Le Tournoi Dragon Ball Fighters Z arrive ! Voici les Meilleures Intros de Jeux Dragon Ball ! (Selon la Team Jeux Vidéos bien sûr :p)

Elle envoie notre affiche non ? héhé !

Le Festival Manga NC arrive ! De nombreuses animations vous attendent : Spectacles de danse (K-pop, J-pop), Concours de Cosplay, Concours d’AMV, Découverte Papercraft, Stands de nos partenaires, et bien d’autres choses pour votre plus grand plaisir !

(Détail de l’événement ici : Cliquez ! Pour rappel, le Festival Manga NC a lieu le Samedi 5 Mai 2018 de 9h à 17h au Centre Culturel du Mont-Dore. En Nouvelle-Calédonie bien sûr, pour les lecteurs outre-lagon qui auraient la chance de nous lire :p)

Mais une autre animation vous attends le même jour : le stand jeu vidéo, avec son :

TOURNOI DRAGON BALL FIGHTER Z !!!

Il est pas beau le Goku hein ? IL EST PAS MAGNIFAIK ?

Dragon Ball, un monument du manga et de l’anime, et une franchise qui aura vu émerger un nombre de jeux vidéos incroyables, OVER 8000 ! (les vrais sauront :p)

Comme la puissance de ce Goku dans DB FighterZ. Héhé… ça donne envie de jouer hein ? Venez donc au tournoi jeux vidéo du festival nous montrer votre maîtrise martiale de la manette !

A cette occasion, les membres du stand jeux vidéos ont décidé de vous faire briller les mirettes de nostalgie en vous présentant leurs openings préférés des jeux vidéos Dragon Ball, et croyez-moi, ya de la matière ! (comme Dragon Ball Online et sa superbe cinématique !… Personne ne l’a choisie, mais il ne peut y avoir qu’un élu par personne !)

L’auteur de cet article fait bien entendu partie de l’équipe jeux vidéos, avec quelques autres fous furieux de la manettes (mais toujours otakus dans leurs petits kokoros, comme tous bon membres de l’Association Manga NC !).

Ici vous n’aurez les avis que de l’équipe principale du stand jeux vidéo, les architectes du tournoi si l’on peut dire, mais sachez que nous remercions d’avance les autres larb… heuu bénévoles qui nous aideront à acceuillir le public au stand jeu vidéo (et bien sûr l’ensemble des membres de l’assoc, bénévoles extérieurs et partenaire pour l’organisation globale et les coups de main, cela va de soi)

Vous aurez donc ici les avis de Fabien, Nathan, Bryan et moi-même. (Et peut-être d’un boss caché aussi :p)

Ce Goku de Dragon Ball GT qui vous taunte d’un air de défi, prêt à la baston… Comment lui résister ? On a qu’une envie c’est de se battre !

Commençons par notre vétéran Fabien, son opening préféré c’est Dragon Ball Final Bout ! (Et mon avis personnel, c’est que cet homme a du goût, comme toujours !)

Dragon Ball Final Bout est un jeu qui date d’à présent de deux décennies, sorti en 1997 sur Playstation première du nom, édité par Bandai. Il avait la spécificité à l’époque d’avoir des personnages de Dragon Ball GT jouables, ce qui était encore rare, puisque GT était tout neuf à l’époque ! Ainsi on avait des Super Saiyan 4, Li-Shenron et autres Baby Végéta qui cotoyaient Cell, Freezer et Gohan…

L’intro est réellement de toute beauté, animée par les équipes de la Toei ! (Par contre le jeu était très dur à comprendre et à jouer, rien que faire un kamehameha demandait de l’entrainement…).

Mais assez divagué, voici l’avis de l’expert :

Dragon Ball Final bout : Le premier jeu Dragon Ball sur PS One avec un roster de personnage complet, des combos bien ficelés, et une animation de malade pour l’époque. L’opening me donne des frissons à chaque fois que je l’écoute.

(Il s’agit en réalité de mon opening préféré également, mais c’est moi qui ai demandé à faire cet article, alors je me reposerais sur mon 2ème opening préféré pour donner mon avis… A moins que ? Non c’est impossible ? Quel est ce ki, cette puissance ?… Je ? Ce Swag venu tout droit de Jojo enveloppant un afro-saiyan ?!)

Impossible ! Il n’aurait quand même pas ?!

Mais si ! C’est Joseph JoesNathan ! Et il a pris mon 2ème choix ! Encore un homme avec de bons goûts ! Décidément ! Et son choix s’est porté sur Dragon Ball Budokai, 1er du nom !

Notez que vous avez sur le dos de la couverture la petite précision sur les graphismes améliorés pour la gamecube. En effet, le Cell-Shading était de la partie et mine de rien, ça faisait son petit effet ^^

Dragon Ball Z Budokai est sorti en 2002 sur Playstation 2 et en 2003 sur Gamecube, développé par Dimps. C’est le premier jeu de combat grand succès de la franchise Dragon Ball sur cette génération de console et le premier gros succès mainstream d’un jeu avec des graphismes en 3D, avec des contrôles facilités et bien plus accessibles que sur Final Bout (une simple pause permet de voir la liste des techniques). Néanmoins, contrairement aux Budokais suivant, une certaine difficulté était conservée pour l’éxécution des techniques, puisque il fallait faire une combinaison de touches pour faire un kamehameha (par exemple quatre coups de poings et la touche de boule de feu), alors que par la suite même si ces commandes originales sont conservées, un système simplifié est ajouté (droite + boule de feu dans Budokai 3 par exemple), ce qui augmente grandement la facilité à sortir des attaques spéciales.

Et voilà l’avis de notre second expert qui défendra ce classique bien mieux que moi :

Dragon Ball Budokai (la version Gamecube): Mon premier jeu dragon ball sur console de salon et même des années plus tard il reste mon préféré ! Tellement d’heures passées dessus pour personnaliser mes combattants avec leurs techniques ultimes (utiliser l’attaque volley ball de tenshinhan sur des gros méchant type Cell est juste GOLD ! ) Sans compter le chapitre bonus où c’est Mister Satan qui déboite tout le monde pour vaincre Cell… Enfin bref je pourrais en parler des heures ^^ Ps: Les ost sont GÉNIAUX ! (Je conseille A hero’s Desperation)

(sorry pour la qualité, pas évident à trouver en bonne définition. Par contre l’ost déchire toujours autant. Ah et d’ailleurs voici le lien de l’ost recommandée par le guerrier Nathan, « A Hero’s Desperation« … Une ost magnifique, celle de Gohan qui en chie contre Cell, tous ceux qui ont joué au jeu ont encore des frissons en l’entendant !)

Bon il me reste encore des options malgré tout. J’ai toute une série de jeux favoris sur Dragon Ball hahaha ^^’. Je sais que jamais 2 sans 3 mais quand même… QUAND MÊME ?… QUAND MÊME PAS ? QU’EST CE QUE ? Cette aura maléfique provenant de la Triforce de la puissance ? Ce Ganondorf avec les plans d’un DIO ? Non ! SONNA BAKARA ! *S’effondre sur ses genoux devant l’aura de saiyan légendaire qui se ramène*

Non ? Pas encore une fois ! C’est impossible ! * à lire avec la voix d’Eric Le Grand, doubleur vf ou plutôt comédien de doublage de Végéta*

Mais de quel opening s’agit-il donc ? Hé bien je vais te répondre jeune curieux, comme dirait un certain Chef Otak… erm non oubliez ça !

Hé bien, c’est l’opening de Dragon Ball Budokai Tenkaichi choisi par Bryan ! Le jeu a été développé par Spike, et est sorti en 2005 sur PS2, arrivant directement juste après le succès de la franchise dont nous avons parlé précédemment, les Dragon Ball Budokai. Surtout après le succès du formidable Budokai 3, il y avait du niveau pour relever le challenge.

La couverture était franchement stylée en plus !

Pour moi, défi réussi : premier jeu qui fait un réel bon usage de la 3D en nous donnant non plus un jeu de combat en 3D classique où on peut juste se tourner autour, mais carrément un Versus Fighting en mode Arena avec un niveau ouvert où on peut se déplacer loin, se cacher derrière le décor et s’envoyer des Kamehameha et des Big Bang Attack à 3000 kilomètres à l’autre bout de la map !

Encore une fois, je laisse mon collègue Bryan défendre son opening mieux que moi ^^

Pour moi ça sera Dragon Ball Z Budokai Tenkaichi, le 1er du nom.
Cette intro de départ avec cette musique était juste teeeeellement stylé et tout ceux de l’époque de la Playstation 2 ont forcément du posséder ou jouer à un Budokai Tenkaichi. Une référence du jeu de combat DBZ et une avalanche de souvenirs et de nostalgie.

De la bonne grosse baston dans cette cinématique. On comprend Bryan ! …

Ahlala ces Saiyans ont du goût, mais que me reste-t’il ? J’ai l’impression d’être Radditz ou Yamcha ! … Non, je ne dois pas céder au désespoir, l’avenir de la Terre, non pire, de mon article en dépend !

Je dois… atteindre… le SUPER REDACTEUR 3 ! AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH

En réalité il me reste encore des cartes à jouer, j’ai gardé de l’énergie sous le coude ! Il y a bien une cinématique qui déchire la dimension de la salle de l’esprit et du temps tellement elle est balèze !

C’est la cinématique de Dragon Ball Z Budokai 3 ! Mais calmons nos ardeurs quelques instants, je présente le jeu normalement, comme les précédents.

En plus j’ai réussi à retrouver la jaquette en Français, c’est y pas beau ça ? 😀

Dernier Opus de la série des Budokai produits par Dimps, celui-ci sort en 2004 sur Playstation 2. C’est clairement le plus abouti des 3. Il garde tous les bons aspects des précédents et y ajoute des éléments intéréssants, comme la Terre et Namek qui peuvent être parcourues en s’envolant dans le mode Histoire, ou plus parlant pour un jeu de combat, des nouveaux mécanismes de gameplay qui augmentent encore les possibilités de maraver l’adversaire, notamment le système d’attaques ultimes qui permet aux 2 joueurs, l’attaquant comme le défenseur de tenter leur chance dans des demi-cinématiques QTE épiques qui font juste couler la sueur sur le front de ceux qui voient ce qu’ils vont se prendre dans la tronche s’ils n’arrêtent pas l’attaque !

En plus, le roster de personnage s’est encore enrichi par rapport aux précédents, avec 44 personnages disponibles (contre 24 pour le premier jeu et 36 pour le second).

En ce qui concerne la cinématique en elle-même, je vais m’auto-citer, tel les grands conquérants de ce monde, Napoléon, Caesar (non pas Ceasar, il va encore mal finir face à Wamuu… 😥 )…

Ai-je réellement besoin de dire pourquoi je kiffe à mort l’opening de Budokai 3 ? Vraiment ? Alors ça tient en trois mots : BROLY CONTRE GOGETA ! P*TAIN ! VOUS FAUT QUOI D’AUTRE ?! XD
Non plus sérieusement, l’opening est stylé partout, l’animation est au top, les scènes de combat sont just épique (purée Freezer et Goku qui se percutent coudes en avant, c’est juste iconique), et l’OST est géniale, que ce soit la version instrumentale occidentale, ou la VO JAPONAISE. Et puis la fin avec Goku qui passe par toutes les transfos pour affronter Li-Shenron… DE QUOI REVEILLER UN ESPRIT SAIYAN EN QUETE DE BASTON !

(ps : je vous avais trouvé une version en meilleure définition, mais c’était en instru sans les lyrics. ET C’EST MANGA NC ICI OK ? JAPOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOON ! )
(ps2 : BROLY VS GOGETA QUOI ! BROLY VS GOGE… *s’étouffe dans sa salive*)
(ps3 : oui le jeu est bien sorti sur ps2 :v )

Bon hé bien, ce fut intéréssant, comme dirait un certain Chef Otaku, Dragon Ball c’est la passion, et là vous allez en avoir de la passion prochainement, avec le Tournoi de jeu vidéo de Dragon Ball Fighter Z héhé, laissez moi donc vous laisser le lien de la vid…

Quelle est cette présence ?! Je n’avais pas ressenti cette énergie depuis une éternité… Un mal ancien venu des tréfonds de la communauté des otakus…

MAJIN BELIOS ! ET IL ME TAUNTE EN PLUS !

Il ne fait pas partie du Stand Jeu Vidéo mais c’est un vétéran du blog, votre auteur @jambelios ! Egalement vétéran bénévole de nombreux Week-ends Geeks, du précédent Festival et nombreux autres évènements de l’association ! Et comme beaucoup, il a déjà bien farmé les jeux Dragon Ball.

Et rebelotte, encore la jaquette en français :p

Son choix s’est porté sur Dragon Ball Budokai 2. Je me contenterais d’une brève description puisque nous avons déjà parlé des deux autres jeux de la trilogie. Toujours développé par Dimps, le jeu est sorti en 2003 sur Playstation 2 et en 2005 sur Gamecube. Il a notamment bénéficié sur la console cubique d’un doublage japonais que n’avaient pas les joueurs de la console de Sony.

Voici donc ce que nous dit Jam sur son opening (ou pas :p)

Budokai 2, parce que c’était chez un poto que j’y ai joué la premiere fois et c’est tout. Souvenir émotionnel je pense. J’avais pas le jeu donc on allez chez un poto qui l’avait et on se pétait des parties avec la bande du quartier.

Force est de constater que comme tous les opening de la série Budokai, cet opening de Budokai 2 envoie du pâté ! On se sent investi d’une puissance digne de passer Super Saiyan !

Et voilà c’est tout pour… *A NEW CHALLENGER IS COMING*

Mais mais…. C’est KEFLA-LYNOU ! @exotiknoob

Puisqu’on m’a si gentiment invité sur cet article *pousse l’auteur de l’article ligoté dans le placard à balais-BROSSE* et puisqu’on parle de Dragon Ball Z, un véritable article DBZ n’en serait pas un sans un petit entracte nostalgie. Les anciens l’auront déjà deviné, les nouvelles générations vont le découvrir avec effroi, mesdames et messieurs je vous présente le générique FRANÇAIS de Dragon Ball Z !!!

Parce que oui, rappelons-le, la popularité de DBZ on la doit avant tout au Club Dorothée. Et même si certains génériques ont un peu mal vieilli, faut savoir qu’à l’époque ces génériques étaient synonyme de plaisir (oh et puis on était gosse hein, sauf que nous on avait pas Dora l’Exploratrice mais des mecs qui s’arrachaient des membres et se faisaient transpercer les entrailles…ok, dis comme ça c’est vrai que ça a l’air craignos mais…NON ATTENDEZ NE PARTEZ PAS REVENEZ !!!
Bref, je repasse la parole à l’auteur de l’article *ouvre le placard d’un coup de pied*.

*Tousse un peu à cause de la poussière nucléaire cachée dans le placard à balais et recoiffe sa fière chevelure de saiyan avec de la sueur sur le front, mais juste une goutte, tel Mister Satan notre héros à tous ! *

Arg, décidément, que de super guerriers dans les alentours. Bernard Minet serait fier !

Comme on ne le rappelle jamais assez, revoilà la petite pub ! Si vous voulez tabasser du saiyan, n’hésitez pas à venir au Tournoi de Jeux Vidéos du Festival Manga NC, le 5 Mai 2018 de 9h à 17h au Centre Culturel du Mont-Dore !!! (même si vous êtes pacifistes d’ailleurs, ya plein de bonnes choses sympathiques à faire, comme manger, regarder les cosplays, faire du papercraft, et bien d’autres animations !)

Allez, pour le plaisir on se regarde la cinématique de DRAGON BALL FIGHTER Z, vous l’avez mérité :p

(Vous le sentez le bon gros versus fighting qui va déboîter ? Oui, ça va saigner au tournoi !)

[Created, Edited, Spiced, Salted and Kaiokened by Babiwan the saiyan :p]

Les prochaines perles Koei Tecmo de Natyva.

tk-tgs-2016

Bonjour, bonsoir à toutes et à tous bande de sales moules à gaufres remplies de *insérer quelque chose de sale* . Aujourd’hui je vous propose un bref topo des prochaines sorties de Koei Tecmo à venir. Je sais pas ce qu’ils ont chez Koei, mais ils veulent en faire toujours plus… Tellement plus qu’ils en sont presque à une dizaine de jeux annoncés lors du dernier Tokyo Game Show !
Bien sûr les jeux cités n’ont pas de réelles dates de sortie, tout ce que vous pouvez savoir c’est qu’ils seront bientôt là et très prochainement sur vos consoles.

I / Dynasty Warriors Eiketsuden. (PS4)

dwe

Je dirais que c’est PRESQUE une nouveauté (enfin, c’est une nouveauté !) car on retrouve là un Dynasty Warriors Tactic mais plus dans un style à la Fire Emblem et non à la Dynasty Warriors Empire.
Nous incarnerons principalement Zhao Yun comme principal personnage du jeu, il sera accompagné de deux personnage random qu’on a jamais vu : Lei Bin (Son ami d’enfance) et Li Xia (Une demoiselle assez mystérieuse).
Le jeu mêlera donc un style de jeu RPG tactique à un Beat ’em All.

Trailer : ici.

 

II / Musou Stars. (PS4)

musou-stars

Toujours en attente d’un Dynasty Warriors 9, le public devra se contenter de ce jeu. Franchement, il a l’air cool. J’espère juste ne pas avoir la même déception que j’ai eu avec Dragon Quest Heroes.
Le trailer me laisse sur de bonnes bases, je dirais qu’il est bien, sans trop l’être. Moyen quoi.
Bref le jeu est un Beat ’em All classique mélangeant « quelques »héros de plusieurs Musou : Ninja Gaiden, Dead or Alive, Atelier Sophie, Dynasty Warriors, Samurai Warriors, Toukiden, etc.

Trailer : ici.

III / Berserk Musou.(PS4/PC [Steam]/ PS Vita)

berserk

Depuis le temps qu’on attendait un bon jeu berserk, on s’attend donc à avoir un bon jeu bien sanglant et gore, eeeeet Koei Tecmo ne blâme pas tout ce qu’on attend de lui. En effet on retrouve là un putain de Beat ’em All bien bourrin et écarlate.
Le nom du jeu complet est donc : « Berserk and the Band of the Hawk« . On retrouvera notre bon vieux Guts et tout un mode histoire prévu à et pour la saga Berserk.
En fait jouer à Berserk Musou ça sera comme avoir une relation sexuelle avec une personne qui a ses règles : Cochon et bien sale pourtant on aime ça faire des bébés.
Une date a notamment été annoncée pour Europe : si tout va bien on l’aura en Europe le 24 Février 2017.

Trailer : ici.

IV / Toukiden II. (PS4/PS3/PS Vita)

toukiden-ii

Si je peux vous décrire Toukiden en quelques mots… Monster Hunter avec des démons.
Omega Force et Koei Tecmo se lancent dans la suite de la saga des Toukiden avec Toukiden II. Un jeu qui a l’air aux abords accessible à tous (un peu comme Monster Hunter) où l’on créera notre avatar, choisira notre classe et même notre équipe (mmmh à vérifier pour l’équipe).
N’ayant pas pu jouer au premier volet, j’espère avoir le seum en jouant directement au deuxième.

[Note de Babiwan : et nous, c’est quand qu’on sort notre Toukyden ? Ils ont déjà fait un Berserk Musou alors…]

Trailer : ici.

V / Nioh. (PS4)

nioh

Aaaaaaaah ! Nioh… Un Souls-like comme on les aime. Rageant, qui nous pousse dans nos limites et dans nos retranchements. Nioh s’annonce être la star de Koei Tecmo. Tout le monde l’attend, surtout les fanas de la série des Souls (Bloodborne/Dark Souls/Lord of the Fallen/Demon Souls).
Un bon gros jeu de farming, qui nous poussera à choisir méticuleusement nos stats à up (Force/Endurance/Esprit/Magie/Dextérité/Vitalité/etc.) qui influeront sur notre façon de nous battre.
La nouveauté qui le sépare des souls est la posture de combat.
La posture haute pour les attaques lentes et puissante, la moyenne pour les attaque modérées et simple et la basse pour les attaques rapides et faibles. Ayant joué à la démo, je m’attends à un gros potentiel de ce PUTAIN DE JEU.

Trailer : ici.

VI / Samurai Warriors : Sanada Maru. (PS4/PS3/PS Vita)

sw-sm

Samurai Warriors : Sanada Maru, reprend la franchise de Samurai Warriors 4 et nous plonge dans l’univers du camp des Sanada. On suivra principalement les performances de Yukimura Sanada du début jusqu’à la fin.
Le jeu reprends les bases des bon vieux Koei qu’on adore tous, le bourrinage de boutons réfléchi ! (Carré , carré triangle, carré carré carré carré triangle rond , etc. )
Le jeu nous proposera quelques nouvelles venue bien sûr (sinon c’est pas drôle !).

Trailer : ici.

 

 

Voili voilou ! J’espère que cette petite présentation vous aura plus. De toute façon c’est pas comme si je le faisais pour vous… *rougis* Baka !
Je vous souhaite une bonne journée et à la prochaine bande de [Insérer mot violent.]. ❤

[Edited by Babiwan]


 

 

Les Merdes Insolites de Natyva.

Bienvenu à tous sur « Les Merdes Insolites de Natyva ». Vous avez bien compris aujourd’hui nous parlerons de Jeux Vidéo. Je vous propose ce petit journal improvisé en 3 parties :
-Une Petite Critique de Jeu Vidéo.
-Une Future Sortie.
-Mon Coup de Coeur.

11811353_849131828474785_4786726849588923523_n

I/ Critique : Odin Sphere Leifthrasir.

odin-sphere-1Si vous n’aimez pas les jeux linéaires répétitifs avec plusieurs belles histoires différentes mais toutes reliées et où il faut farm comme un gros cochon pour pouvoir dominer le jeu (en Difficile bien sûr), alors ce jeu n’est pas fait pour vous.
Pour les anciens qui l’auront déjà connu, ce jeu est super bien, et le remake HD nous offre un sublime design digne du Japon. Vous allez avancer dans le jeu (dans l’ordre) en tant que Gwendoleen (Valkyrie), Cornelius (Pooka [sorte de lapin] Bretteur), Mercedes (Fée Archère), Oswald (Berserk) et Velvet (Sorcière à chaîne) et tous auront leur propre style de combat, leur propre technique ainsi que leur propre histoire.
Deux fins seront à votre disposition (Qui se fera selon vos choix sur la fin) :
-La bonne où vous suivrez la prophétie et empêcherez l’Armageddon et connaîtrez la fin heureuse.
-La mauvaise fin où comme Enonriel des Reflets d’acide dîtes fuck à la prophétie et laissez l’Armageddon suivre son cours et donc verrez le monde suivre le cours de sa destruction.
Le Jeu est bien en soi, mais malgré sa beauté et son concept original il restera long à finir (Du Farm, de l’xp, de la nourriture, etc.) et sera répétitif as fuck.
Je vous l’avoue, j’ai adoré le jeu. Mais quand tu te mets à Farm autant pour repasser lvl 1 à chaque changement de personnage pour apprendre à en jouer un autre. (ça m’a troué la première fois Gwendoleen lvl 70 pour repasser avec un putain de lapin de merde lvl 1 que je sais pas jouer du tout [Jusqu’à l’avoir maitrisé au fil du temps.] bah je peux vous dire que ça fout les boules.) Mais en tout cas, en ce qui concerne l’histoire du jeu, c’est d’une beauté assez rare de nos jours. (Bah à vrai dire le jeu est vieux aussi… C’est un Remake HD…)

odin-sphere-2

Note : 15/20

II/ Future Sortie : Touhou Genso Rondo : Bullet Ballet.

touhou-2Vous ne vous y attendez pas ? Un Touhou sur PS4 fait par la NIS ? Bah ça existe et il a été annoncé pour le… On m’annonce qu’en fait il est déjà sorti en Amérique le 09 Septembre 2016… C’est pas tellement une prochaine sortie du coup. Bah tant pis, je me rattraperais au prochain article. Hue Hue Hue.
Ce Touhou est un shoot’em up de combat. (Jouable de 1 à 2 joueurs)
Il reprend le style d’un touhou classique mais dans un style de Player versus Player en sachant que maintenant il n’y aura pas qu’un boss sur le terrain mais deux : Le personnage en face et Vous.
Bref j’espère vraiment pouvoir trouver cette perle sur le territoire car pouuuuaaah ça jette du pattée ! On peut compter une Dizaine de personnages sachant que chaque perso aura sa propre panoplie de coup et de Spells qui vous obligeront à déployer votre « Touhou Skill ».

Voici un petit trailer pour vous mettre dans le bain.

touhou-1Note : 16/20

 

III / Mon Coup de Cœur : Disgaea 5.

disgaea-1Plus j’avance dans ce jeu, plus je me dis : Wow… Quel jeu excellent ! Une histoire qui a l’air de puer la merde au début… MAIS PUTAIN ! L’histoire est trop bien. Je sais je parle beaucoup de Disgaea dans mes articles jeux… HORS ! QUAND TU ATTEINS LES PUTAINS DE 999999 de damage sur l’ennemi, bah… TU LE KIFFE LE JEU. xD
Bref cette semaine je me suis remis sur ce jeu et franchement je serais jamais déçu de ce jeu, c’est mon petit coup de cœur.

disgaea-2

C’était « Les Merdes Insolites de Natyva ». Une suite très prochainement. 😉

JAPAN RETRO GAMING avec Natyva : Jojo’s Bizarre Adventure (Arcade).

COUCOU LES GENS !

Pour ceux qui ne me connaissent pas, je suis votre voisin le plus proche: Natyva. Bien sûr j’ai d’autres pseudo. Certains me surnommeront « Totoro » pour mes rubriques dédiées aux mangas et pour d’autres je serais « Hentai Sama » car je m’occupe d’une rubrique assez spéciale qui ne vous concerne pas les enfants. (OUAIP !) Ou du moins je décline toute responsabilité sur les jeunes qui y feront un tour (Demandez au moins l’autorisation à vos parents bande de malotrus mineurs)… BREEEEEEF !!! On en est pas là pour l’instant, car aujourd’hui je me pencherais sur de l’art vidéoludique, sur du lourd, sur de la psychojet, sur la clope des gamers, car on va faire un tour du côté des jeux vidéos.

[Note de Babiwan : il a disparu depuis longtemps de la circulation, un peu comme un boss caché qui a fui entre deux opus d’un jeu de combat. C’est le Dio de la bande quoi en gros. Z’êtes foutus ! XD]

47792

Jojo no Kimyouna Bouken : Miraie No Isan.

Jojo no Kimyouna Bouken : Miraie No Isan (Jojo’s Bizarre Adventure : Heritage For Future) est un jeu de Combat né dans les salles d’arcades (CP System III) en 1999 au Japon puis en 2000 en Europe et en Amérique puis ensuite porté sur Playstation et Dreamcast. Il a été édité sous la fameuse enseigne qu’est Capcom (pour ceux qui ne connaissent pas : les créateurs de Megaman, Devil May Cry ou encore Resident Evil).
Jojo no Kimyouna Bouken : Miraie No Isan est enfin réadapté en une version HD (Haute Définition) sur le PSN et le XBLA en 2012.

jojoban

Le jeu se base sur le troisième arc de la franchise des Jojo’s Bizarre adventure (ou la 3ème génération) soit Stardust Crusader et donc nous propose un certain panel de personnages à jouer :

[Dans les protagonistes]
– Jotaro Kujo Joeystarr et le Star Platinum (ORAORAORAORAORAORAORAORAORAORAORAORAORAORAORAORAORAORAORAORA!!!)
– Joseph Joeystarr et son Ermit Purple (OVERDRIIIIIIIIIIIIIVUUUUUUUUUUUU !!!!)
– Mohammed Avdol et Magician’s Red (CROSSFIRE HURRICAN SPECIAAAAAL !!!)
– Noriaki Kakyoin et Hierophant Green (HIEROPHANTO GREEEEEENU !!!)
– Jean Pierre Polnareff et Silver Chariot (LAST SHOOOOOOTTOOO !!!)
– Iggi et The Fool (WOOF !)
– New Kyakyoin
[Dans les antagonistes]
– Dio Brando & The World 21 (ZA ! WARUUUUDOOOO !!!)
– Vanilla Ice & Cream (Le jeu de mot pourri quoi :v)
– Rubber Soul (Vilain Kakyoin) (EMERALD SPLAAASHU !!!)
– DEATH 13 (LALI-OH!)
– Alessi & Sethan. (Ushi ushi ushi)
– Black Polnareff & Anubis (Oboetazo ! )
– Chaka & Anubis
– Khan & Anubis
– D’bo & Ebony Devil
– Marahia & Bast
– Midler & High Priestess
– Pet Shop & Horus
– Hol Horse & J. Geil.
– Hol Horse & Boingo
– Shadow Dio

 

QUALITE DU JEU

jojoba

Le Gameplay : Jojo no Kimyouna Bouken: Miraie No Isan est un jeu de combat de base en 2D à la Street Fighters ou à la KoF (King of Fighters) (Dragon, quart de cercle, Combos, special attack, Super, etc.). La jouabilité est fiable mais un peu plus molle que King of Fighters sur arcade et plus rapide que Street Fighter sur arcade aussi (oui je sais… Drôle de référence.).
Les Boutons sont assez simples ce qui donne une prise de main assez facile pour les débutants : Low Attack pour les coups faible, Medium Attack pour les coups moyen, High Attack pour les coups puissants et enfin Special pour l’activation des Stands. L’utilisation des Stands sont assez complexes quand on commence à y jouer mais avec de l’entrainement on s’y fait très vite.

[Ma note : 4/5]

La Durée de vie : Le jeu étant assez simple contre le CPU (l’ordi) dans une salle d’arcade la durée de vie ne se résumerait peut être qu’à un seul ou deux jetons si vous êtes assez doués pour les jeux de combats ou 2 à 4 jetons si vous êtes des débutants. Le CPU n’étant pas au top de sa forme au mode histoire, si vous voulez de la difficulté vous vous baserez plus sur le mode « Challenge » qui montera le niveau du CPU au fur et à mesure que vous gagnerez vos rounds.

[Ma note : 3/5]

Le Son et les Original SoundStrack (OST) : La musique n’est franchement pas dégueulasse elle fait honneur à la série des Jojo’s Bizarre Adventure. Au niveau des voix de personnages par contre (même si c’est normal donc c’est pas vraiment grave en soi) le son sature sur Arcade mais devient potable par la suite mais reprend malgré tout les bonnes bases de l’anime et le manga papier (MUDAMUDAMUDAMUDAMUDAMUDAMUDAMUDAAAA !!!)

[Ma note : 5/5]

Le Design du jeu : Le design du jeu mélange la 2D du jeu de combat et quelques vignettes sorti du manga lui même (papier bien sûr). Un mélange assez beau dans la limite du raisonnable d’un ancien jeu d’arcade. (Après c’est vrai que pour l’année de sa sortie en 2000 il aurait pu être beaucoup plus beau qu’il ne l’est.).

[Ma note : 4/5]

tumblr_nbv3o7teVc1r7sijxo1_500

!! CONCLUSION !!

Jojo no Kimyouna Bouken: Miraie no Isan est un des meilleurs de la série des jeux de Jojo’s Bizarre Adventure pour ma part. Une bonne durée de vie sur arcade tant que vous avez des jetons (6 combats si vous survivez avec un seul jeton en mode histoire) mais une énorme durée de vie sur console, des combats assez simple qui offrent une bonne poigne et une bonne prise de main pour les débutants sur arcade (difficulté variable et changeable sur console), un son excellent pour un simple vieux jeu de combat et enfin un bon design du jeu sur le décor en arrière plan et pour les personnages, j’offre à ce jeu la modeste note de 16/20 parce que « ZA ! WARUDO !!! ».

tumblr_nxhja13yTR1r7sijxo1_500Et enfin une petite vidéo pour vous présenter la liste des supers disponibles. cliquez ici !

 

[Edited and approved by Babiwan Platinum from Speedwagon Industries]

[Découverte] Le Manga en Cosplay (Partie 2)

Bon, alors voilà la suite de mon article sur le cosplay. Pour voir la première partie, c’est ici : https://manganc.wordpress.com/2016/06/29/decouverte-le-ma…cosplay-partie-1/

 Règlement pour le WSC (suite) :

B. Autres Modalités du Championnat

[1] Tous les vêtements, les accessoires portables (y compris les armes) et en particulier les réglages de la scène doivent être faits à la main. Utiliser des éléments disponibles dans le commerce tels que des répliques d’épées est interdit. […]

[2] Prendre toutes les précautions de sécurité avec des armes de scène et des accessoires. […]

[…]

[6] Il est interdit de copier directement des dessins originaux, des logos ou des arts graphiques à votre équipement ou des accessoires.

[7] S’il vous plaît préparez votre propre musique pour votre performance. […]. L’utilisation de la voix des acteurs de la voix d’œuvres originales dans votre musique est interdite. […].

[8] Lors de l’affichage des mots utilisés lors de la performance sur scène, de sous-titres japonais, nous vous recommandons d’utiliser votre langue maternelle pour vos discours.

[…]

[15] Il est interdit d’effectuer votre performance dans le public.

[…]

[18] L’ordre de performance est décidé par tirage au sort. […]

C. Critères de sélection pour le Championnat.

Le jugement est réalisé en deux parties : la performance sur scène et la qualité de l’artisanat du costume.

[1] Chaque juge sur scène du championnat de cosplay peut attribuer 10 points pour la Performance, 5 points pour l’Expression Scénique, et 5 points pour Character Fidelity, pour un total maximum de 20 points. […]

[2] Le jugement de l’artisanat du costume est effectué par les organisateurs nationaux avant le championnat et est ajouté au score du jugement sur scène. Chaque organisateur national peut donner jusqu’à 100 points […] : 40 points pour la précision du costume, 40 points pour la qualité du costume, 20 points pour la technique.

[…]

Contenus et Matériels Explicitement Interdits :

Ndlr : En gros, tout contenu impropre à la vente aux mineurs (18 ans ou moins). Bandes de pervers ! Ah et au fait, les œuvres éditées par la Shueisha (Bleach, Blue Exorcist, Death Note, Dragon Ball, Gintama…) sont interdites pour des questions de droits.


Du cosplay au manga, il n’y a qu’un pas.

Bon, maintenant que vous savez tout du cosplay et que vous êtes incollables sur le sujet, je vous propose de découvrir des mangas à travers nos personnages favoris. Les plus Otakus d’entre-vous reconnaîtront sûrement le manga au premier coup d’œil et d’autres auront peut-être un peu plus de mal. Les cosplays que j’ai pu prendre à la Japan Touch sont en partie manga et en partie Jeux-Vidéos et Films, donc il n’y en aura pas des masses pour traiter du sujet. De plus, ces cosplays ont été faits par des amateurs et donc, bien que l’on respecte le travail et les efforts de chacun, ils ne sont pas forcément de qualité. Pour ces deux raisons, je vous ai complété cet article par des cosplays fait par des professionnels  ! Enjoy !

DBZ

Piccolo, Tortue Géniale et Krilin de « Dragon Ball Z »

Dragon Ball : Bon, le premier qui me dit ne pas connaitre ce manga, je le découpe en (tout) petits morceaux, je les broie et les bois avec une paille. Dragon Ball est un des manga les plus populaires au monde.  Pour ceux qui malgré tout seraient passés à côté, Dragon Ball est un manga de TORIYAMA Akira (Dr Slump, L’apprenti Mangaka), paru en 1984 (Pfiouu ça ne nous rajeunit pas tout ça ! ). Le manga raconte l’histoire de San Goku, un petit garçon doté d’une queue de singe et d’une force impressionnante pour un garçon de son âge. Le petit Goku rencontre alors Bulma, une jeune fille à la recherche des 7 Dragon Balls qui, une fois réunies, exaucent n’importe quel souhait. Ça tombe bien, lui même possède une Dragon Ball qu’il tient de son grand père. Suite à un compromis, il part à la recherche des 7 boules de cristal en tant que garde du corps de Bulma. Au cours de ses aventures, Son Gôku rencontrera beaucoup d’amis comme Krillin, Yamsha, Kame Sennin, mais aussi beaucoup d’ennemis comme le Red Ribbon et Pïccolo…

Le manga a été décliné en de nombreux animes et films : Dragon Ball -1986-, Dragon Ball Z -1989- (Reprends 5 ans après le mariage de Son Goku), Dragon Ball GT -1996- (Se passe 10 ans après DBZ), Dragon Ball Kai -2009- (Nouvelle version de DBZ) et Dragon Ball Super -2015- (Suite directe de DBZ).


Madara

Madara Uchiha de « Naruto »

Naruto : Ici aussi, on a affaire à un manga cultissime qu’on ne présente plus, de KISHIMOTO Masashi (1999). Naruto Uzumaki, jeune garçon du village de Konoha, passe son temps à faire le cancre et les 400 coups pour fuir les moqueries de ses camarades. En effet, 12 ans plus tôt, alors qu’il n’était qu’un nouveau né, le quatrième Hokage sacrifia sa vie afin de sceller en lui Kyuubi, le démon Renard à 9 queues. Les Villageois ne faisant plus la différence entre le garçon et le démon ne font alors que le brimer. Naruto débute alors un entrainement ninja dans l’équipe 7 de Kakashi Hatake, aux côtés de Sasuke Uchiha et Sakura Haruno. Le jeune homme espère ainsi devenir Hokage et prouver sa valeur aux gens de son village. Mais le chemin est long et semé d’embûches et pour espérer atteindre son objectif, la première étape est de devenir Genin.

Naruto a lui aussi eu son lot d’adaptations. Naruto – 2002 à 2007- (Adaptation de l’enfance de Naruto) ; Naruto Shippuden – Depuis 2007, la diffusion est toujours en cours – (Adaptation de l’adolescence de Naruto). Onze films ont également vu le jour ainsi que des Spin-offs.


Méphisto

Méphistophélès de « Ao no Exorcist »

Ao no Exorcist : Manga de KATO Kazue (Space Travelers, Time Killers) paru en 2009, il est un peu moins connu que les précédents mais personnellement, j’ai bien kiffé. Rin Okumura est un jeune garçon adopté par des exorcistes. Un jour, il apprends par Satan que son père biologique n’est autre que le Malin lui-même mais refuse de l’accompagner dans son monde. Dévasté par la mort de son père adoptif, Rin ne peut se défaire des principes inculqués par ce dernier. Il décide alors d’accompagner son frère Yukio à l’Académie de la Croix-Vraie, dirigée par Méphistophélès. Il y étudie alors dans le but de devenir exorciste afin d’exterminer tous les démons, quitte à libérer la puissance démoniaque qui sommeille en lui, à chaque fois qu’il dégaine le katana de Satan.

Ao no Exorcist à vu son adaptation en anime en 2011, suivit par un OAV « Ao no Exorcist : Kuro no Iede », centré sur Kuro, le Bakeneko (Démon-chat à 2 queues) de Rin. Un film est également sorti en 2012.


OnS

Yuu et Mika de « Owari no Seraph »

Owari no Seraph : Il fallait que je vous parle de « Yaoi no Seraph », ne serait-ce que pour Meepow et Aline [Taunt de Babiwan : Meeka x Lyuu] ! Ce manga de KAGAMI Takaya (Dark Rabbit, Mokushiroku Alice) paru en 2012, raconte l’histoire de Yûichirô et Mikaela Hyakuya, 2 orphelins asservis par les vampires après l’épidémie ayant décimé les adultes. Déterminés à s’échapper de la sinistre ville de Sanguinem, ils sont rapidement attrapés par le noble vampire qui leur avait tendu un piège. Le faquin massacra leurs compagnons et Mika-chan se sacrifia pour permettre à Yuu-kun de s’échapper. (Awww si c’est pas troooooop romantique tout ça 😥 ). Une fois dehors, Yuu rencontre Glenn Ichinose, un adulte bien vivant ! Il se rend compte alors que cette histoire de massacre n’était peut-être qu’un leurre des vampires, mis en oeuvre pour asservir les enfants. Il décide alors de libérer les esclaves et de venger la mort de Mika en intégrant les forces de l’armée. Mais la vérité sur l’épidémie cache encore beaucoup de mystères et Yuu n’est pas au bout de ses surprises.

L’animé relatant ce magnifique Shonen-Ai (Oui parce que faut bien appeler un chat un chat, y’a limite un peu (beaucoup !) de « bromance » là-dedans et personne ne me persuadera du contraire !) est sorti en 2015 en 2 saisons.


Noragami

Yato, Hiyori et Yukine de « Noragami ».

Noragami : Par ADACHITOKA (2010). Ce manga est pour moi une pure merveille. Je pourrais rester plongée dans les profonds yeux bleus de Yato pendant des heures… *soupire*… Ben parlons-en de Yato ! C’est un dieu qui vit dans la rue et rêve d’avoir son propre temple (Paye ton dieu SDF wesh !). Il tente de protéger les humains des ayakashi (Concentrés d’émotions négatives. En quelques sorte, des démons) pour la modique somme de 5 yens. Il vient en aide à Mutsumi, une jeune fille harcelée par ces camarades. Suite à cette aventure, Tomone, son shinki (arme des dieux dans Noragami), souhaitera qu’il la libère, ne supportant plus ses méthodes douteuses. Yato partira alors sans armes. Lors d’une mission, il manquera de se faire écraser par un bus et un jeune fille, Hiyori Iki, encaissera le choc à sa place. Cette dernière se retrouvera alors maudite et demandera à Yato de l’aider à retrouver son état originel. En attendant de trouver une solution, sa condition lui permettra de découvrir un autre univers collé au sien, qui est aussi fascinant que dangereux : le monde des esprits. Par la suite, il rencontrera Yukine, une âme errante et décidera d’en faire son nouveau shinki. Et voilà, ils vont maintenant vivre tout un tas d’aventures tous les 3 et si vous voulez savoir lesquelles, ben cassez pas les ovaires et lisez le manga !

L’anime est décliné en 2 saisons : Noragami (2014) et Noragami ARAGOTO (2015). Noragami a également connu 3 OAV : « God’s Possession, God’s Curse » (2014) ; « A Promise in Spring » (2014) ; « Noragami Shuuishuu » (2015) et « Capypa Land » (03/2016)


Soma

Yukihira Soma de « Shokugeki no Soma »

Shokugeki no Soma : OMG le dernier tome est sorti, il faut absolument que je l’achète ! Hum, pardon. Donc, découvert par notre cher Prez’, Shokugeki no Soma (ou Food Wars pour les plus british d’entre vous) écrit par TSUKUDA Yuuto et Tosh (2012) est centré, évidemment, sur Soma Yukihira. Ce jeune garçon n’a qu’un rêve, surpasser son père, cuisinier de talent et de reprendre le restaurant familial. Cependant, ce dernier décide de l’inscrire à Tootsuki, une école de cuisine dont seulement 10% des étudiants ressortent diplômés. Déterminé à prouver que la cuisine est un art propre à chacun et que personne n’a à dicter à qui que ce soit comment cuisiner, Soma n’a qu’un but, faire parti du conseil des 10 maîtres, les 10 meilleurs élèves cuisiniers de l’Académie. Mais les autres élèves, issus de prestigieuses familles gastronomiques, ne voient en lui qu’un petit rigolo inculte qui ne prends pas la cuisine au sérieux et ne sait même pas faire cuire des tentacules de kraken. Mais c’est sans compter sur ses amis du dortoir de l’Etoile Polaire et d’Erina Nakiri que Soma propulsera sa cuisine au sommet de Tootsuki, balayant de « grands chefs » au passage.

La saison 1 est sortie l’année dernière (2015) bande de petits rigolos incultes ! Allez la regarder tout de suite et n’oubliez pas de nettoyer en partant, sales pervers ! Et pour vos ovai… euh .. papilles, la seconde Saison est prévue pour cet été 2016 !! 😀 Elle reprendra lors de la finale des élections d’Automne.


Sora

Sora de « No game no Life »

No game No Life : Sora et sa soeur Shiro sont des hikikkomori, des vrais geeks qui ne sortent jamais de chez eux car la vie ressemble à un jeu pourri (Ouais j’avoue que le serveur Vie Réelle 2.0 a un gameplay à chi**). Les deux jeunes gens sont devenus des joueurs invaincus qui sévissent sur les jeux en lignes sous le pseudo『  』, un espace blanc. Un jour, ils sont défiés par un mystérieux joueur lors d’une partie d’échecs . Ils s’agit de Tet, le dieu de Disboard, un monde où la violence à été bannie et où tous les conflits se règlent par le jeu. 16 races classées en fonction de leur puissance et de leur magie, sont symbolisée par une pièce d’échec. Récupérer ces 16 pièces revient à détrôner Tet et de prendre sa place de Seul Vrai Dieu.  Ce dernier, conscient que son titre est en jeu, se montre particulièrement amusé lorsque Sora et Shiro se mettent en tête de sauver Imanity et de la remonter au classement afin d’amorcer leur conquête de Disboard.

Cet anime nous est parvenu lors de la saison Printemps 2014 grâce aux studios Madhouse (Black Lagoon, Claymore, Overlord, One Punch-Man…) et a eu le droit à un OAV « Special » lors de l’Eté 2014. Il a été adapté du light novel du même nom de Kamiya Yuu (No game no Life, Clockwork Planet) qui est paru uniquement au japon en 2012.


Allen

Allen Walker de « D-Gray-Man »

D-Gray-Man : Allen est un jeune orphelin recueilli par Mana Walker. Ce dernier meurt subitement et le mystérieux Comte Millénaire propose alors à Allen de le ressusciter. Il accepte mais le Comte est en fait un être maléfique, qui transforme les âmes en Akuma, démons nuisibles aux humains. Mana devient l’un d’entre-eux sous les yeux désespérés d’Allen. Ce dernier découvre une Innocence dans sa main gauche, arme divine destinée à vaincre les Akuma. S’engage alors un combat contre le Comte dont il ressort avec une malédiction de son père sur son œil gauche. Il rencontre ensuite Marian Cross, exorciste renommé, qui fait de lui son disciple. Il est envoyé à la Congrégation de l’Ombre pour rechercher les Innocences à travers le monde avec Lenalee, Kanda et Lavi.

Lynou vous recommande particulièrement le manga papier pour celui là. Disponible chez Glénat, il a été écrit par Hoshino Katsura en 2004. Un light novel avec des histoires supplémentaires est paru en 2005. D-Gray-Man fait aussi des apparitions dans certains jeux vidéos comme J-Stars Victory VS (PS3, PS Vita) ou Jump Super Stars (DS). Au fait, la saison 2 de l’anime est prévue pour cet été 2016 !! 😀 Elle reprendra à partir de l’arc Alma Karma. Elle fait suite à une première adaptation de 103 épisodes diffusée à l’Automne 2006, dont les fans attendaient vivement la suite… (10 ans qu’on l’attendait ! Et on a oublié le début donc faut se retaper 103 épisodes pour au final une saison de 13 épisodes, à cause de ces fromages !)

Akuma

Bon ça c’est moi qui vous le dit : Le prénom Akuma à été interdit au Japon depuis qu’un couple ai voulu donner ce prénom à leur enfant en 1993. Faut dire aux parents d’arrêter de fumer la moquette, sans blague ! Parce que, avouez, c’est pas cool de s’appeler « Diable », « Belzébuth » ou « Satan », hein u_u ….

[Note de Babiwan : Oui mais Akuma, dans Street, il est trop classe quoi ! Qui ne veut pas avoir un gamin capable de balancer des boules de feu violettes à la tronche ? Personne ? Petits joueurs…]


Yuno Gasai

Yuno Gasai de « Mirai Nikki »

Mirai Nikki : Qui n’a jamais entendu parler de Yuno Gasai, LA référence des Yandere par excellence. La yandere affiche un caractère affectueux, parfois timide, mais lorsqu’elle est amoureuse, révèle un côté bien plus sombre, et tombe dans la violence et la psychose, allant parfois jusqu’au meurtre. Donc, notre cher Yuno, éperdument amoureuse de Yukiteru, sous ses airs kawaii, cache en réalité une dangereuse psychopathe qui se bat avec une hache (Yunogami-Sama \^o^/) pour le protéger des méchantes personnes qui veulent le tuer. En effet, Yukiteru était un étudiant normal, plutôt asocial, qui écrivait un journal dans son téléphone portable et discutait avec son ami imaginaire, Deus Ex Machina. Mais Deus se révèle pas si irréel que ça. S’ennuyant dans sa dimension avec Murmur la chibi-succube, il met en place (une fois n’est pas coutume), un Survival Game IRL (Haaaa les mangaka font tellement preuve d’imagination !). Yuki se voit alors entraîner dans un combat à mort avec 11 autres personnes. Le dernier survivant aura le privilège de prendre la place de Deus et de devenir Dieu (Oui parce que Deus en latin, ça veut dire Dieu. Deus Ex Machina = Dieu est la machine. WESH MAGGLE ! [Note de Babiwan : Ouais enfin c’est surtout l’astuce utilisée pour sauver une situation en dehors de toute logique, genre comme à la fin de C***** ! Quand ***** Bah il est vi**** grâce à la volonté des gentils elfes de la forêt alors qu’il était MORT ! Mais Osef, les gentils elfes étaient là, alors le scénario vous savez…]. Le journal de Yuki se voit alors écrit à l’avance, dévoilant alors l’avenir du jeune homme. Evidemment, Yuno aussi a un journal et celui-ci est basé sur ….. Yuki (Quelle surprise !). Yuki étant le favori du jeu (First = 1er), les autres vont s’acharner sur lui et Yuno, armée de ses couteaux, n’a pas l’intention de laisser qui que se soit toucher un seul cheveu de son Yukiteru adoré.

Mirai Nikki est un manga écrit par ESUNO Sakae (Mirai Nikki, Big Order) en 2009. L’adaptation en anime, réalisé par les studio Asread (Corpse Party, YuuShibu, Big Order…) est diffusée lors de l’Automne 2011. Un OAV est sorti avant l’anime, en 2010 mais un second OAV de 30 min parait en 2013. Il raconte les événements, se passant après la fin de l’anime.  Un Light Novel ainsi qu’un drama sont également parus en 2012.

Yandere


Saint Seiya

Hyôga du Cygne de « Saint Seiya » (et un genderswap rien que pour vous messieurs !)

Saint Seiya : Tout le monde connaît Saint Seiya (de KURUMADA Masami (Ring ni Kakero, Fûma no Kojiro…), édité par la Shueisha et manga culte des années 80 (Sortie JP : 1986 – Anime : 1986 – 1989 – Sortie FR : 1997). [Comment ça, je suis vieille ?! ]. Donc dans ce manga, nous suivons les aventures de Seiya, un orphelin de 13 ans, convoqué avec 10 autres garçons, par la fondation Kido. Sa mission est de ramener des Armures de Bronze au Japon. Celle-ci est un succès et les jeunes gens sont contraints de s’affronter lors d’un tournoi organisé par la fondation. L’enjeu est une Armure d’Or, celle du Sagittaire, mais celle-ci est dérobée avant la fin du tournoi. Seiya découvrira que ce vol implique le Sanctuaire en Grèce, ou résident les 12 Chevaliers d’Or ainsi que leur chef : Le Grand Pope. Leur cible ? Saori Kido, qui est en réalité la réincarnation d’Athéna.

Les différentes adaptations en anime et dérivés ? Y’en a à la pelle alors je les citerai pas tous 😀

Niveau manga : On a eu un préquel (Saint Seiya : The Lost Canvas – La Légende d’Hadès de TESHIROGI Shiori) édité en 2006 par les éditions Akita Shoten [Note de Babiwan : Néanmoins, au vu des événements de Next Dimension, on peut se demander si les événements de The Lost Canvas ne se déroulent pas dans un Univers parallèle] et une suite (Saint Seiya Omega Shinsei sei Tanjō-hen de Bau), éditée en 2013 par Kadokawa Shoten et qui reprend le second arc de l’anime Saint Seiya Omega, qui débute après le combat contre Abzu. (Ainsi qu’une pléthore d’adaptations et de suite diverses et variées…)

Niveau anime : L’adaptation principale en anime (Saint Seiya) est diffusée en 1986 et est éditée par AB Vidéo [ça sortait en VHS à l’époque !]. La suite (Saint Seiya Omega) édité en 2012 par la Toei Animation se passe environ 25 ans après les derniers événements de Saint Seiya. Le personnage principal est le nouveau Chevalier Pégase : KôgaSaint Seiya : The Lost Canvas – La Légende d’Hadès a également eu droit à une adaptation en 2 OAV, le premier en 2009 (Saint Seiya : The Lost Canvas) par AB Video et le second en 2011 par les studios TMS Entertainment (Saint Seiya : The Lost Canvas – Saison 2). Plus récemment, une histoire alternative est réalisée en 2015 par la Toei Animation (Saint Seiya : Soul of Gold) et prend place peu de temps après la destruction du Mur des Lamentations par les Gold Saints d’Athéna. L’action se déroule sur les terres d’Asgard et met en scène les valeureux Gold Saints revenus miraculeusement à la vie. Mais le pire je pense, reste cette abomination d’adaptation en film (Saint Seiya : La Légende du Sanctuaire de 2014, réalisé par SATO Keiichi). Ce film, entièrement réalisé grâce à la technologie CGI, est produit à l’occasion des 25 ans de la série. Il reprend, en 3D, l’arc du Sancturaire (début du manga Saint Seiya). (On peut aussi noter la production d’une pléthore de films et d’OAV divers et variés…).


Galerie Cosplay :

Voici pour conclure, un petit diaporama des cosplays que j’ai pu croiser à la Japan Touch de Lyon 😉 On respecte le travail d’autrui, s’il vous plait et on insulte pas les réalisations que vous pouvez trouver limitées. Tout le monde n’a pas les moyens et le savoir faire pour réaliser des cosplays parfaits. Enjoy !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

[Edited and approved by Babiwan industries]