Les articles sortis du Grenier de Babiwan : Le vent se lève [Avis rêveur]

Jiro droit dans ses bottes qui teste un avion. Je pense que c'est pas mal pour débuter l'article. Non ? ^^

Jiro droit dans ses bottes qui teste un avion. Je pense que c’est pas mal pour débuter l’article. Non ? ^^

[Edit Babiwan du Grenier : Originellement, cet article a été rédigé en décembre 2014, soit il y a presque deux ans. Comme pour le Babiwan du Grenier sur One Punch Man, l’auteur, par excès de flemmardise et/ou de perfectionnisme n’a à l’époque pas sorti l’article. Notez tout de même que l’article était resté dans une version purement texte, sans AUCUNE image.
Vous voyez la taille de mes pavés. Visualisez votre douleur, s’il n’y avait aucune image pour aller avec… 😀

Une rapide précision, en coup de vent (lol) : je n’ai pas mis de trailer, car j’ai un poil l’impression que ça spoil trop. Enfin bon c’est du chipotage, et je spoiles sans doute un peu moi-même. Du coup je vous ai surtout mis des images et des OST pour vous agrémenter cet article et le rendre potable !

Petite précision supplémentaire : Ici je n’irais pas vous donner les détails techniques du film, comme la composition des équipes d’animation ou le cast des Seiyuus, mais je me contenterais de la pure impression que m’a laissé le film en lui-même. C’est de l’art, c’est beau et… voilà XD

Sur ce, bonne lecture ! ]

Non franchement, il est beau ce film. La retranscription du Japon des années 1910-1940 est très travaillée. On a l'impression de voyager dans le temps avec le dessin...

Non franchement, il est beau ce film. La retranscription du Japon des années 1910-1940 est très travaillée. On a l’impression de voyager dans le temps avec le dessin…

Pour faire court en introduction, commençons par dire que « Le vent se lève » est un film d’animation produit par le légendaire studio d’animation Ghibli, studio très difficile à rater dans le paysage audiovisuel, disons, oh, juste depuis une trentaine d’années, une broutille !

Le Totoro, bien connu de votre rédactrice Sosoro, légendaire mascotte du Studio Ghibli ^^

Le Totoro, bien connu de votre rédactrice Sosoro (mais aussi de Natyva91, également surnommé… Totoro), légendaire mascotte du Studio Ghibli ^^ (qui a quand même bientôt 30 ans, puisque Mon Voisin Totoro date de 1988, un peu de respect pour vos aînés s’il vous plaît ! )

Le studio Ghibli est connu pour avoir animé certains des plus grands classiques de l’animation japonaise (Le château dans le ciel, Kiki la petite sorcière, Pompoko, Princesse Mononoké, Ponyo sur la falaise,…), et être composé d’équipes talentueuses, notamment avec des personnages comme Isao Takahata et Hayao Miyazaki.

Or, comme tout le monde le sait, Hayao Miyazaki est un dieu de l’animation japonaise… Comment ne pas faire d’article sur « le vent se lève » ?

[Edit Babiwan du Grenier : … bon. Il a pris un peu de temps à sortir ceci dit haha ^^’ ]

Un poète Français qui donne son titre à un film d'animation Japonais, c'est quand même pas courant ! ^^

Un poète Français qui donne son titre à un film d’animation Japonais, c’est quand même pas courant ! ^^

Son titre donne le ton : Il s’agit d’un vers du poète français Paul Valéry. Comme à son habitude le studio Ghilbi nous livre là une oeuvre poétique en effet. Le film ravira les amateurs d’aéronautique et les historiens en herbe en nous faisant suivre le parcours de Jirô Horikoshi de la fin de la Première Guerre mondiale jusqu’au début de la Seconde. (Il n’y a pas de scènes de batailles à proprement parler, à part dans des rêves très proches de l’impressionnisme, très figurés, et souvent dotés d’une forte puissance symbolique.)

Ces rêves sont quand même assez puissant. Ici on devine la faune de bombes allemandes, sombre présage du côté terrible et meurtrier que peut revêtir l'aviation...

Ces rêves sont assez puissants. Ici on devine la faune de bombes allemandes, sombre présage de la malédiction meurtrière qui affecte les avions, condamnés à être utilisés pour la guerre (comme tant de choses)…

Comme je le disais, les amateurs d’aéronautique et de mécanique seront ravis : Rivets, Ailes, Moteurs, Hélices, Éléments mécaniques divers et variés, règles à calcul…

Et une chtite règle à calcul, une !

Et une chtite règle à calcul, une !

Les passages sur la puissance mécanique et la vision éclatée des composants des avions alors même que le moteur vrombit feront frémir plus d’un fana de puissance chevaux.

Puisque je vous dis qu'on voit de la mécanique... XD

Puisque je vous dis qu’on voit de la mécanique… XD

Sans jamais alourdir le film pour autant, tant l’aspect mécanique et l’ingénierie aéronautique nous sont présentées sous un jour poétique, caractéristique des pionniers de l’aviation.

Jirô rêve littéralement sa passion pour les avions ! Un dévouement total qui ne laisse difficilement indifférent...

Jirô rêve littéralement sa passion pour les avions ! Un dévouement total qui ne laisse difficilement indifférent…

On ne peut s’empêcher de penser que Jirô soit de la même trempe que Georges Guynemer, Manfred Von Richtofen (Aka le Baron rouge), Caproni (son mentor indirect, ingénieur aéronautique italien que Jiro admire, récurrent dans le film ), Charles Lindbergh, Antoine de Saint-Exupéry (Auteur du petit prince, mais aussi pilote) et les autres pionniers de l’aéropostale, héros amoureux du ciel. Si Jirô n’est pas pilote, il a indéniablement l’amour du ciel, des nuages, des voyages et de la découverte.

Caproni et Jirô en train d'échanger en plein milieu d'un rêve de notre héros...

Caproni et Jirô en train d’échanger en plein milieu d’un rêve de notre héros…

[Edit rêveur de Babiwan du Grenier : Un amour de l’aviation qui rappelle beaucoup Porco Rosso. Un très beau film que je conseille aussi. ]

Pour le côté historique, Miyazaki trouble volontairement les cartes en ne nous donnant pas réellement d’indicateurs temporels dans le film (par exemple en nous annonçant directement en quelle année nous sommes ou en l’affichant à l’écran), mais en nous laissant vivre l’aventure poétique de ce petit garçon qui rêvait de concevoir des avions et qui réalise son rêve pour le vivre pleinement, avec ses obstacles, ses échecs et ses réussites.

Jiro met la main à la pâte (enfin plutôt dans l'huile) pour accomplir ses rêve

Jiro met la main à la pâte (enfin plutôt dans l’huile) pour accomplir ses rêve

Tout cela à échelle d’homme, comme le fleuve de la vie qui s’écoule. Ainsi au début du film devine t-on que nous sommes encore en 1918 à l’aide de la revue aéronautique et de l’annonce de la guerre touchant à sa fin. On reconnaît également le grand séisme du Kanto de 1923 ainsi que la terrible crise économique de 1929.

On devine le début des années 30 et on sent la Seconde guerre mondiale se rapprocher en voyant la coopération militaire nippono-allemande, et en entendant parler de personnages ou d’événements historiques comme Hitler, la guerre de Mandchourie ou le retrait du Japon de la Société des Nations (ancêtre de l’ONU). Pour le connaisseur / amateur historique, ces passages appréciés aideront à resituer l’aventure dans son contexte, pour les autres, ces détails ne sont jamais trop lourds, mais apparaissent doux comme le vent qui se lève : Ils suivent le léger courant du film, qui nous transporte doucement sans que l’on y prête garde. (un peu comme les OST, qui collent parfaitement et sont une vraie force du film, nous immergeant totalement dans l’histoire du film, sans même que l’on en prenne conscience ^^ )

  • Que préfères tu ? Un monde avec des pyramides ou un monde sans pyramides ?
  • Des pyramides ?
  • Les humains rêvent de voler dans le ciel, mais c’est aussi un rêve maudit. Le funeste destin des avions en fait des outils de carnage et de destruction.
  • Oui.
  • Malgré cela, j’ai choisi un monde avec des pyramides. Et toi, que choisis tu ?
  • Je veux créer de beaux avions.
Chacun ses merveilles (du monde). Pour certains ce sont des pyramides, pour d'autres des chefs d’œuvres d'animation... enfin pour d'autres, il s'agit de magnifiques appareils

Chacun ses merveilles (du monde). Pour certains ce sont des pyramides, pour d’autres des chefs d’œuvres d’animation… enfin pour d’autres, il s’agit de magnifiques appareils…

[Edit Babiwan du Grenier : Le vent se lève se distingue clairement d’un Joker Game, où la géopolitique et les relations internationales tiennent une place de prépondérante dans l’histoire. La militarisation du Japon, le poids des sociétés prêtes à entrer en guerre, les intérêts mondiaux des différents pays protagonistes, et autant de thèmes lourds y sont omniprésents et constituent bien plus des éléments centraux du récit que l’ambiance et le décor de fond qui participent à la beauté de Kaze Tachinu (le titre original). Lynou I see you. 90 pour 8 pour 2. ]

On est pas dans Joker Game, mais malgré tout, le film n'oublie pas de nous tremper dans le contexte

On est pas dans Joker Game, mais malgré tout, le film n’oublie pas de nous tremper dans le contexte

Le tout est agrémenté d’une romance qui ne saurait laisser indifférent. Là aussi, tout l’aspect poétique du film transpire et on ne peut que se laisser emporter par la douce brise de l’amour et de la vie… Même si parfois le film sait être violent et se transformer en violente tempête qui saura faire contre-pied à la douceur générale du film et nous arracher au plancher des vaches. Au sens propre avec le Séisme de Tokyo et les événements de l’Histoire comme au sens figuré avec la cruauté de la vie, à la fois belle et généreuse, mais aussi injuste et terrible…

« Jiro est humain ? » Eh oui…

Le spectateur lambda se laissera porter lui aussi par le flot des événements et la beauté du film (notamment sonore), même sans rien connaître à l’aviation, l’histoire, la politique, l’art ou même le Japon : Jiro et son histoire, sont avant tout celle d’un être humain qui vit sa vie pleinement, avec ses moments de joie et d’allégresse, de labeur, de repos, avec ses doux rêves, ses désillusions mais aussi des moments de tristesse, avec la dureté de la vie qui retombe comme l’épée de Damoclès qui attendait pour mieux retirer le bonheur accordé.

Le film ne saurait laisser indifférent pour peu que l’on se laisse emporter par le vent et que l’on s’envole vers le rêve éveillé que constitue le film. Aficionados de combats et de shônens à testostérone n’espérez pas ici voir de rudes combats éternels, vous frappez à la mauvaise porte ! Mais vous risquez d’être drôlement surpris et de trouver une violence insoupçonnée et des gouttes perler de vos joues pendant l’aventure !

Un beau rêve...

Un beau rêve…

Ecoute-moi, garçon japonais. Les avions ne sont faits ni pour la guerre ni pour les affaires. Les avions sont de beaux rêves, auxquels les ingénieurs donnent une forme.

Ces mots, prononcés par Caproni à l’attention de Jirô dans un de ses rêves, résument bien je pense l’épopée que nous raconte le film. Et c’est donc là-dessus que nous allons nous quitter. A plus pour un autre article de Babiwan ! (Mais pas du grenier cette-fois ci ;D)

Little Boy/20

(oups :p)                            [Oui j’ai osé XD]

Paul Valéry/20

[Note de Babiwan du Grenier : bon pour le coup, je trouve que j’ai pas grand chose à dire de plus. Sauf à vous faire un cours d’Histoire, je ne vois pas ce que j’aurais à dire d’autre sur ce très bon film, même s’il a été détrôné au box-office par Kiwi no na wa (que je n’ai pas encore visionné). Si vous avez aimé le Vent se lève, je ne saurais que vous recommander Porco Rosso, pour peu que vous n’ayez pas encore vu ce classique de Ghilbi. Pour le coup, la VF avec Jean Reno dans le rôle principal n’est pas désagréable ^^ ]

Du coup bah… Bonus hein, trailer VF de Porco Rosso (à vous de voir quel trailer vous avez préféré :p)

Publicités

[Film d’animation] Kimi no Na wa

Bonjour à tous ! Et oui, c’est bien lui ! Rikyz le revenant ! Après une année d’absence, sans être absent car j’ai toujours été présent dans l’ombre, je reviens dans la rédaction car…j’en avais envie…et c’est tout…Bref, aujourd’hui je vais m’attaquer à quelque chose qui envoie du lourd alors que les rédactions, ce n’est pas mon point fort…Je commence un peu mal héhé !

Le sujet choisi est le récent film d’animation Kimi no Na wa (Your name) du réalisateur MAKOTO Shinkai (The Garden of Words, 5cm par seconde…) sorti le 26 août 2016 au Japon. L’oeuvre a été produite au sein du studio Comix Wave. On retrouve MASAYOSHI Tanaka (Ano Hana, Kateikyoushi Hitman Reborn…) pour le chara-design et MASAHI Ando (Le voyage de Chihiro, Lettre à Momo…) en tant que directeur d’animation.

 

C’est qui Mino Nawa?

Mitsuha est une lycéenne qui réside dans une petite ville située dans les montagnes. Elle vit aux côtés de sa petite soeur, sa grand-mère ainsi que son père, bien que ce dernier ne soit jamais à la maison à cause de son travail de maire. En réalité, sa vie ne lui convient pas et souhaite pouvoir vivre à Tokyo.

Taki est un lycéen qui habite à Tokyo et qui adore l’architecture et l’art. Il vit une vie normale d’étudiant entouré d’amis et travaille même dans un petit restaurant italien. Mais un jour, il fait un rêve dans lequel il est dans la peau d’une jeune fille qui vit dans une ville en montagne. Mitsuha, quant à elle, fait également un rêve dans lequel elle est dans un corps d’un garçon tokyoïte.

Quel est le secret qui se cache derrière ces étranges rêves qui échangent la vie de ces deux jeunes gens ?

Source : nautiljon.com

 

Pourquoi avoir choisi ce film?

Et bien depuis que certaines personnes se sont procurées la version vosta (Google please), j’ai un peu été floodé sur FB par les pages d’animes auxquelles je suis abonné. De plus, le film est en 1ère place sur Myanimelist, ce qui a accentué ma curiosité sur son succès.

 

 

Mon avis

 

Je ne me rappelle plus à quand remonte le dernier film d’animation qui m’a marqué. Je n’en regarde pas énormément mais Kimi no Na wa est devenu mon coup de coeur de l’année 2016. Rien qu’avec la bande-annonce (que vous pourrez zieuter à la fin de l’article), tu sens que ça va être intéressant. Cependant, les bandes-annonces montrent souvent l’essentiel de l’histoire et tu te sens insatisfait au moment du visionnage car tu t’attendais à plus. Et là, tu te dis que c’est le cas pour ce film…Hé bah non !

 

Au niveau du scénario, il y a une chose intéressante qui m’a plu en commençant le film, c’est l’opening. Oui, oui j’ai bien dit opening, comme dans les animes. Et comme bon nombres d’opening (Meepow you know what I see), ce dernier laisse des indices concernant le temps. Je n’en dis pas plus mais vous l’avez compris j’imagine.

L’histoire suit bien son cours. On découvre petit à petit l’environnement de nos protagonistes, même si on se focalise plus sur Mitsuha que Taki. Nos 2 héros découvrent la vie de chacun par le biais de ces « rêves », qui vont les lier au fur et à mesure alors qu’ils ne se connaissent pas. Arrivé à un certain passage, BAM ! tu ramasses une grosse claque dans la tronche. Et c’est là où la notion du temps joue son rôle.

 

En ce qui concerne les graphismes, on ne peut que constater la grande qualité des dessins, à moins d’être aveugle pour dire le contraire. C’est très beau, coloré et l’un des points forts réside dans la ressemblance quasi-parfaite des lieux de Tokyo. (cf reportages sur youtube :p )

Pour les OST, je vais les classer en 2 catégories : OST « simples » (musique sans paroles) et OST « opening » (musique avec paroles).

Les OST « simples » sont sympa mais sans plus car ce sont les OST « opening » qui m’ont le plus marqués. En effet, ces derniers ressemblent à des fins d’épisodes d’animes où t’entends la musique de l’ending sauf que ce ne sont pas les images de l’ending qui passent. Si tu visualise l’effet dont je parle, sache que les OST « openings », au nombre de 4, sont chantés par le groupe RADWIMPS.

 

 

Pour ce qui est des personnages, comme dit précédemment, Mitsuha est plus mise en valeur que Taki. C’est une jeune fille qui se sent mal à l’aise dans son village. Etant la fille du maire, elle subit souvent des critiques à cause des actes de son père. Elle est aussi prêtresse du temple de son village et doit suivre les coutumes liées à ce rôle sous la direction de sa grand-mère. Mitsuha endosse un statut et un rôle assez important, ce qui justifie son envie de quitter le village après l’obtention de son diplôme.

Quant à Taki, c’est un jeune homme calme, sérieux et parfois impulsif selon les situations. On en apprends pas plus sur lui, ce qui nous laisse penser qu’il mène une vie normale sans soucis.

Mitsuha est interprétée par KAMISHIRAISHI Mone (Keno de Ookami Kodomo no Ame to Yuki) et Taki par KAMIKI Ryunosuke (Kenji Koiso de Summer Wars).

Pour ce qui est des personnages secondaires, on sait très peu de choses sur eux. Ils auront toutefois un rôle important à accomplir au sein du scénario.

 

Enfin, un point qui n’est pas souvent abordé lorsque l’on donne des avis, c’est le titre. Pourquoi ce titre? Il n’est pas difficile de deviner que les personnages principaux se rencontreront, même la phrase d’accroche de l’affiche l’indique : « Je suis à ta recherche, toi que je n’ai encore jamais rencontré » (manga-news.com)

On se doute que chacun connaîtra le prénom de l’autre, cependant on ne s’attend pas à la valeur cruciale de ces derniers au sein de l’histoire.

 

Pour finir, le film ressasse beaucoup de genres tels que le slice of life, la romance, un peu de comédie, le gender bender et enfin…Non je ne vous dirai pas le dernier genre pour vous laisser apprécier la surprise. Libre à vous de le trouver sur internet. Teehee ! :p

 

Ceci marque la fin de mon avis sur le film. Il m’est difficile d’en dire plus sans spoil les parties qui font que ce film est intéressant. Ce qui est sûr c’est que je n’hésiterais pas à acheter le bluray quand il sortira en France (alors que je suis un gros pirate) et surtout je sens que je peux le regarder autant de fois sans me lasser. Donc allez-y, regardez le et faîtes vous votre avis sur le succès de l’oeuvre.

 

Sur ce, je m’en vais de ce pas préparer un autre art…plateau de sushi. T’as cru que j’allais continuer à faire des articles? C’est beau de rêver…Gomen ne !

Et comme promis, voici la bande-annonce originale !

 

 

 

Approved, watched and loved by Rikyz
[Edited some time after by Babiwan]

Animation Café Manga à Rivière Salée (Partie 1)

Bonjour à tous ! Voici la première partie de l’article traitant de la journée à Rivière Salée ! Le 28 juillet dernier, vos admins cosplayés sont allés animer un Café Manga à la Médiathèque de Rivière Salée dans le cadre du Prix Manga San. Environs une centaine de jeunes, membres de leurs Clubs Manga, venus de différents collèges et lycées de la ville sont venus découvrir la culture manga et débattre sur le sujet. J’ai donc décidé de vous concocter un article sur le déroulement de la journée et de vous donner un petit classement des animes préférés des collégiens ! En plus, une petite explication sur les Genres démographiques vous sera donné avec l’aide de Lynou – Dono !

Le Café Manga : Un espace de discussion pour faire connaissance !

Commençons donc avec un aperçu de la journée. La matinée s’est déroulée en 3 temps :

  • Une projection d’animes (Bakuman et Shirobako) par Lynou, Meepow et Jam Belios
  • Une exposition dans le hall de la Médiathèque, présentée par les documentalistes et les gérants de la médiathèque, offerte par la Biblothèque Bernheim.
  • Une démonstration de dessin sur tablette graphique présentée par Inès, une jeune étudiante.

Les jeunes gens se sont donc retrouvés répartis en 3 groupes et ont tournés sur les ateliers.

Parallèlement à ces activités, Manga NC a invité les collégiens à un Café Manga pour débattre de leurs mangas et animes préférés. Je vois déjà venir les petits malins … « Y’avait des Maids ? \^o^/ » .. Non il n’avait pas de maids. Seulement Le Vice avide de Loli (malheureusement pour lui, il n’y avait quasiment que des garçons ^^’ ), Elearya la Fujoshi qui en a choqué plus d’un avec Boku no Pico, Lina, sponsor officiel du club Dorothée et Clifford Marguerite de l’Association qui a bien voulu faire le Pokemon bénévole de Manga NC. Bien sûr, Jam Belios, Meepow et Lynou sont venus nous rendre visite de temps en temps.

Les membres de Manga NC, puis les collégiens se sont présentés (« Nom, prénom, âge, adresse …. » ; « Benji ! Qu’est ce qu’on avait dit ? On ne TOUCHE PAS à la marchand…. aux élèves venus discuter. ») et ont donné leurs mangas préférés ou leurs animes. Il s’en est suivi deux débats :

  • Préférez-vous les Manga papier ou les Animes ?
  • La Version Originale des Anime est-elle mieux que la Version Française ?

Des petits gâteaux et des boissons étaient à disposition des participants qui ont animé le Café dans la joie et la bonne humeur sous la supervision de Benjirito, Akatsuki no Lynou, Salamèche (Clifford) et sa dresseuse (Elearya) [D’ailleurs, ces petits coquinous ont pris un malin plaisir à tripo… caress… Flûte ! …. Bref … Manipuler la queue de Salamèche] et Lina, Jam et Meepow qui sont venus sans cosplays [SHAAAAAME !].

Avant le classement, l’avis de nos membres

Donc, les membres de Manga NC se sont présentés et ont donné leur avis histoire de donner une base de discussion pour les élèves. Voici donc en exclu pour vous, les mangas cités par nos membres !

MANGAS

ANIMES

Bon ! Maintenant voici pour vous un petit classement des mangas qui sont le plus ressortis lors de la discussion avec les collégiens, ainsi que les résultats des débats menés par ces derniers.

ClassementCe classement est basé sur l’avis de 113 jeunes, principalement des garçons, âgés de 12 à 15 ans. [L’avis des membres de Manga NC n’a pas été pris en compte lors de cette étude].

En 5ème position : Catégorie des – de 16 ans                              3% des voix

En 5ème position, on retrouve la catégorie des – de 16 ans. Il semblerait donc que 3% de nos petits sacripants aient décidé de passer outre les interdits et de lire en cachette des œuvres qu’ils n’auraient pas dû lire. Faisons un tour d’horizon sur les genres démographiques maléfiques ayant dévoré l’âme de ces gentils petits collégiens qui sont passés par là.

  • « Semi-Hentai » (terme inventé) : Pas vraiment du Hentai (Mangas pornographiques interdits aux mineurs. Pour info : la dénomination « hentai » ne se trouve qu’en occident. Les japonais parleront exclusivement de Seijin), ce sont des mangas érotiques à tendance pornographique (Un genre de Ecchi mais avec des scènes beaucoup plus perverses). Ces mangas sont donc généralement accompagnés d’une mention « Pour public averti » de plus de 16 ans.

Ici, les Semi-Hentai privilégiés par les collégiens sont : Dungeon ni Deai wo Motomeru no wa Machigatteiru Darou ka ou DanMachi (OMORI Fujino – Studios : J.C. Staff) et High School DxD (ISHIBUMI Ichiei – ed. Panini Manga)

                                           High School DxD                                                   DanMachi

 

  • Le Yaoi : Ces histoires mettent en scène une romance sexuelle entre deux hommes. Les mangas érotiques et pornographiques ne sont pas distingués lorsqu’on parle de Yaoi. Lorsque la relation homosexuelle reste platonique, on parlera de Shonen-ai. Les équivalents féminins du Yaoi sont le Yuri (Relations sexuelles entre femmes) et le Shojo-ai (Relations platoniques entre femmes).

Ici, le Yaoi privilégié par les collégiennes est : Junjou Romantica (NAKAMURA Shungiku – Studios : Studio Deen)

                                                                                   Junjou Romantica

 

En 4ème position : Les Shojos                                                       6% des voix

Les filles ont défendu leurs droits en nous citant un ou deux Shojo. Le Shojo est un manga plutôt pour les jeunes filles adolescentes. Il se décline en deux sous genres :

[Note de Babiwan : L’écueil dont parlait Lynou dans son article est ici bien visible. Les « sous-genres » décrits ici sont donc plutôt probablement des « types »… en quelque sorte.]

  • Le Magical girl : Il désigne les mangas mettant en scène des jeunes filles utilisant des pouvoirs surnaturels pour combattre le Mal.

Malheureusement, les collégiennes ne nous ont pas fait part de Mahou Shojou (terme japonais pour le Magical Girl). Mais parmi les plus connus, on peut citer Sailor Moon (TAKEUCHI Naoko – ed. Glénat) ou Card Captor Sakura (CLAMP – ed. Pika).

        

                                                         Sailor Moon                                          Card Captor Sakura

 

  • La Romance : C’est un manga sentimental mettant en scène une jeune fille amoureuse d’un prince charmant, généralement des drames romantiques.

Là, par contre, ça y va ! Les collégiennes nous en pondent à la pelle ! Celui qui a eu le plus de succès, c’est le très populaire Vampire Knight (HINO Matsuri – ed. Panini Manga). Certaines filles ont été un peu plus originales en citant leurs propres favoris : Akatsuki no Yona (KUSANAGI Mizuho – ed : Pika) , Candy Candy (IGARASHI Yumiko, MIZUKI Kyoko – ed. AB Videos) ou encore Kaicho wa Maid-Sama (FUJIWARA Hiro – ed. Pika)

      

                                                  Vampire Knight                                           Akatsuki no Yona

 

       

                                      Candy Candy                                          Kaicho wa Maid Sama

 

  • Les Josei (Manga ciblant des jeunes femmes adultes) ont eu aussi leur représentant avec Karneval (MIKANAGI Touya – ed. Ki-oon)

     

                                                                                 Karneval  

 

En 3ème position : Les Seinens                                                     10 % des voix

Quelques lycéens ont participé au Café Manga. Il est donc tout naturel que les Seinen (Mangas destinés aux jeunes hommes et adultes) aient leur place dans ce classement. Les plus âgés de nos participants ont partagé les histoires de nos supers héros, de l’invincible One Punch Man à l’étrange et terrifiant Kiseijuu.

Seinens ok

 

       

                                    One Punch Man                                    Tokyo Ghoul

 

Parmi les mangas sortis du lot (c’est à dire que personne d’autre n’a cité), on retrouve :

  • Albator (MATSUMOTO Leiji – ed. Kana)     7%
  • Gangsta (KOHSKE– ed. Glénat)                 7%
  • Kiseijuu (IWAAKI Hitoshi – ed. Glénat)       7%
    • A ne pas lire si vous n’avez pas le cœur bien accroché. Recommandé par Jam Belios.

 

                                                                                           Kiseijuu (Parasite)

En 2ème position : Les Shonens (+ de 14 ans)                          28 % des voix

La majorité des participants étant des garçons, les Shonen (voir plus bas) ont eu beaucoup de succès. 28 % des voix concernent des Shonen pour les plus de 14 ans. Ces Shonen se rapprochent des Seinen de par la présence de contenu violents ou encore des thèmes plus matures comme la Psychologie, le Mystère, la Mort, le Surnaturel, ou l’Horreur. Les Shonen les plus populaires sont classés dans l’ordre suivant :

SHONEN 14 ok

 

               

        Assassination Classeroom            Ao no Exorcist                                Death Note

 

Parmi les mangas sortis du lot (c’est à dire que personne d’autre n’a cité), on retrouve :

  • A Silent Voice (OIMA Yoshitoki ; ed. Ki-oon)      1%
  • Clannad (KEY; Studios : Kyoto Animation)         1%
  • Black Butler (TOBOSO Yana ; ed. Kana)             1%
  • Bloody Monday (RYUMON Ryo ; ed. Pika)          1%

      

                                     Koe no Katachi (A Silent Voice)                 Bloody Monday    

En 1ère position : Les Shonens tout public                                53% des voix

La majorité des participants étant des garçons issus de collèges, les Shonen tout public remportent la palme avec plus de la moitié des voix ! Le Shonen est généralement un manga destiné aux jeunes garçons. Le Nekketsu est un terme inventé pour qualifier le comportement des personnages des Shonen.       [Babiwan’s Note : encore une fois, l’article de Lynou est là pour vous].
Ce terme désigne les héros exaltés défendant des valeurs viriles traditionnelles telles que le courage, l’amitié et le dépassement de soi (Genre, Naruto ou Natsu, par exemple). Le Pantsu est le terme japonais pour le Ecchi. C’est le terme anglais « pants » (culotte) prononcé à la japonaise qui désigne les Shonen mettant en scène un héros généralement pervers au milieu d’un univers féminin dans le cadre d’une comédie romantique.

Shonen 12 ok

         

                                   Food Wars                     Nanatsu no Taizai (7 Deadly Sins)

 

Parmi les mangas sortis du lot (c’est à dire que personne d’autre n’a cité), on retrouve :

  • Black Cat (YABUKI Kentaro ; ed. Glénat)                                                          0,3 %
  • Great Teacher Onizuka  (FUJISAWA Toru ; ed. Pika)                                          0,3 %
  • Inuyasha (TAKAHASHI Rumiko ; ed. Kana)                                                       0,3 %
  • Monster Hunter Flash (HIKAMI Keiichi ; ed. Kazé)                                             0,3 %
  • Owari no Seraph (KAGAMI Takaya ; ed. Kana)                                                  0,3 %
  • Pokemon (TAJIRI Satoshi ; Studios : OLM)                                                       0,3 %
  • Saint Seiya (KURUMADA Masami ; ed. Kana)                                                   0,3 %
  • Tom Sawyer (TWAIN Mark ; SAITO Hiroshi ; Studios : Nippon Animation)        0,3 %
  • Vision d’escaflowne (KAWAMORI Shoji ; ed. Pika ; ed. Dybex)                           0,3 %

   

Great Teacher Onizuka                                  The Vision of Escaflown


Et pour récapituler le classement, un petit histogramme rien que pour vous, amateurs d’Excel ! 

graph

Voilà voilà ! Vous avez eu le classement des mangas et des animes des Collégiens de Calédonie ! Maintenant libre à vous d’aller lire ces œuvres si ce n’est pas déjà fait mais vous pouvez aussi checker les débats menés par les élèves et les membres de Manga NC dans la deuxième partie de l’article qui arrivera incessamment sous peu !

[Edited by Babiwan]

Un premier trailer pour Mahou Tsukai no Yome.

C’est par le biais de son site officiel que nous découvrons le nouveau trailer de Mahou Tsukai no Yome: Hoshi Matsu Hito ainsi qu’un nouveau visuel. Rappelons que l’anime sera partagé en 3 OAD qui seront vendus respectivement avec les tomes 6,7 et 8 du manga. Plus d’informations seront dévoilées prochainement.

news-illust

Mahou Tsukai no Yome: Hoshi Matsu Hito est produit par Wit Studio (Shingeki no Kyojin, Rolling Girls, Shisha no Teikoku, Kotetsujo no Kabaneri...), l’équipe de production est composée du réalisateur NAGANUMA Norihiro (Hozuki no Reitetsu), du scénariste TAKAHA Aya qui assistera YAMAZAKI Kore à la structure scénaristique et enfin du character-designer KATO Hirotaka (Eyeshield 21, Shisha no Teikoku…).

Mahou Tsukai no Yome est un manga orienté seinen de YAMAZAKI Kore, il est édité par Mag Garden (Aqua, Robotics;Notes, Rain...) et publié dans le mensuel Comic Garden depuis 2013. La série compte 5 tomes de parus et elle est toujours en cours de publication au Japon, le manga est également publié en France par le biais de l’éditeur Komikku (Le maître des livres, le berceau des mers, Rudolf Turkey…) sous le titre « The Ancient Magus Bride » avec 4 tomes de sortie. Rappelons au passage que Mahou Tsukai no Yome fut l’un des mangas nominé lors de la huitième édition du Grand prix du manga (Manga Taisho) en 2015 au pays du soleil levant.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Synopsis:

« Chise Hatori a 15 ans. Elle n’a ni famille, ni talent particulier, ni aucun espoir dans la vie. Un jour, elle est vendue à un sorcier, un non-humain dont l’existence remonte à la nuit des temps… Il la prend sous son aile pour faire d’elle sa disciple et lui annonce qu’à terme, elle deviendra son épouse. Alors, les aiguilles qui semblaient à tout jamais figées dans son cœur se mettent à tourner de nouveau, petit à petit… » -résumé du tome 1 chez Komikku

Sources: Animenewsnetwork, magus-bride.jp, Komikku.

Une adaptation animée pour Masamune-kun no Revenge.

C’est par le biais du lancement d’un site officiel par l’éditeur japonais Ichijinsha que nous apprenons la prochaine adaptation animée du manga Masamune-kun no Revenge. Plus d’informations à ce sujet seront dévoilés prochainement.

mASAMUNE6KUN

Masamune-kun no Revenge est un manga orienté shonen de TAKEOKA Hazuki et de l’illustratrice coréenne Tiv, le manga est édité par Ichijinsha (Kannagi, Karneval, Mikakunin de Shinkokei…) et publié dans le mensuelle Comic REX depuis 2012, la série compte déjà 7 tomes de parus au Japon. Notons que celle-ci n’est pas encore licencié en France.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Synopsis (provisoire):

« Victime de brimades et autres moqueries en tout genre durant son enfance à cause de son problème de surpoids, Makabe Masamune fait son grand retour sous un jour nouveau. Beau, populaire, ayant des bonnes notes et excellant en sport, le jeune homme n’a qu’une idée en tête: se venger de Adagaki Aki, celle qui l’avait autrefois tant intimidé et humilié. »

Sources: Animenewsnetwork, Mangahere, masamune-tv.com.