attendre les ellipses et les flashbacks des pages suivantes pour expliquer ce qu’il s’est passé entre-temps.

Par contre, sur tous les autres points je n’ai rien à dire !
L’univers est vaste et bien plus complexe qu’à travers ses apparences. C’est-à-dire qu’au début on s’attend à un simple « jeu » où on va faire que fusionner jusqu’à trouver la bonne forme, l’apparence et les pouvoirs qu’on désirait le plus au fond de nous ; mais en fait non pas du tout ! On ne se limite pas qu’à cette facette. Tout est remis en question, l’origine des Bio Bug, le rôle et le devoir des Biorgs, l’origine de ce mal et surtout le monde en lui-même. Et oui, à ce stade là, ce n’est pas qu’une simple histoire de lycéen et de fusion. Il existe des organisations qui régissent des règles et des lois et qui tentent de maintenir l’équilibre du monde… je n’en dirais pas plus car ça va tourner en spoil sinon. Surtout que le manga n’est pas encore fini donc ça nous laisse encore plein de possibilités !

Cependant, attention car elle prend de plus en plus d’ampleur ce qui n’est pas pour déplaire mais peut parfois prêter à confusion donc soyez attentif !

– Genres –

Une combinaison qui fait son effet !

  • Le mélange action/science-fiction est très prononcé et on ne peut s’empêcher d’admirer le résultat que ce soit dans les affrontements ou justement dans les dessins tout au long du manga.
  • Le genre mature donne plus de profondeur à l’histoire et surtout un meilleur état d’esprit des personnages, notamment dans leur façon de voir le monde qui les entoure, les rapports qu’ils ont avec autrui et les convictions qu’ils peuvent avoir. Ça fait moins nyan-nyan et beaucoup plus sérieux, du coup c’est pas mal et ça nous permet d’éviter d’en rajouter des tonnes à chaque fois quelque chose se passe. Bref, c’est bien plus direct et vous le remarquerez surtout dans leur manière de parler (que j’évoquerai un peu plus bas).
  • Un petit côté tranche de vie tout le temps présent en arrière plan, car il ne faut pas oublier qu’on a affaire à des lycéens et ce principe nous évite de trop brusquer les événements. Déjà que l’histoire se déroule vite, mais justement ce genre permet de ralentir voire briser le rythme parfois effréné de l’œuvre. Disons que ça nous rappelle qu’on a affaire à des individus et non des machines, même si certaines fusions vous prouveront le contraire. (Ouaaaaaaah c’est beau ce que je dis des fois.)
  • Et enfin la romance que j’ai rajouté dans le descriptif de Biorg Trinity. Et bien, je dirais simplement que le rôle de l’amour et/ou de l’amitié « très forte » permet à nos personnages de ne pas s’écarter du droit de chemin, de leur rappeler que quoi qu’il advienne, on aura toujours quelqu’un qui se souviendra de nous et qui nous aimera pour ce que l’on est réellement et que l’apparence n’a peu d’importance… (Ouais je sais, il faut que j’arrête avec ces phrases.) En tout cas, elle est extrêmement présente pour diverses raisons que je m’abstiendrais d’expliquer dans mon avis. Cependant, bien que ce genre ne soit pas le principal atout du bouquin, je pense qu’il pourra parfois vous frustrer comme ce fut le cas pour moi. (#TeamKiwa!)

Biorg Trinity Hunter 8

– Personnages –

Alors là on a vraiment à toute une panoplie de personnages ! Que ce soit les principaux ou les secondaires, on peut quasiment dire qu’ils sont tous unique dans leurs genres (quoi que, en fusionnant, pas sûr qu’il soit vraiment unique mais vous m’avez compris).
De ce fait, les personnages sont quasiment tous super classes ! Sans aucune distinction, que vous soyez un homme ou une femme je pense que vous trouverez facilement sur qui poser votre regard. Tandis qu’il y en a certains qui sont classes, il y en a quand même d’autres qui touchent le jackpot niveau badassitude ! Après, tout dépend de vos goûts.

Mais je ne pense pas que ça soit la partie la plus intéressante à aborder car c’est plus un ressenti personnel que vous allez avoir face à nos protagonistes (un peu comme dans Nisekoi #TeamOnodera !). Personnellement j’adore Kiwako et Suzuki

Mais bon sang, donnez plus d’importance à notre magnifique Shivawa ! *regarde Touky* (♪ Kiwa 1, 2 ça fait Fusion ! Moitié Nana ! Moitié Moto ! ♫) Raaaaaaaaaaa ! C’est frustrant de voir ce genre de passage mais que t’es obligé d’accepter à cause de la trame du manga…
Hop ! Catégorie suivante !

– Dessins –

Le plus gros point fort du manga ! Sans déconner c’est une pure tuerie ! *mode fanboy activé*
Tu passes la plus grande partie de ton temps à admirer la qualité du dessin, notamment lors des gros plans et durant les fusions (que j’expliquerai juste après). Il est vrai qu’il ne faut pas juger un manga que sur son dessin mais là rien pour ça, t’es obligé d’apprécier le travail ! D’ailleurs, j’en ai mis un paquet juste pour vous faire baver avant même d’avoir commencé à lire ! Et encore là c’est des scans alors imagine quand t’as le livre entre tes mains…

Le pire c’est quand tu tombes sur les pages doubles ! *tombe dans les powmes*
Sérieusement, le rendu est impressionnant et tu te demandes combien de temps le gars a du mettre pour te pondre ça tellement c’est magnifique.
Bon je vous laisse admirer par vous-mêmes plutôt que de vous saouler avec mes pavés interminables.

Biorg Hunters

 

– Bio bug / Fusion –

Un concept dont je pense on ne se lassera jamais. Le fait de pouvoir fusionner avec un objet, modifier son apparence et débloquer de nouvelles aptitudes est quelque chose de complètement fascinant, pour nous en tant que lecteurs.
Surtout dans ce manga car certaines personnes sont atteintes du « Bio Bug » qui est représenté en tatouage/trous dans chacune des deux mains. Ce qui signifie qu’une personne peut fusionner avec 2 éléments et les rejeter grâce à une sorte d’antidote connu sous le nom de « Drugs ». (Oui j’ai fais exprès de ne pas l’avoir évoqué avant pour le caler ici.)
En résumé, on peut fusionner 4 fois au total. C’est le même principe que dans un RPG quand tu réinitialises tes points de talents, sauf qu’ici on peut le faire que 2 fois.
Je ne vais pas trop rentrer dans les détails car le manga vous l’expliquera mieux que moi, mais cet aspect révèle déjà une des facettes du titre « Biorg Trinity ». [Explication façon Meepow !] C’est-à-dire que : 1 humain + 1 fusion + 1 fusion = 3 !
Mais ça serait trop simple s’il ne s’agissait que de ça, du coup je vous laisse découvrir pourquoi on parle concrètement de « Trinity ».

Attention tout de même aux effets secondaires ! Car toute fusion a sa limite et le corps humain n’est pas suffisamment dense pour pouvoir absorber et assimiler efficacement n’importe quelle chose. Surtout que la fusion n’est pas parfaite et certains résidus peuvent rester dans notre organisme…

– Langage/Ecchi –

Ce n’est pas un point très important mais tout de même je le mentionne pour les âmes sensibles que vous êtes !
Il faut savoir que les termes employés dans cette œuvre sont souvent très cru. Ils n’y vont pas par quatre chemins pour dire telle ou telle chose et il y’a parfois des allusions au sexe ! Bref, vous voilà désormais avertis !

Quant au « ecchi » il n’est pas très prononcé ni envahissant, les plans « culottes » sont rares (pas de quoi vous causer une fracture de la rétine à chaque chapitre). Mais il reste tout de même présent à cause du caractère de certains personnages, des fusions et de la romance.
Autrement-dit : nudité modéré.

– Un manga adapté en anime en moins de « deux secondes » ! –

Et non cette fois-ci pas de phrase résumé pour les fainéants que vous êtes. Par contre on va faire un petit jeu que notre chère Lÿnou et moi même avons mis en place, enfin c’est plutôt une remarque car apparemment quand je sors un article un manga qui plait, sa version animé ne tarde pas à montrer le bout de son nez… teehee!

Allez Lÿnou on lance les paris : Après Twin Star Exorcists, Dimension W, Taboo Tattoo et A Silent Voice, combien de temps avant qu’il soit adapté en anime ? Moi je dirais… hmmm…. dans un an ou deux !

Pour finir je dirais tout simplement que le manga en vaut le détour d’une part pour ses excellents graphismes et de deux parce que si Meepow aime bien bah vous l’aimerez aussi (comment ça c’est pas une raison suffisante ? jusqu’à preuve du contraire j’ai beaucoup de bouquins qui ont disparu de ma bibliothèque à cause de vous ! D’ailleurs faut que j’arrête car tout le monde va finir par avoir la même collection que moi et je pourrais plus rien emprunter !)

Biorg Trinity dessin

Manga approved by Meepow !

 

Deux nouvelles séries à venir chez Ki-oon.

Et c’est du lourd que va nous proposer prochainement l’éditeur français en accueillant dans son catalogue Awaken (Okitenemuru) de RENTA Hitori, l’auteur de King’s Game et Immortal Hounds (Fushi no Ryoken) de YASOHACHI Ryo (Uwagaki). Ces nouvelles séries seront disponible  respectivement le 7 juillet et le 13 octobre prochain dans les librairies.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Awaken (Okitenemuru) est édité au Japon par Futabasha (Tsugumomo, Shirogane no Nina, King’s Game...) et publié dans le bimensuel Manga Action depuis 2014. Cette série, qui compte déjà 5 tomes de parus au pays du soleil levant, nous entraîné dans un japon où un parasite inconnu sévis, transformant les personnes en monstres assoiffés de sang. Au milieu de cela, Kanata, un jeune lycéen sans histoire, se retrouve impliqué dans un accident lié au parasite et découvre qu’il a la capacité de « voir » les personnes infectées, mais ce don n’est pas sans contre-coup et une organisation secrète est maintenant sur la piste du jeune homme. Vous pouvez lire les premières pages du manga traduit en français ici.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

De son coté Immortal Hounds (Fushi no Ryoken) est édité par Enterbrain (Sunabozu, Kotetsu Kishi Chevalion, Rudolf Turkey...) et publié dans le magazine japonais Harta depuis 2013 au Japon où la série compte pour le moment 4 tomes de parus. L’immortalité n’est plus un mythe! Les humains ont acquis la capacité de se régénérer en quelques secondes de n’importes quelles blessures mortelles ou non, nous suivons l’inspecteur Kenzaki Shin’ichi à la tête d’une section spéciale de la police chargée de traquer les Vecteurs, des humains transportant un virus appeler RDS ou Ressurection Deficiency Synbdrome. Toutes personnes infectés perdent alors leur capacité de régénération et deviennent donc mortelles. Mais la traque des vecteurs n’est pas chose facile car Kenzaki se retrouve souvent confronté à une mystérieuse combattante qui protège les vecteurs et les aide à se cacher.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Sources: Ki-oon, Mangahere.

[Le tome découverte] OMEGA – Alien mégalo sous contrôle

« Il était maître de l’univers, il se retrouve esclave sur Terre ! »

Déjà le 4ème tome découverte de cette rubrique !
Ça y est j’ai trouvé un autre ! Et histoire de briser un peu le rythme je vous propose cette-fois si un
Shōnen qui va vous court-circuiter les méninges dès la première page !

(CARAMBAAAA !! Pourquoi cette série n’est qu’en 3 tomes ?!)

Lire la suite