Le film « your name » est en train de dépasser Ghibli au box office japonais !

 kimi no na wa animecouple series

Le film d’animation « your name » (Kimi no na wa), racontant l’histoire de deux lycéens qui échangent leur corps pendant la nuit, cumule un total de 12,8 milliards de yens de recettes recensées depuis sa sortie (jusqu’à la date du 2 Octobre), surpassant « Le Vent se Lève » des studios Ghibli (12,02 milliards de yens) au box office ! Et l’ascension continue !

[Info de Babiwan : Babiwan du Grenier du vent qui se couche (au box office) incoming ! ]

Le film « your name » est pour la 6e semaine consécutive 1er du box office japonais hebdomadaire et se hisse 5e film d’animation japonais le plus rentable de tous les temps, 6e du classement des films japonais et 15e tous films confondus (provenant du Japon ou non) surpassant « Jurassic Park » et « Star Wars Episode 1 : La menace fantôme » .

Maintenant, les seuls films d’animations japonais qui surpassent encore « your name » sont « Le Voyage de Chihiro » , « Le Château Ambulant » , « Princesse Mononoke » et « Ponyo » , tous des créations des studios Ghibli.

« Your name » va-t-il détrôner le numéro 1 du box office japonais :
« Le Voyage de Chihiro » ?

Une sortie en France ?

OUI (alléluia).

Une sortie en France a été annoncée et relayée sur le site AnimeLand via @anime et Eurozoom

Mais pourquoi on en parle autant ?

Pour répondre à la question il faut d’abord se demander :

Qui qui a fait ?

Dernier « bébé » du studio CoMix Wave (retenez bien ce nom) très connu des otaku pour sa lignée de films extrêmement bien animés, avec un soin frisant la folie pour les détails des décors, couleurs, lumières etc…

comixwavesimgs

Le créateur de « your name » s’appelle Makoto Shinkai et porte plusieurs casquettes sur ce projet (Réalisateur, Scénariste, Storyboard, Editing). On le retrouve à la tête de toutes les grandes créations du studio (d’où le fait que les fans incantent son nom comme on invoque le nom d’un être sacré apportant paix et providence *se prosterne à son tour*).

Pour l’accompagner il y a Masashi Andou, Directeur d’animation, qui a travaillé notamment sur Paprika, Le Voyage de Chihiro, Princesse Mononoke, Lettre à Momo, Les Souvenirs de Marnie, Princesse Kaguya.
Mais aussi Hiroyuki Okiura, Animation Clé, qui a travaillé notamment sur Ghost in The Shell, Akira, Cowboy Bebop le film, Metropolis, Lettre à Momo, Paprika.

Les musiques sont signées RADWIMPS, célèbre groupe Rock au Japon (et connu ailleurs aussi !) qui a composé pas moins de 22 morceaux pour la musique du film. Si vous voulez avoir un aperçu et comprendre pourquoi autant de gens aiment leur musique, il suffit d’écouter le trailer :

Synopsis

par AnimeLand

Your Name narre la vie de deux lycéens : Mitsuha, une fille de tempérament, désireuse de quitter la campagne et Taki, un artiste qui devient une campagnarde quand il rêve ! Si ces derniers ne se sont jamais rencontrés, le pays des songes semble être un lien fort entre les deux.

Pour aller toujours plus loin (toujours plus fort !) vous pouvez consulter l’article de Rikyz : [Film d’animation] Kimi no Na wa

ANN

 

Publicités

[Film d’animation] Kimi no Na wa

Bonjour à tous ! Et oui, c’est bien lui ! Rikyz le revenant ! Après une année d’absence, sans être absent car j’ai toujours été présent dans l’ombre, je reviens dans la rédaction car…j’en avais envie…et c’est tout…Bref, aujourd’hui je vais m’attaquer à quelque chose qui envoie du lourd alors que les rédactions, ce n’est pas mon point fort…Je commence un peu mal héhé !

Le sujet choisi est le récent film d’animation Kimi no Na wa (Your name) du réalisateur MAKOTO Shinkai (The Garden of Words, 5cm par seconde…) sorti le 26 août 2016 au Japon. L’oeuvre a été produite au sein du studio Comix Wave. On retrouve MASAYOSHI Tanaka (Ano Hana, Kateikyoushi Hitman Reborn…) pour le chara-design et MASAHI Ando (Le voyage de Chihiro, Lettre à Momo…) en tant que directeur d’animation.

 

C’est qui Mino Nawa?

Mitsuha est une lycéenne qui réside dans une petite ville située dans les montagnes. Elle vit aux côtés de sa petite soeur, sa grand-mère ainsi que son père, bien que ce dernier ne soit jamais à la maison à cause de son travail de maire. En réalité, sa vie ne lui convient pas et souhaite pouvoir vivre à Tokyo.

Taki est un lycéen qui habite à Tokyo et qui adore l’architecture et l’art. Il vit une vie normale d’étudiant entouré d’amis et travaille même dans un petit restaurant italien. Mais un jour, il fait un rêve dans lequel il est dans la peau d’une jeune fille qui vit dans une ville en montagne. Mitsuha, quant à elle, fait également un rêve dans lequel elle est dans un corps d’un garçon tokyoïte.

Quel est le secret qui se cache derrière ces étranges rêves qui échangent la vie de ces deux jeunes gens ?

Source : nautiljon.com

 

Pourquoi avoir choisi ce film?

Et bien depuis que certaines personnes se sont procurées la version vosta (Google please), j’ai un peu été floodé sur FB par les pages d’animes auxquelles je suis abonné. De plus, le film est en 1ère place sur Myanimelist, ce qui a accentué ma curiosité sur son succès.

 

 

Mon avis

 

Je ne me rappelle plus à quand remonte le dernier film d’animation qui m’a marqué. Je n’en regarde pas énormément mais Kimi no Na wa est devenu mon coup de coeur de l’année 2016. Rien qu’avec la bande-annonce (que vous pourrez zieuter à la fin de l’article), tu sens que ça va être intéressant. Cependant, les bandes-annonces montrent souvent l’essentiel de l’histoire et tu te sens insatisfait au moment du visionnage car tu t’attendais à plus. Et là, tu te dis que c’est le cas pour ce film…Hé bah non !

 

Au niveau du scénario, il y a une chose intéressante qui m’a plu en commençant le film, c’est l’opening. Oui, oui j’ai bien dit opening, comme dans les animes. Et comme bon nombres d’opening (Meepow you know what I see), ce dernier laisse des indices concernant le temps. Je n’en dis pas plus mais vous l’avez compris j’imagine.

L’histoire suit bien son cours. On découvre petit à petit l’environnement de nos protagonistes, même si on se focalise plus sur Mitsuha que Taki. Nos 2 héros découvrent la vie de chacun par le biais de ces « rêves », qui vont les lier au fur et à mesure alors qu’ils ne se connaissent pas. Arrivé à un certain passage, BAM ! tu ramasses une grosse claque dans la tronche. Et c’est là où la notion du temps joue son rôle.

 

En ce qui concerne les graphismes, on ne peut que constater la grande qualité des dessins, à moins d’être aveugle pour dire le contraire. C’est très beau, coloré et l’un des points forts réside dans la ressemblance quasi-parfaite des lieux de Tokyo. (cf reportages sur youtube :p )

Pour les OST, je vais les classer en 2 catégories : OST « simples » (musique sans paroles) et OST « opening » (musique avec paroles).

Les OST « simples » sont sympa mais sans plus car ce sont les OST « opening » qui m’ont le plus marqués. En effet, ces derniers ressemblent à des fins d’épisodes d’animes où t’entends la musique de l’ending sauf que ce ne sont pas les images de l’ending qui passent. Si tu visualise l’effet dont je parle, sache que les OST « openings », au nombre de 4, sont chantés par le groupe RADWIMPS.

 

 

Pour ce qui est des personnages, comme dit précédemment, Mitsuha est plus mise en valeur que Taki. C’est une jeune fille qui se sent mal à l’aise dans son village. Etant la fille du maire, elle subit souvent des critiques à cause des actes de son père. Elle est aussi prêtresse du temple de son village et doit suivre les coutumes liées à ce rôle sous la direction de sa grand-mère. Mitsuha endosse un statut et un rôle assez important, ce qui justifie son envie de quitter le village après l’obtention de son diplôme.

Quant à Taki, c’est un jeune homme calme, sérieux et parfois impulsif selon les situations. On en apprends pas plus sur lui, ce qui nous laisse penser qu’il mène une vie normale sans soucis.

Mitsuha est interprétée par KAMISHIRAISHI Mone (Keno de Ookami Kodomo no Ame to Yuki) et Taki par KAMIKI Ryunosuke (Kenji Koiso de Summer Wars).

Pour ce qui est des personnages secondaires, on sait très peu de choses sur eux. Ils auront toutefois un rôle important à accomplir au sein du scénario.

 

Enfin, un point qui n’est pas souvent abordé lorsque l’on donne des avis, c’est le titre. Pourquoi ce titre? Il n’est pas difficile de deviner que les personnages principaux se rencontreront, même la phrase d’accroche de l’affiche l’indique : « Je suis à ta recherche, toi que je n’ai encore jamais rencontré » (manga-news.com)

On se doute que chacun connaîtra le prénom de l’autre, cependant on ne s’attend pas à la valeur cruciale de ces derniers au sein de l’histoire.

 

Pour finir, le film ressasse beaucoup de genres tels que le slice of life, la romance, un peu de comédie, le gender bender et enfin…Non je ne vous dirai pas le dernier genre pour vous laisser apprécier la surprise. Libre à vous de le trouver sur internet. Teehee ! :p

 

Ceci marque la fin de mon avis sur le film. Il m’est difficile d’en dire plus sans spoil les parties qui font que ce film est intéressant. Ce qui est sûr c’est que je n’hésiterais pas à acheter le bluray quand il sortira en France (alors que je suis un gros pirate) et surtout je sens que je peux le regarder autant de fois sans me lasser. Donc allez-y, regardez le et faîtes vous votre avis sur le succès de l’oeuvre.

 

Sur ce, je m’en vais de ce pas préparer un autre art…plateau de sushi. T’as cru que j’allais continuer à faire des articles? C’est beau de rêver…Gomen ne !

Et comme promis, voici la bande-annonce originale !

 

 

 

Approved, watched and loved by Rikyz
[Edited some time after by Babiwan]

Attack on Titan, le point de vue!

c'est même mieux que le film

bon c’est un fake mais c’est bien quand même.

« L’Attaque des Titans (進撃の巨人, Shingeki no Kyojin?) est un film réalisé par Shinji Higuchi, sorti en 2015.Inspiré du manga éponyme L’attaque des Titans de Hajime Isayama , il est divisé en deux parties, dont la première est sortie le 1er août au Japon et la seconde intitulée Attack on Titan: End of the World (進撃の巨人 エンド オブ ザ ワールド, Shingeki no Kyojin: Endo obu za Wārudo?le 19 septembre 2015.

– LES GRANDES LIGNES-

Nous suivons dans ce film les aventures de Eren Jaeger, évoluant dans un monde ravagé par des créatures géantes! L’humanité vit cloisonnée à l’intérieur de villes autours desquelles ont été érigés des remparts vertigineux sensés les protéger de la menace des titans. Jusque là, un siècle avait pu passer sans que les Titans ne se manifestent. La paix est revenue et l’insouciance gagne les cœurs. Dans une ville où il fait bon vivre et où les violettes fleurissent, nous retrouvons notre jeune Eren et ses amis, Mikasa et Armin.

Tous trois évoquent les rêves et les choses au-delà du mur, des grands espaces et de la liberté, et c’est à ce moment précis que leur vie va être bouleversée car ils subissent de plein fouet l’attaque d’un titan!  Aucune surprise dans ce (trop) long métrage, nous suivons les grandes lignes du manga, à ceci près que l’univers mediéval/dark fantasy laisse place à un monde post-apocalyptique à la Fallout.

D’aucuns croiraient que ce changement de contexte rendrait l’univers SNK moins « dangereux » mais ce n’est pas le cas ici car même si les troupes humaines font des patrouilles à bord de Derricks d’assauts et qu’elles disposent d’un armement et d’une organisation hors du commun, elles n’en restent pas moins vulnérables face aux titans. Bref, le premier film c’est tout comme le manga!

-LICORNES NAZIES, IPPON SEOI NAGE ET ÉLÉMENTS DÉRANGEANTS-

    Finalement, il n’y a pas grand chose à dire au niveau du scénario du film, puisqu’il découle directement du manga, cependant de nombreux petits éléments ajoutés au long métrage rendent son visionnage douloureux. Nombreux sont ceux qui auraient préféré voir le film se dérouler dans l’univers médiéval dépeint dans le manga, mais ce n’est clairement pas sa transposition dans un monde plus moderne qui est le problème du film, mais bien le manque de logique dans son contexte.

Au tout début du film, nous avons droit à des plans sur une partie du Mur qu’Eren, Mikasa et Armin vont voir, nous y distinguons clairement une carcasse d’hélicoptère de guerre, ce qui est un indicateur technologique précis.On se dit que le titans serait au moins accueilli par des tirs de DCA ou de mitrailleuses lourdes mais non, la garde tire sur les hordes de titans avec des canons du 17ème sur lesquels on a disposé des câbles électroniques du FUTUR.

Un autre grand moment de lucidité scénaristique intervient lorsque les habitants fuient le déferlement de titans: ces gens vivent dans les bâtiments qui constituent nos villes modernes, ce sont des infrastructures en béton armé, il y a des caves et même certainement des abris anti-atomiques… mais où vont se cacher les gens lorsqu’ils sont attaqué par des géants avec une force colossale? Dans l’église en bois bien sûr!

Mais à mon sens, le passage le plus représentatif de ce manque flagrant de logique est celui où Sannagi fait une prise de judo à un titan qui l’attaque… oui, un mec dans ce film fait goûter son judo à un titan… j’ai juste envie de dire #sautedansmonshort.
Parmi ces éléments, il existe quand même des points positifs , notamment au niveau des costumes. Dans l’ensemble, les uniformes des sections sont bien faits, les cuirs sont usés et sales, les équipements tri-dimensionnels ont un cachet,bref, c’est pas un vieux cosplay tout  pourri, mais celui qui fait le plus effet, c’est l’uniforme de la section de la police militaire car, quand on l’aperçoit on ne peut se dire qu’une seule chose: ces mecs font partie de la gestapo des licornes!

En somme, le film nous prend par la main pour nous montrer le méchant de l’histoire…Paie ta subtilitéyyy !!! Mais bien que ça ne soit pas un reproche,ça a le mérite de surprendre! Comme cette « scène de fesse » qui intervient comme ça sans prévenir et qui s’arrête aussi sec! « AHA! tu l’as pas vu venir celle-là ?! »

Là non plus, ne vous attendez pas à un truc du genre Game of Thrones ou Spartacus (ça c’est pour les vrais), c’est juste que ça arrive comme un cheveu sur la soupe, que c’est chaste et que ça sent surtout la scène rajoutée à l’arrache pour donner un cachet « jesuistropdark ».

[ Edit Babiwan : Ah ça c’est sûr on voit bien la Gaule du Gaulois, Xena elle ramasse quand même avec toute ces acrobaties… en combat. En combat bien sûr…. Je, j’ai un truc à faire j’y vais là, ya euuh… les spectres d’Hadès qui m’attendent pour un barbeuc avec Camus et Aiolia, toute une saga cette histoire ^^’ ]

le silicone c'est malLes plis du costume!

  Au niveau des effets spéciaux, je vais tâcher de ne pas trop défoncer sa race à l’ambulance vu que le budget du film n’était pas titanesque…pardon. Il y a peu de gros effets spéciaux au début du film, mis à part l’étalonnage et certaines scènes tournées en fond vert avec les titans, ils arrivent surtout vers la fin quand Eren se transforme.

La scène de combat finale est rythmée bizarrement mais fonctionne, on peut voir la tenue en silicone se tordre bizarrement et le découpage rend certaines scènes un peu floues mais le côté gore des combats est présent même si c’est nanardesque.

Tu vois bien le masque?

Tu vois bien le masque?

Ce plan est bien par contre!

Ce plan est bien par contre!

En général le traitement est très inégal et on voit souvent les décors en carton pâte façon Godzilla, les jointures dans les costumes ou le traitement des giclées de sang d’after effect.
Tout le budget a dû partir dans les phases de bataille en équipement tri-dimensionnel, surtout celles où  on  voit Mikasa évoluer dans les airs aux côtés de son mentor le très célèbre Shikishima, en train de tuer du titan à tour de bras, dans des formations aériennes un peu molles et des mouvements de câbles pas toujours raccords.

En résumé, le film dans son ensemble fait très nanars des années 90 dans lequel on aurait mis un peu de modernité. Rajoutons à cela un développement des personnages ridicule -des clichés de clichés- et un jeu d’acteur trop manga,cela nous donne un film moyen avec pas mal de bonnes idées mais qui a du mal à les exploiter.

Si vous êtes fan de la saga SNK, il faut regarder ce film, ne serait-ce que pour en apprécier encore plus le manga. Faites le sans en attendre trop, et tapez vous des barres de rires devant, parce qu’il reste quand même fun à regarder surtout comparé à Dragonball Evolution!

[Edit Babiwan : Les deux dernier mots sont de trop hérétique ! Qu’il soit dévoré par des Titans de Boku no *Censure* ! ]