Les Chroniques d’Elearya #1 – Les Démographies Méconnues : Le Bara à travers « Otouto no Otto »

[Avertissement de Babiwan : « Lasciate ogne speranza, voi ch’intrate » (« Laissez toute espérance, vous qui entrez »), La Divine Comédie de Dante, circa 1307-1321. Voir à la fin pourquoi c’est barré.]

Eh oui ! C’est encore moi ! Je viens encore vous embêter. Aujourd’hui, je voulais vous parler d’un genre démographique peu connu en Occident : Le Bara. Ne vous méprenez pas, je ne vous encourage pas à lire ces œuvres (Sauf si vous souhaitez que votre âme s’envole vers d’autres cieux et ne revienne jamais). C’est simplement pour votre pauvre petite culture générale d’Otaku. Venez-donc avec moi parcourir les bas-fond du manga et désintégrer votre âme 😉

[Note de Babiwan : et je vous accompagnerais (y’a pas de « s » au futur du singulier de la première personne, correcteur à la noix :p .) donc au cœur de l’enfer contre mon gré, au fur et à mesure de ma correction. Espérons survivre à cette expérience.]

Préambule :

Otouto no Otto (Le Mari de mon Frère) raconte l’histoire de Yaichi et sa fille Kana qui vont voir débarquer Mike Flanagan dans leur vie. Cependant, ce récit n’a RIEN A VOIR avec les œuvres habituelles de son auteur, TAGAME Gengoroth, si tant est que vous en aviez déjà entendu parler. C’est un Seinen. Pas de SM, pas de viols, aucune violence. Juste une ambiance calme et … Slice of Life. On se prépare au pire ….. pour rien [N’est ce pas Meepow-Sensei]. Pas une seule scène de sexe à l’horizon. Seulement un léger fan-service gay 😉

24088vo

Couverture du Tome 1

Un peu d’histoire :

Le terme bara (薔薇) signifie la rose en japonais. Ce terme viendrait d’un recueil de photographies homoérotiques publié en 1963 par MISHIMA Yukio et HOSOE Eikoh : Bara-kei (薔薇刑, tué par les roses). La symbolique de la rose est par la suite renforcée par le premier magazine gay japonais paru dans les années 60 : Barazoku. A partir des années 1980, il est utilisé pour désigner le cinéma gay : bara-eiga (薔薇映画, film de la rose).

Picture5   Picture2

Couverture du magazine « Barazoku » dans les années 80.
[Note Elearya : Meepow ! Elle me fait pensé à Free! :v ]
Le saviez-vous ? : Le terme bara fut repris par les japonais hétérosexuels pour désigner les homosexuels. En ce sens, c’est un terme péjoratif malheureusement utilisé en Occident pour désigner ce que les japonais appellent le men’s love (メンズラブ, menzu rabu). 

Qu’est ce que le Men’s Love (ou Bara) ?

Le Men’s Love est un genre démographique traitant de l’homosexualité masculine. Il est donc étroitement lié au Yaoi (Boy’s Love), de part son contenu. Cependant, la grande différence entre le Men’s Love et le Yaoi, sera le public cible, et par conséquent, le magazine de publication. Le public cible du Yaoi reste principalement des femmes, à la recherche d’une romance passionnée et fantasmée, qu’elles ne trouvent pas forcément dans les Shojo (où l’héroïne est souvent niaise et sans saveur [Note Elearya : Non ça ne sens pas DU TOUT le vécu ! ]) ou le Hentai (qui cible ici, principalement des hommes et donc où la femme est perçue comme un objet sexuel). Le public cible du Men’s Love est quand à lui, des hommes homosexuels ou bisexuels qui recherchent un transcription plus réaliste des différents partenaires sexuels ou des types de relations recherchés par les gays. Ainsi, les Bears (De l’anglais qui signifie ours : personnages musclés, poilus et baraqués) des Men’s Love sont bien loin des Bi-shonen (éphèbes au physique androgyne) des Yaoi. De plus, contrairement aux Boy’s Love, les scènes de sexe ne sont en aucun cas cachées. [Note Elearya : Bon ok. On trouve quand même pas mal de Yaoi non-censurés. Mais y’a quand même plus de retenue que dans le Men’s Love].

gokuvol2lileauxprisonniers170963250400     

Couvertures du vol.2 de Goku : L’île aux prisonniers (TAGAME) et de
l’Anthologie de ses oeuvres (The Passion of Gengoroth TAGAME)
On retrouve ici le style typique des Bears poilus et baraqués

[Remarque de Babiwan : Bon bah à défaut de Super Saiyan, on a des Oozarus… *prend la fuite*]

Le Grand Prêtre du Men’s Love : TAGAME Gengoroh

Je vous parle de TAGAME depuis tout à l’heure. Mais vous allez me dire ….. (*Une main se lève* – C’est qui TAGAME ?). Bingo. Alors, TAGAME Gengoroh est connu pour être l’ambassadeur du manga gay en France et dans le monde. Influencé par les œuvres du Marquis de Sade, il commence à publier ses premières œuvres en 1982 à l’âge de 18 ans dans un magazine Yaoi. Plus tard, deux autres magazines gays publient ses œuvres dont le célèbre Barazoku. Sa carrière démarre en 1986, à l’âge de 22 ans. A 29 ans, il publie ses œuvres dans le magazine gay Badi puis avec deux collègues, il fonde le magazine gay G-men, ciblant un public plus mature. Aujourd’hui ses œuvres sont publiées dans Badi. Dans une anthologie (Massive – Gay Erotic Manga and the Men who make it), il recense des manga gay écrits des années plutôt ainsi que leurs auteurs. Plus tard, un éditeur américain (Picturebox), publie une anthologie des œuvres de TAGAME : The Passion of Gengoroth TAGAME.

Je vous invite fortement à lire cette interview réalisée en 2013. TAGAME y parle de son parcours mais aussi (et c’est ce qui rends l’interview ultra-intéressante) de la culture gay au Japon. En plus, on peut la replacer dans le contexte historique du manga. (Bon je vous cache pas qu’elle est assez longue).

Approved by Elearya

Le style de TAGAME mélange pornographie homosexuelle et Sado-Masochisme. Ses personnages sont des Bears (chara-design typique du Men’s Love : Corps poilus, musclés à souhait, extrêmement détaillés, grosses b…outeilles …. ). TAGAME est connu pour ses scénarii axés BDSM (acronyme mixant plusieurs abréviations en une : Bondage & Discipline, Domination & Soumission, Sado-Masochisme), violences sexuelles et tortures physiques. Il est assez récurrent de voir des viols ou des abus sexuels dans un contexte militaire. Je sais ce que vous vous dites [Particulièrement vous, Babiwan et Meepow] « Oh mon dieu ! On est allés trop loin, nos yeux saignent et notre cerveau tremble ! ». Mais je vous arrête. Ici je ne vais pas vous parler de violences sexuelles ou de SM [Note de Babiwan : heureusement pour nous !]. Je vais vous parler du tout dernier manga de TAGAME qui est .. Surprise ! Un Seinen ! Promis, y’a pas de pièges. La preuve : Le premier tome (sorti fin Mai 2015 au Japon) a été réimprimé au moins quatre fois en moins de deux mois, le premier tirage s’étant écoulé en seulement 3 jours !

tagame01gaymangapioniergengorohtagamecmichaelgawronskiphotography

Gengoroth TAGAME

J’ai testé pour vous : Otouto no Otto (Le Mari de Mon Frère)

Synopsis : 

On suit l’histoire de Yaichi et sa fille Kana, qui reçoivent un jour la visite de Mike, le mari du frère jumeau de Yaichi, arrivé directement du Canada. Yaichi devra alors revoir et repenser les stéréotypes absurdes qu’il avait sur les homos, tandis que Kana met régulièrement les pieds dans le plat, avec la naïveté et la franchise décapante propres aux enfants de son âge. Les deux hommes vont tout deux apprendre l’un de l’autre, entre Mike qui se familiarise avec les us et coutumes japonaises et Yaichi qui découvre la culture canadienne.

www.nautiljon.com

Aperçu :

  • Année de parution japonaise2015
  • Année de parution française : 2016 (Vous pouvez retrouver le Tome 1 à l’As de Trèfle ! Merci Sosoro 😉
  • Type : Seinen [Note Elearya : Ce manga traite bien de l’homosexualité masculine. Cependant, TAGAME Gengoroth a décidé de traiter le sujet afin de faire passer un message et d’en faire une oeuvre tout public. Ce Men’s Love est donc publié dans le magazine Gekkan Action (King’s Game – Origines, Orange) qui est un magazine Seinen !]
  • Genres : Comédie – Drame – Tranche de Vie
  • Auteur : TAGAME Gengoroh
  • Éditeur JAP : Futabasha
  • Éditeur FR : Akata

Mon avis :

Au niveau du manga en général : Je trouve le chara-design plutôt sympa et réaliste. Comme on pouvait s’y attendre, rien à voir avec les Bi-shonen des Yaoi. On reconnait la patte de TAGAME. Comme c’est un Seinen, contrairement à ses purs Men’s Love où l’on voit tout tout tout, il a pris le soin de censurer son oeuvre (du moins les grosses … parties intimes *Teehee*) tout en gardant les beaux corps musclés de ses bears (Bref, je vais pas faire un dessin. Imaginez juste Mike ou Yaichi nus avec plein de poils quoi :v ). On retrouve là un léger fan-service pour ses lecteurs habituels.

kawaitagame

Kana dessinée par TAGAME
Qui aurait cru qu’un jour un dessin de TAGAME serait aussi KAWAII ? QUI ?!

 

Au niveau du scénario :

Je pense que Yaichi incarne la société japonaise qui considère l’homosexualité comme un sujet tabou. Il est gêné lorsque Mike Flanagan débarque du Canada sans prévenir. Il garde une expression polie et calme devant lui, mais l’esprit blindé de préjugés, il s’insurge et l’insulte mentalement. En son for intérieur, il aimerait cracher ses propos et préjugés homophobes (Très bien représentés sous forme de petite bulles : TAGAME coupe la vignette en 2 et représente la même scène à l’identique 2 fois : En dessous, ce que Yaichi dit calmement à Mike et au dessus ce qu’il pense réellement). Par exemple, choqué que Mike révèle son lien marital avec son frère Ryoji à sa fille Kana, il en vient même à hurler que le mariage entre homme est impossible lorsque la jeune fille lui pose la question (alors que Mike lui réponds naturellement et calmement que oui).

De ce fait, Yaichi ne sait pas comment aborder cette situation… Cela lui laisse un gout amer dans la bouche (Chtap ! Vous imaginez quoi, là ?). A force de réflexions, il commence à se poser des questions. L’éducation qu’il a reçue (donc celle de 90% de la population de la planète), lui imposant une famille composée d’une femme, un mari et des enfants serait en fait obsolète [Note Elearya : Halleluiah ! Lynou, on touche au but !].

Kana, elle, est une enfant. Elle ne comprends pas ce qu’il se passe, son père lui ayant caché l’existence de son frère. Elle découvre alors l’univers de l’homosexualité avec une vision tout à fait innocente, tiraillée entre le point de vue de Yaichi et celui de Mike. Elle est tout excitée à l’idée de cet oncle canadien sorti de nulle part (sans mauvais jeu de mot). Elle ne sait rien de ce qui tracasse son père. Elle ne voit en Mike qu’un gros bûcheron à la barbe de Père Noel amusant et intriguant. Elle cherche tout de même à comprendre la relation de ses oncles mais enchaîne les gaffes des enfants de son âge, ce qui rajoute une touche d’humour au manga.

Mike quant à lui est plus serein. Il aborde le sujet avec Kana de façon tout à fait naturelle et tente de lui expliquer que sa relation avec son oncle (et l’homosexualité en général) ne sont en aucun cas des actes étranges, malgré les réticences de son beau frère. Il est tout excité à l’idée de découvrir le Japon, patrie de son mari (au sens propre comme au figuré ^^ ) et n’est pas en reste d’anecdotes à propos de Ryoji. Il apprends même des choses à Yaichi qu’il ignorait sur son propre frère jusqu’ici.

Il en résulte donc un contraste entre les deux hommes : Un Yaichi hésitant, méfiant, ignorant tout de son invité si spécial qui devra surmonter ses préjugés homophobes et accepter la réalité et un Mike, enjoué, ravi, qui assume complètement son homosexualité et tente de découvrir les coutumes japonaise tout en essayant de transmettre le militantisme LGBT à Yaichi (le Canada étant plus avancé que le Japon au niveau des droits des minorités). Ensemble, ils se découvriront l’un, l’autre (sans mauvais jeu de mots vaseux) et partageront leurs cultures et leurs points de vue, le tout accompagné des gaffes innocentes d’une petite fille espiègle et curieuse (Bon ok vous avez le droit à des pensées perverses innocentes).

Je trouve que l’auteur a eu une bonne idée d’écrire ce manga. A la fois pour parler d’un sujet sérieux et tabou au Japon avec beaucoup d’humour et promouvoir la culture gay. Il réponds à pas mal d’interrogation et de préjugés qu’on pourrait avoir sur les homosexuels. C’est une superbe façon de passer le message et de tenter de changer les mentalités au Japon et à l’international sachant que la plupart de ses œuvres restent relativement choquantes. En tout cas, j’espère vous avoir donné envie de le lire parce qu’il vaut vraiment le coup !

Bonne lecture ! :v

[Avertissement de Babiwan : « Lasciate ogne speranza, voi ch’intrate » (« Laissez toute espérance, vous qui entrez »), La Divine Comédie de Dante, circa 1307-1321.

C’était ce que je voulais mettre originellement au début de l’article, surtout au vu de son titre, mais en réalité, nul besoin de le mettre. Elearya a su naviguer comme un bon capitaine pour vous présenter le Bara dans ses grandes lignes ainsi qu’un de ses auteurs phares (d’après ce que j’ai compris en lisant cet article, comme vous à l’instant) en se servant d’une oeuvre atypique et tout public réalisée par celui-ci. Ce qui permet de faire d’une pierre deux coups, et de réussir à vous présenter le Bara tout en nuances d’ombres (non il n’y en a pas 50, voyons !) et de vous dessiner habilement ses contours, sans avoir à mettre trop en lumière ce qui peut choquer au sein de ces œuvres (surtout quand on apprend la spécialité de l’auteur au sein du Bara, qui est donc hyper crue). D’un autre côté elle vous présente un succès littéraire qui a le mérite d’aborder des thématiques difficiles. Félicitations donc pour avoir rédigé cet article de qualité. Néanmoins, je précise que les propos des auteurs, surtout lorsqu’il s’agit d’engagements envers une certaine cause ou une autre (à degré divers), n’engagent qu’eux. … Et c’est sur ces paroles neutres qu’il se barra ! (Oups il a osé ! =D)]

[Edited by Babiwan]

Les articles sortis du Grenier de Babiwan : One Punch Man [Critique]

[Edit Babiwan du Grenier : Originellement, cet article a été rédigé en grande partie en Décembre 2015 – Janvier 2016. Son auteur, par un excès de flemmardise ou de perfectionnisme (c’est selon), l’a laissé trop longtemps de côté. Devant l’actualité et l’annonce d’une saison 2 de One Punch Man, il fallait réagir. Voici donc, dépoussiéré du Grenier où il était stocké, cet article de Babiwan, qui ne fait pas que corriger :p ]

One Punch Man 1

Synopsis : Saitama est un héros. Un super-héros en fait même. Problème : il est fort. Très fort. Beaucoup trop fort. Tellement fort qu’il tue tous ses adversaires en un seul coup.

One Punch man Ok

« Wokay, je peux partir maintenant alors ? »

C’est simple, mais c’est en gros le résumé de One Punch Man. La tête que Saitama fait ci-dessus illustre juste parfaitement l’idée et ses conséquences.

Mais bon, juste pour vos beaux yeux voilà un synopsis un poil plus complet :

Synopsis : One-Punch Man est un anime dans lequel nous suivons les aventures de Saitama, super héros le plus puissant de la Terre, et de son fidèle disciple, Genos, qui va ramasser et prendre tous les combats épiques où classiquement le héros devrait en chier, parce que Saitama, bah, il est trop fort pour en chier en fait.

Du coup merci Genos quoi. XD

 

« Mais de rien, jeune apprenti héros ! « 

 

Bon. Je suppose qu’une petite présentation plus pragmatique autour de qui l’a fait et de quoi ça peut parler n’est pas inutile…

Sa date de sortie : Octobre 2015 (Automne)
Le public visé : Seinen (avec un total de 12 épisodes + 7 OAV (dont 4 pas encore sorties) [Edit Babiwan du Grenier : elles sont toutes sorties depuis, et je ne les ai pas regardées. Honte à moi. Je sais.])
Ses différents genres : Combat, Science-Fiction, Action, Comédie, Fantasy, Supernatural
Les thèmes présents : Androïdes, Monde futuriste, Extra-terrestres, Super-Héros, Combats de fous, Monstres Hyper-puissants, Kaijyus…
Studio : Madhouse
Licencié par : Anime Digital Network & Kaze (Pour le manga papier, ce sont les éditions Kurokawa qui le publient)

 SEIYUUS : 

En ce qui concerne les voix, de nos personnages, les seiyuus présents sont :

– Makoto Furukawa : 

– Kaito Ishikawa : 

– Yuuki Aoi : 

– Kaji Yuki : 

– Nakamura Yuuchi : 

– Onosaka Masaya : 

– Yamaji Kazuhiro : 

– Miyano Mamoru : 

– Tsuda Kenjirou : 

– Morikawa Toshiyuki : 

 

Liste des épisodes :

Episode 1 : L’Homme le plus fort du monde

Episode 2 : Le Cyborg solitaire

Episode 3 : Le Savant obstiné

Episode 4 : Le Ninja des temps modernes

Episode 5 : Le Maître ultime

Episode 6 : La Ville de l’effroi

Episode 7 : L’Apprenti suprême !

Episode 8 : Le Roi des profondeurs

Episode 9 : La Justice inflexible

Episode 10 : Le Pire danger de tous les temps

Episode 11 : Le Champion de l’univers

Episode 12 : Le Plus puissant des héros

 

Bon. Après vous avoir laissé entrevoir les coulisses (vous avez vu, ya du beau monde chez les seiyuus ! ), il est peut-être temps de repasser à la série elle-même. C’est bien beau de savoir qui fait quoi, comment et où, mais ça n’est en rien un gage de garantie ou de réussite… Voyons voir !

Sinon si vous avez la flemme de lire ma critique et/ou que vous n’avez pas encore vu ou entendu parler de la série (ça veut dire que vous vivez dans une grotte bien plus isolée que la mienne), de façon simple, voici mon avis : C’est de la bonne.

[Edit Babiwan du Grenier : et si, depuis le début de l’année écoulée, vous n’avez toujours pas entendu parler de One Punch Man, c’est que vous êtes plus isolé que Tom Hanks dans Seul au Monde…]

A regarder donc. Et à lire ci-dessous pour les récalcitrants pas persuadés. It’s PAVE TIME !

Ps : Ah oui. Si tu ne veux pas voir du spoil, tel Gandalf, je ne te dirais qu’une chose « FUIS, PAUVRE FOU »

[/!\ /!\ /!\ SPOUAILLE !  /!\ /!\ /!\]

 

Critique :

Petit aparté avant la critique, je tiens à préciser que j’avais commencé à lire la version papier de Yûsûke Murata (Eyeshield 21, One Punch Man) en 2012-2013, et que par curiosité j’avais jeté un œil à la version originale, celle du Mystérieux auteur de One Punch Man, le fameux One. Lequel a un trait de dessin magnifique.

[Edit Babiwan du Grenier : qu’on retrouve d’ailleurs dans Mob Psycho 100 version papier ! ]

"Magnifique, n'est-ce pas ?"

« Magnifique, n’est-ce pas ? »

Néanmoins, honte à moi me direz-vous, je n’ai à l’époque pas poursuivi bien loin, et je me suis arrêté assez tôt (avant la fin de l’anime de 12 épisodes qui vient de sortir).

Bien qu’étant donc au courant du principe de One Punch Man, à partir de l’épisode 5, ce fut pour moi la découverte complète. Et quelle découverte.

Revenons donc à nos moutons.

Commençons par l’aspect graphique.

One Punch Man se démarque particulièrement au niveau de son trait de dessin puissant par moments (juste quand il faut, un vrai régal), et par son animation impeccable.

Le seul léger reproche qu’on pourrait faire à l’animation ou au dessin, ce serait, comme l’a si bien dit le Chef Otaku dans sa critique sur Youtube (car oui, je fais partie de ceux qui matent les vidéos du Chef Otaku. Le Chef Otaku regarde Jojo (et en plus c’est sa première vidéo, c’est dire). Tu devrais regarder Jojo mon ami. [c’était l’instant pub youtub]), le fait que la fluidité de l’animation prime sur le niveau de détail du dessin qui s’en retrouve impacté.

Ça pète quand même, faut avouer !

Ça pète quand même, faut avouer !

 

Car effectivement, si on compare à ces gifs qui circulent qui proviennent du trait de Murata, on est en droit de se dire que ça pouvait être carrément un régal de détail pour les yeux en quasi-permanence sans rien perdre en fluidité d’animation.

Bon j'avoue, l'exemple n'est pas forcément des plus flagrants...

Bon j’avoue, l’exemple n’est pas forcément des plus flagrants…

 

Mais bon, sans déconner, ne crachons pas dans la soupe. L’animation et le dessin de One Punch Man sont justes parfaits, et dans l’action, on n’a que peu le temps de s’épancher sur de tels détails. Sauf quand on en est au 187ème visionnage. Et, il faut le dire, One Punch Man donne l’envie d’être regardé à nouveau.

En tout cas, avec cet anime on voit bien qu’on est en 2015 [Remarque du Grenier : 2016 du coup en fait], et que quand un studio se donne les moyens de ses ambitions, il peut faire quelque chose d’épique.

One Punch Man a les qualités qu’on aurait rêvé de voir dans chaque épisode de Dragon Ball Super. Perso moi j’aurais préféré qu’ils sortent un épisode de DB Super toutes les 2 semaines ou tous les mois quitte à attendre, plutôt que de voir quelques passages flashs réalisés par des stagiaires de sous-traitants délocalisés et sous-payés…

( Il y a d’ailleurs un sérieux problème au niveau du système de rémunération du monde de l’animation japonaise, mais cela mériterait un article à part entière, et de nombreux documentaires et articles à ce sujet existent déjà…)

On se demande même s’ils ne sont pas plus mauvais que les fans qui réalisent Dragon Ball Absalon

Sérieux, je sais que ç’est du réchauffé et que tout le monde en a parlé mais…

[Edit de Babiwan du Grenier : encore plus maintenant puisque Dragon Ball Super approche les 60 épisodes maintenant. Perso je me suis arrêté il y a quelques semaine, vers la fin des épisodes 40 et quelques. Je suis donc en retard. Mais globalement, ma vision de Dragon Ball Super n’a que peu changé. J’ai vu certaines de mes craintes se confirmer, même si j’ai eu quelques instants de rêve de temps à autre…]

Goku vs Beerus dans l’épisode 5 de DB Super. (Malheureusement, il faudra se contenter de la review de ce youtubeur… Sur youtube, on ne trouve plus que la version « clean » dont je vais parler ci-dessous.)

L’un comme l’autre ne sont pas à la hauteur de nos espérances, mais l’épisode du dessus est réalisé par des fans bénévoles qui n’ont pas les moyens de faire ce dont ils rêveraient quand l’épisode du dessous est réalisé par la Toei qui jette du pognon par les fenêtres tellement elle sait plus quoi en faire.

(Enfin si, ils savent quand même comment ne pas le donner à leurs employés ou ne pas l’allouer au budget de leurs remakes… L’argument du Blu-ray est fallacieux et mercantile, et en plus, il n’est pas forcément pertinent. Si les versions Blu-ray sont effectivement retravaillées, la qualité, bien que meilleure, n’est parfois pas vraiment extraordinaire non plus…)

[Passage Edit du Grenier : L’autre problème aussi, c’est quand le nouvel anime souffre de la comparaison avec l’ancien. Si si. Vous voyez Trunks du futur ? Allez, c’est cadeau ! ]

On passe de quelque chose de dégueulassement honteux à quelque chose d’acceptable, voire d’assez joli, mais rien qui casse la baraque…

A côté de ça…

Le poisson frit, ça fait bobo aussi !

Oui. One Punch Man est le Dragon Ball que j’aurais attendu. En tout cas en termes d’animation. Rappelons quand même qu’à l’opposé des combats interminables de DB, One Punch Man, c’est souvent ça :

Un GROS One Shot dégeulasse de Saitama !

Un GROS One shot dégueulasse de Saitama !

Bref. Encore une fois, l’animation déchire son sensei, même si on peut toujours se prendre à rêver mieux.
One Punch Visual.

 

Hissez vous aussi haut que Saitama, notre dieu !

Hissez vous aussi haut que Saitama, notre dieu !

Passons aux thèmes musicaux. Hé bien rien à dire. Enfin si : bien trouvés, ceux-ci collent parfaitement à l’action ou à l’émotion des scènes. Épique quand ça doit l’être, triste et mélancolique quand il le faut, et burlesque lors des scènes de comique.

Que demander de plus ?

Une bande sonore qui déchire peut-être ? Haha, sombres fous… C’est l’une des forces de ce foutu animé ! (Comme le dirait si bien notre cher amiral Belios)

Non sérieux, les bruitages et SFX ainsi que la bande son sont impeccables.

One Punch Sound.

Bon. Ensuite. L’Histoire. Ah… Hum. Bah en fait euh, honnêtement, on la connaît déjà. En gros le synopsis c’est l’Histoire en entier. Certes des éléments qui viennent complexifier et densifier un peu la série arrivent au fur et à mesure. On sent même que c’est là pour déblayer le terrain de la deuxième saison et du prochain arc.

Mais bon en gros le mode opératoire reste le même : un big one méchant de sa maman arrive, il pète la gueule à tout le monde (souvent à des villes entières ou à d’autres super héros plus faibles) et Saitama arrive et nous marave le truc direct. Tellement direct, qu’à peu près systématiquement personne n’est capable de comprendre sa force.

En fait Saitama est l’explication du mystère Satan (Hercule) dans Dragon Ball.

En ce moment, ça, c’est la tête que vous tirez à cause de ce que je viens de dire.

« COMMENT ? » Me direz-vous, avant de penser que j’ai craqué et que je suis devenu fou pour comparer ces deux là. « Jeune impudent, tu as signé ton arrêt de mort » me diront d’autres fan boys. Rangez les railguns et les prismes lunaires, ça va peut-être vous intéresser.

Sérieux, rangez moi ce foutu railgun… Sinon je fais appel à l’AUTRE One Punch Man (oh que si vous voyiez où je veux en venir hahaha)

Certes c’est le deuxième parallèle à Dragon Ball que je fais ici. Mais il est de toute façon difficile de penser que le shônen nekketsu par excellence qu’est Dragon Ball soit inconnu de One (comme de Murata) et qu’il n’ait pas d’une façon ou d’une autre eu son influence dans l’écriture ou le dessin de l’œuvre….

Sérieux, ya pas un air de famille ?

Sérieux, ya pas un air de famille ?

Oui. Les humains sont des créatures difficiles. Comme je l’ai précisé plus haut il y a ici du spoil général. Sans entrer dans les détails donc, Saitama a deux grands problèmes.

Le premier est qu’il n’a AUCUN adversaire à sa taille. A tel point qu’il s’ennuie (et à raison). Aussi le moindre ennemi assez fort pour lui donner un minimum de challenge est digne de respect et de louanges. Mais du coup de ce problème en découle un second…

PERSONNE ne voit Saitama sauver la planète. Absolument personne à l’exception de rares privilégiés ne voit les combats épiquissimes menés par notre bonze chauve favori. Et c’est en grande partie dû à la différence de force justement.

Et de là découle une grande incompréhension pour les humains normaux témoins de ses interventions. Là où d’autres grands héros mènent de longs et rudes combats ou arrivent à en finir vite avec des effets pyrotechniques ou télékinésiques impressionnants, Saitama se contente d’un vieux coup de poing et hop, c’est fini.

Sérieux, elle est pas hyper impressionnante, notre petite Tatsumaki ?

Bah oui, mais l’humain il a besoin de quelque chose de plus élaboré comme explication. Ou tout au moins de quelque chose qui se trouve à sa portée. Si Sangoku et cie lorsqu’ils ont affronté Cell étaient invisibles aux yeux des humains normaux à cause de leur vitesse inconcevable, les actions de Satan, elles, étaient visibles et même filmées.

Il se met même en scène avec ses

Il se met même en scène en se prenant en photo avec ses « trophées », c’est dire si c’est un spécialiste de la communication…

De même, Saitama tire la bourre à des mecs qui sont visibles, et qui en plus sont crédibles. A côté de ça, lui, avec son crâne chauve et son costume jaune fluo cramoisi de super héros de superette perdu des années 50, il claque moins, forcément.

Papy Bang est méchamment classe. En plus là il est juste en train de s'échauffer. A côté de ça, notre chauve national il pue un peu...

Papy Bang est méchamment classe. En plus là il est juste en train de s’échauffer. A côté de ça, notre chauve national il pue un peu…

D’autant plus si après les missiles, les rayons lasers, et les techniques ultra puissantes impressionnantes ça se termine en un coup.

Conclusion : les autres héros de rang S de One Punch Man comme Satan Hercule dans DB ont, aux yeux du public humain, plus de street credibility que Sangoku ou Saitama, notamment à cause de leur incapacité à comprendre la force légendaire de l’être qui sauve leur planète. Et à une différence injuste de traitement de la part des médias.

(Ce qui n’enlève rien à la force des autres rang S de OP Man, qu’on ira pas comparer à Satan sur ce plan-là quand même)

Vous voyez Satan Hercule faire un truc pareil ? Il se serait déjà viandé 3 fois XD

Vous voyez Satan Hercule faire un truc pareil ? Il se serait déjà viandé 3 fois XD

Pour le reste du côté histoire ma foi, Saitama, c’est aussi la belle histoire d’un héros qui n’abandonne jamais et qui, à la force de son propre entraînement et de sa pure volonté, a pu se hisser au rang de sur-humain. Un véritable mythe. 100 pompes, 100 abdos, 100 squats et 10 km par jour. C’est légendaire. Quitte à devoir s’en arracher les cheveux.

(oui j’ai osé :p )

Et lui aussi il a osé. Devant Kid Buu. XD

Et lui aussi il a osé. Devant Kid Buu. XD

Bref, je ne peux pas vous spoiler vu que je n’ai pas lu la suite, mais One Punch Man est à n’en pas douter l’anime de 2015. Un pur bijou qui contient la majorité de ce qu’on est en droit d’attendre d’un anime traitant de bastons épiques à notre époque.

One Punch/20

Aie aie aie aie (Tapez pillar men sur youtube et voyez vous même)

Aie aie aie aie (Tapez pillar men sur youtube et laissez tourner en boucle )

Ps : n’oubliez pas, votre Saitama made in Manga NC existe !

 

Les Mangas Trash de ma jeunesse

On a tous été plus ou moins traumatisés (gentiment….non ?) par des mangas et anime dans notre jeunesse. Le « Trash » c’est ce mot qu’on utilise pour qualifier tout ce qui peut choquer la sensibilité, le sang, le gore à outrance, le sexe (souvent non consenti), le tabou, l’interdit etc…

L’animation japonaise vise plus volontairement un public mature, et en profite pour aborder de façon très crue et dure des thèmes de société qui concernent les adultes. Enfin………………en pratique c’est fait pour les adultes. Et bien sûr, internet n’ayant aucune limite, n’importe qui peut cliquer sur « oui j’ai plus de 18 ans » sur un site pornographique ou autre pour avoir accès à son contenu et c’est un peu la même chose pour les mangas trash !

Donc je vous invite à suivre les souvenirs des mangas de la Lÿnou de 12-14 ans qui lui ont laissé quelques cicatrices mentales !

[Précision de Babiwan : bien sûr, si vous avez cet âge là voire moins, cet article n’est pas là pour vous encourager à vous auto-traumatiser volontairement. On vous invitera à attendre l’âge légal pour visionner des œuvres aussi matures. Après c’est vous qui voyez. Mais ne venez pas vous plaindre si vous regarder une des œuvres mentionnées ci-dessous et que vous en perdez le sommeil.]

————————————-

6 / Ghost Hunt

Pendant que ma meilleure copine appréciait les épisodes de Monster sur Canal + et pas moi (qui voyait la chaîne se couper au générique de GTO) sur mon coin préféré d’internet je rencontrais la série Ghost Hunt sorti en 2006 (j’avais 13 ans, mais j’ai du le voir à 14 ans à mon avis)…une histoire de fantôme.

vlcsnap2016081513h48m08s449

Le ton est, au départ, assez léger, la musique souvent mystique voire apaisante mais quand on passe aux scènes qui font peur ça rigole moins. C’est un shoujo, donc au départ je regardais ça pour l’histoire d’amour (au final quasi inexistante) et le ton me paraissait suffisamment léger pour qu’une éternelle froussarde des films d’horreur telle que moi, puisse regarder en paix cette série.

[Note de Babiwan : en effet, j’ai vu l’anime, et je me suis presque demandé si c’était bien un shojo, et si l’histoire d’amour servait vraiment à quelque chose XD]

Grave erreur.

S’il est vrai que la plupart des histoires (souvent en 3 ou 4 épisodes, parfois moins) ne font pas peur, il y en a deux qui m’ont traumatisée pour le restant de mes jours. La première, arrive relativement vite et un mot suffit pour vous faire comprendre pourquoi j’ai été traumatisée : La poupée… (bon ok ça fait deux mots, on a compris, chut un peu).
C’est un peu une règle universelle, toutes les histoires qui font peur et qui concernent des poupées : ça fait peur (vraiment). On en a quelques unes sympas en NC, demandez à vos parents ou grands-parent caldoche ou kanak (NON NE FAITES PAS ÇA).

vlcsnap2016081513h44m52s654

Bon pour être honnête, l’histoire de la poupée n’était pas insurmontable, surtout que l’épilogue était plutôt rassurant donc ma santé mentale a survécu tranquilou (non) à celle là…….jusqu’à l’histoire de la maison-labyrinthe. Regarder cet arc était, honnêtement, l’une des pires décisions de ma vie. C’était un peu avant d’atteindre la vingtaine d’épisodes. On se relâche, on est tranquille, il ne reste plus beaucoup d’épisodes avant la fin, alors on se dit qu’on peut regarder ça même si c’est le soir et que la nuit tombe un peu puisque bon on s’en fout, on a bien compris que tout se passait bien, au final, dans cet anime.
Et non.
C’est l’arc le plus tendu, avec le « fantôme » le plus flippant même inhumain vu jusque-là et l’héroïne, qu’on croyait capable de se sauver (ou d’être sauvée) de tout est réellement mise en danger, c’était la goutte (*clin de noeil deux fois à ceux qui ont vu l’anime*) d’eau qui faisait déborder le vase ! D’entendre une goutte d’eau tomber, même en pleine journée, me faisait flipper après ça

[Souvenir de Babiwan : je crois que j’ai maté tous les épisodes avec le soleil bien haut dans le ciel. Genre entre 9h et 15h. Juste au cas où.. ].

Pour écrire l’article j’ai pas revu cet arc, et jamais je ne le reverrai, JAMAIS ok ?

vlcsnap2016081513h46m45s313

5 / Evangelion

Bon, j’en reparlerai de celui-là. Evangelion c’est mon anime préféré de tous les temps pour plein de raisons que je citerai dans un autre article, puisqu’ici on est là pour parler du TRASH et des TRAUMATISMES (youpi…).

vlcsnap2016081514h17m59s180

Evangelion, diffusé au Japon en 1996 (j’avais 4 ans…mais la distribution en France s’est faite plus tard), ça commence comme un mecha assez banal, le jeune garçon qui est le seul à pouvoir sauver le monde toussa toussa…sauf que Shinji est le contraire du héros, il n’a aucune confiance en lui, complexe de ne pas se sentir aimé de son père (que je classe 2e de mon classement des pères salauds après celui de FMA, c’est pour dire) et préfère ne rien faire plutôt que de faire mal…

Dans Evangelion plusieurs choses m’ont vlcsnap2016081514h12m05s334marqué, l’état d’esprit de Shinji extrêmement frustrant, l’escalade de la violence, de la pression et de l’histoire en générale et………….le gore.

Quand j’ai regardé Evangelion, j’avais douze ans, c’est déjà pas mal pour traumatiser entre les scènes entre-coupées (c’est à la mode à l’époque, avec notamment Utena la fillette révolutionnaire, et ça donnera plus tard naissance à des OVNI comme la série des Monogatari ou Sayonara Zetsubou Sensei), rapides, puis lentes, non-dits etc…on est dans le post-Akira (film d’animation incroyable et tout aussi « traumatisant ») le gore est parfois très cru, vif et brillamment mêlé à l’action, ce qui peut choquer car on ne s’attend souvent pas à voir du sang gicler aussi vivement dans un combat de « machines »…et c’est là aussi que Evangelion te surprend car les machines ne sont pas ce qu’elles sont et puis bon bref, si vous l’avez pas encore vu, allez le voir.

[Babiwan advice : si vous n’avez pas encore vu Akira ou Evangelion, vous devriez matez ces classiques.]

vlcsnap2016081514h33m33s658

Enfin, s’il ne s’en tenait qu’au gore…ça serait passé. Ajoutez à cela le complexe parental flirtant parfois avec l’inceste, la présence de la frustration sexuelle plutôt qu’au sexe, la frustration amoureuse aussi (Azusa), qui peut être parfois implicitement homosexuelle et tragique (Kaworu) et aussi une scène de masturbation (non vue explicitement, mais elle y est) qui a valu (entre autres) les deux derniers épisodes d’être censurés à la diffusion TV….BREF ouiiiiii, c’est choquant et c’est à cause de cela que j’ai eu de mal à le revoir maintenant que je suis adulte et responsable (hum hum).

Après re-visionnage je confirme, ça reste à mes yeux l’un des meilleurs anime de tous les temps, voilà.

vlcsnap2016081514h19m55s003

4 / Elfen Lied

Aller on mets les pieds dedans direct ! Sorti en 2004, dans Elfen lied dès les premières minutes vous voyez une nana a poil s’échapper d’un bunker en décapitant des gens (que le ketchup coule à flooooooooooooooooot !) sans broncher…du coup, vous êtes vite fixé sur le genre d’anime que ça va être.

[Avis de Babiwan : Oh que oui. La couleur est annoncée d’emblée, et elle est rouge écarlate dégoulinant sur les murs]

Le drame humain (ou devrais-je dire inhumain ?) est clairement mis en avant tout au long de la série, avec le rejet d’autrui, le bizutage, la cruauté humaine, torture d’animaux et…….la violence envers les enfants (avec un petit tour via le viol pédophileNooooon ne partez pas, restez !!!). Le gore peut surgir à tout moment, et quand il le fait, c’est avec un flegme cruel et condescendant qui ajoute à l’horreur de la situation.

Bon, une fois adulte, ça passe mieux, mais quand tu vois ça à 14 ans, ça fait drôle quand même…Et puis, on pardonne tout car cet anime a l’un des meilleurs openings du monde, que vous êtes sûr et certain de retrouver dans les TOP 5 de tout bon otaku, et que je mets ici pour la pause musicale qui détend avant d’attaquer les 3 derniers souvenirs trash de ma jeunesse 😉 (et donc les pires)

3 / Gantz

Dire qu’il y a encore un film qui va sortir bientôt, c’est que la hype n’est pas redescendue depuis 2004, date de la sortie de l’anime !

Gantzv01c09p192193

Et effectivement, Gantz c’est l’histoire qui a tout pour plaire à son public d’adulte désabusés où les personnages sont coincés dans un jeu macabre dont ils ignorent les enjeux, le but ou la fin. Les « héros » laids physiquement ou mentalement  doivent se battre contre des êtres extra-terrestres à l’allure grotesque et les combats ne manquent pas de violence ou de gore. À chaque baston, vous êtes sûr d’avoir votre dose de gore pour la journée. Pour ceux qui serait nés après ma génération, la brutalité avec laquelle meurent les personnages peut faire penser à l’Attaque des Titans ou Terraformars

[Enième avis de Babiwan : A mon sens, la violence de Gantz est bien plus « mad » que celle de l’attaque des titans. J’ai encore mal aux dents pour le judoka par exemple…]

Que ce soit en anime ou en manga les graphismes sont d’une très bonne qualité (même si, je recommande toujours le manga) et l’histoire est parfois agrémentée de scènes de sexe qui, pour le coup, frisent la pornographie/hentai tellement ils s’attardent sur la nudité et le mouvement des corps.

gantz

(La censure vous est gracieusement offerte par Lÿnou et sponsorisée par Patrick ♥ )

2 / Angel Sanctuary

Eeeeeeeeet on se rapproche de la fin avec Angel Sanctuary de Kaori Yuki….mais si ! Vous savez c’est qui ! L’autrice de Ludwig Revolution et Alice in Murderland !

8ad0411ecf664b874f32f89b5d3ce193

L’histoire est très différente que vous suiviez l’anime ou le manga……….mais elle est tout aussi trash qu’importe celui de votre choix !!! (Enfin le manga est mieux quand même !) C’est un gros bordel sans nom, mêlant inceste, histoire d’ange réincarnés, êtres qui fusionnent avec des ordinateurs (on sent le kitsch des années 90 où l’apparition des ordinateurs était encore toute fraîche et alimentait tous les fantasmes. [Babiwan intervention : X de Clamp, i See you ! ]). Auxquel on peut rajouter possession humaine, conflit de pouvoirs entre êtres surnaturels, tabou religieux etc etc…et le pire c’est que c’est un SHOUJO (oui oui). Bref, ça part dans tous les sens, on n’est jamais (j’ai dit JAMAIS) sûr du sexe des personnages (et eux même n’en sont pas sûr d’ailleurs…). Si dans le manga ça reste sobre (AU DÉBUT) dans l’anime ça part dans de l’inceste/hentai et histoire à l’eau de rose à deux balles dès le premier OAV…

Cependant, malgré ce foutoir évident, j’admets volontiers que Angel Sanctuary est l’oeuvre la plus poussée et complète que j’ai lu de l’autrice, énormément de thèmes sont traités un peu à la façon « tragédie grecque » (il faut aimer le genre, certes), le tout est très osé et réfléchi et les dessins sont époustouflants. Je pense n’avoir jamais lu rien d’autre dans ce genre…quoi que, X de CLAMP s’en rapproche parfois mais il faut dire que c’était le style à la mode à l’époque (mais si mais si, vous vous souvenez ? L’époque où le gothique et le visual kei était considéré comme trop cool et trop à la mode ?).

Bonus : mention honorable de Babiwan

J’ai déjà beaucoup mis mon grain de sel ici (désolé  Lynoü), moi aussi je viens te traumatiser dans ton article haha. Mais je tenais à parler rapidement d’un truc qui m’a bien choqué c’est bien sûr Bible Bl… Erhm * s’éclaircit la gorge*. Non plus sérieusement, il s’agit de Mermaid Forest. Personnellement je suis tombé sur la version papier quand j’avais 7 ans, et j’étais loin d’imaginer que des trucs comme Berserk ne pouvaient ne serait-ce qu’exister. Je ne pourrais malheureusement pas évoquer la version animée car je ne l’ai jamais vue, mais je peux dire sans aucun doute que les terribles événements qui s’y passent, le glauque et l’état d’esprit dans lequel tout se déroule m’a à l’époque choqué. Peut-être qu’au final il n’est pas si choquant que ça (je ne l’ai jamais vu en entier), mais je peux vous dire qu’aujourd’hui encore j’ai les poils qui se hérissent d’être tombé sur ce truc là, et d’avoir été capable de comprendre tout le sel du truc tout en étant si jeune.

[Bonus du bonus, vous savez ce petit supplément en plus qui rajoute un petit goût comme le bacon dans un cheeseburger, du wasabi pour un sushi ou de la chantilly sur une glace… Yummy ! : Cadeau pour Lynou. Elle saura l’apprécier. Cross and crime.

Voilà voilà. Tal toul XD].

1 / NaruTaru

Le voilàààààààààààà ! Le manga trash le plus traumatisant que j’ai jamais pu trouver sur le marché. Si vous ne le connaissez pas : ne le lisez/regardez pas svp.

L’anime, sorti en 2003, a fait une controverse (aller, appelons ça un « scandale » ?) car, peu soucieux de s’intéresser au manga d’origine qui est clairement un SEINEN l’anime a été diffusé sur une chaîne pour enfant (Kids Station) au Japon. Ne vous moquez pas des japonais, en France on n’a pas fait mieux avec Glénat qui a du carrément interrompre la publication pour la reprendre quelques années plus tard dans une collection Seinen…

Et comment les blâmer ?

Au premier abord, NaruTaru a l’air d’être dans la lignée des mangas populaires pour enfants de l’époque : Pokémon, Digimon et compagnie…L’héroïne est une jeune fille de 13 ans qui est pleine d’énergie, respire la positive attitude et trouve un petit être tout mignon qu’elle surnomme « Hoshimaru » (trad : « étoile ronde »)…ça fait pareil avec le manga Hunter x Hunter, que j’aurais pu citer dans cet article (ah bin wala c’est fait ♥ )

Seulement, comme vous vous en doutez (sinon ce manga aurait rien à faire dans cet article) plus on avance dans l’histoire, plus le scénario s’assombrit et passe du mignon au glauque complet. Et ça y va : terrorisme, monstres, cruauté humaine, démembrement, viol et autres maltraitance…………..sur de jeunes enfants ! Personnellement j’ai tout stoppé au moment où l’une d’entre elle se fait étriper par voie vaginale (Quel beau souvenir \*o*/). Excusez le langage cru, mais vous êtes prévenus, je donne la couleur d’entrée de jeu pour ceux qui seraient curieux d’aller lire quand même.
Tout n’est pas explicitement montré dans l’anime (une bonne partie l’est !), mais on n’a pas de mal à imaginer…Par contre dans le manga, zéro retenue, tout est montré. Maintenant, imaginez des familles qui se sont dit que c’était une bonne idée de regarder ça en compagnie des enfants le soir pendant le dîner : vous voilà avec une bonne vision du scandale que ça a pu provoquer. Dieu merci, ils ont stoppé l’anime à 13 épisodes…

Bon, nuançons tout cela, certains saluent l’apparition de ce manga qui est probablement l’un des premier « loli killer » de son genre, qui aurait pu inspirer Magica Madoka et tout ce qui s’en suit. Vous pouvez lire le manga, en connaissance de cause, les avis sont souvent trèèèèès mitigés sur cette oeuvre (et on peut comprendre pourquoi). Personnellement, j’ai beaucoup apprécié un autre manga du même auteur, que je recommande à qui veut : Bokurano (qui a un des opening les plus magnifique du monde, rien que ça).


Maintenant que je suis adulte, je suis un peu plus difficile à choquer…et je dois aussi avouer que quand on est ado ou préado, on a cette espèce de fascination du gore, trash, sexuellement explicite qui fait qu’on va toujours à la recherche du plus choquant. On va même comparer nos trouvailles avec les copains, comme pour mesurer « qui à la plus grosse ». Au bout d’un moment on s’en lasse et on passe à autre chose, mais c’est toujours avec amusement que je me remémore certains de ces titres avec les copains fans de manga 🙂

On se quitte dans la joie, la bonne humeur et l’innocence (ou pas) avec l’opening de NaruTaru ♥

Bilan Anime Automne 2015

Une nouvelle année qui commence, mais aussi une saison de diffusion qui se termine !!!

Quelques nouveautés lors de cet article, on regroupe tout en UN seul article cette fois-ci, et on a recruté des petits nouveaux (sauras-tu les trouver ? tu gagneras un cookie 😉 ).

MAIS SURTOUT vous avez la possibilité de VOTER pour vos 5 animes préférés de la saison ! Quels animes seront les lauréats du peuple calédonien ?

Comet Lucifer

😥 Lÿnou : Scénario, personnages, situations, objectifs des personnages, histoire d’amour, animation : j’ai trouvé que tout était médiocre et déjà-vu.  Les seuls moments où l’animation est bonne c’est pendant les scènes de baston en 3D (alors que je supporte pas la 3D d’habitude). Bon aller, je peux trouver un 2e point positif : le chara design. C’est tout. Pourquoi j’ai continué à regarder ? Parce que j’avais déjà acheté toute la série en précommandé sur Wakanim 😥 Ça m’apprendra à faire les choses dans la légalité, tcheh.

😦 Shirachiyo : Ma déception! Après le premier épisode, j’étais partagée. Y’avait moyen que ça tourne en Guilty Crown (ce qui n’est pas un compliment à mes yeux), bref j’étais sceptique. Après quand on a vu assez d’animes comme Steins;Gate ou Madoka, on sait que drop au premier épisode, c’est à ses risques et périls. Au final, on a un triangle amoureux classique, une histoire un peu creuse, lente à démarrer. Je salue toutefois les quelques rebondissements qu’il y a pu avoir, vers les derniers épisodes.

Concrete Revolutio: Choujin Gensou

😐 Lÿnou : Quelle déception. L’histoire commençait extrêmement bien avec une dualité présent/futur et Bien/Mal intéressante à exploiter. Mais celle-ci se noiera malheureusement dans les histoires quotidiennes sans réel intérêt ne faisant pas avancer le scénario. Ça stagne à partir du 4e ou 5e épisode et ça ne s’en dépatouillera pas avant de rusher/bâcler aux trois derniers épisodes. Oh ? Il va y avoir une deuxième saison ? Bon…pourquoi pas ?

Dance with Devils

😀 Elearya : OMG ! 5 beaux gosses pour le prix d’un anime \o/ Je vais pouvoir faire pleiiiiin de yaoi !! Malgré une héroïne c****** comme ses pieds (Oh mon dieu des démons essayent de me tuer, et si j’en suivais un pour voir, ça pourrait être fun :v), prenez un blondinet tsundere (Pas touche Lynou ou je te bouffe ><’), un rouquin « poetic lover », un petit brun masochiste et un autre blond qui se prend pas pour de la merde (Lynou : Rem-Sama \o/ ) et vous obtenez le Comité des Élèves aussi mystérieux et séduisants … qu’imprévisibles. Elearya approves (y)

😐 Lÿnou : Bon. C’est un harem, hein. Donc c’est (souvent) niais et certains personnages sont stéréotypés à en vomir, mais chacun ses goûts (Enfin, le Onii-chan surprotecteur roux peut avoir mon 06 quand il veut ❤ ). L’héroïne est, pour une fois, pas trop bête. Elle repousse (pour de vrai) les gars chelou, voire même les gifle et garde sa priorité, c’est-à-dire sa mère…ah, on me dit dans l’oreillette qu’elle l’oublie au bout d’un moment…Bon ça a au moins le mérite d’avoir été divertissant, oh ça chante en plus ? Biiiieeeen !

🙂 Shirachiyo : Je suis une grosse consommatrice de reverse harem. Sauf que 90% du temps c’est mauvais. Il y ‘a toujours d’excellents trucs comme Akatsuki no Yona ou Kamisama Hajimemashita. Mais dans les adaptation d’otome game, les héroïnes n’ont VRAIMENT pas de personnalité, pas de réelle histoire, les garçons sont hypra stéréotypés…Du coup j’ai été étonnée. Ici, on a une base assez solide, quelques plot twist (pas très surprenants m’enfin), une protagoniste qui peut (PARFOIS) faire preuve de caractère. Point négatif: Les personnages qui chantent au cours d’un combat…

Gakusen Toshi Asterisk

🙂 Meepow : « Amagiri Shinmei Style » Un opening qui en jette ! Par contre l’anime un peu moins. Légèrement déçu car je le comparai à Rakudai Kishi mais en mieux, alors que tout compte fait, non…
Un potentiel gâché encore une fois, à voir ce que ça pourrait donner avec une saison deux. Il n’est franchement pas mauvais pour autant, mes exigences étaient peut-être trop hautes, qui sait. En fait, je pense que son défaut vient de ses personnages qui sont mal exploités et surtout très niais, créant ainsi un harem maladroit et superflu. Cependant, l
es quelques combats restent tout de même plaisants à suivre. Et oui je mets un « 🙂 » car, dans l’ensemble, je l’ai plutôt bien apprécié malgré ses défauts.

Le syndrome de l’épisode 12 !

🙂 Kuu : Alors dans la trilogie des épéistes et leur harem, celui-là est celui que j’aime le moins. En effet, quand on le compare à Rakudai Kishi no Cavalry et Taimadou Gakuen 35 Shiken Shoutai, son histoire parait un peu pauvre et au final on peut se lasser des personnages stéréotypés du genre la kuudere, la tsundere, et la kyonyuu (͡° ͜ʖ ͡°). MAIS ! Les combats sont tout de même de qualité et l’animation est pas mal du tout, du coup je pense qu’on sera tous d’accord pour le conseiller !

Haikyuu!! 2

😀 Meepow : « Kakatte Koi Ya ! » Hinata a.k.a le fils caché d’Akashi Seijuro ! Je dis ça parce que vu comment l’anime tourne, je sens qu’on va pas tarder à avoir du Kuroko no Volley ! L’équipe de Karasuno qui s’améliore et apprend de ses défaites, les joueurs qui débloquent de nouvelles techniques et une qualité d’animation qui suit le move, bref, que demander de plus ?! Je passe plus de temps à faire des retours arrières qu’a regarder l’épisode. Pour faire court, on reste fidèle à ce qu’on a pu voir durant la première saison mais en encore mieux !

Le syndrome de l’épisode 12 !

😀 Rikyz : Cette 2e saison commence bien avec le développement de notre incroyable duo qui se remet en question sur les performances de chacun. Nous observerons une évolution des capacités de toute l’équipe due en majorité grâce à leur rencontre avec les équipes rivales. La 2e partie de la saison promet d’être super.

Heavy Object

😀 Lÿnou : Nous suivons les péripéties de deux hooligans soldats qui, dans un monde où la guerre ne se joue plus uniquement que par les armes militaires massives appelées « Object », vont se retrouver à se battre quasiment à main nues contre elles. Ça change des animes de baston où c’est la course à « qui a la plus grosse » (moi! moi!), ici il s’agira de stratégie et de ruse. Le caractère nonchalant et un poil pervers des garçons en font des perso attachants. L’ecchi est présent, mais pas lourdingue, voire même plutôt bienvenue (histoire d’amour) et souvent drôle.

🙂 Meepow : « Baby Magnum ! » Assez spécial dans son genre, j’aurai du mal à le décrire de manière objective mais il est très très bien ! (Attention aux feignants, il y a beaucoup de blabla par contre.) Un univers où la guerre ne se déroule plus qu’à l’aide de machines colossales et destructives, les Heavy Objects, pouvant annihiler n’importe quelle base ou région en moins de deux. En résumé c’est drôle, les personnages sont vachement bien, « quelques » plans aguicheurs pour nous autres les messieurs et beaucoup de matière grise mise à l’épreuve.

😀 Rikyz : Je ne suis pas un grand fan de mecha, mais cet anime m’a comblé. Un duo marrant et plutôt cool, qui sont sous les ordres d’une capitaine de 18 ans à forte poitrine et accompagnés d’une princesse qui pilote un robot de guerre sont les maîtres mots de cet oeuvre palpitante.

🙂 Shirachiyo : Honnêtement, pour le coup, j’ai été surprise. Je savais qu’il y aurait du fan-service et après le second épisode, je m’attendais à du pur ecchi en fait. Mais l’humour suivait donc j’aurais continué. Au final, non seulement les blagues étaient au rendez vous, mais l’histoire est également très bonne. Je trouve ça bien écrit et agréable à regarder. Rien de très nouveau à apporter au genre du meccha, mais ça vaut la peine pour ceux qui cherchent un anime divertissant.

😀 Touky : Hummm,un très bon anime que je vous conseille. Un duo qui nous fait marrer et dont le dialogue est épique, une capitaine plutôt mmmmmiaaammmm a nous faire agenouiller pour nous piétiner raaaaaaahhh plaisir, ainsi qu’une petite loli ^^ qui conduit une arme Gigantesque capable de détruire des montagne, le « Baby Magnum ».
Touky vous le piétine.

K: Return of Kings

😐 Rikyz : Dernière saison de K qui contient de nouvelles révélations. Cependant, il reste des questions sans réponses selon moi (je vais devoir regarder du début pour vérifier ><). Dommage que l’on ne voit pas le Roi Doré en action…

🙂 Shirachiyo : Aaaah K! Ils nous avaient manqué, HOMRA, Scepter4, The White Rice Party… wait what? Bon mis à part ce gros troll de Kurô concernant le nom du clan de Yashiro. OST fabuleuses (cf 1ere saison), animation à couper le souffle (ils ont cherché à provoquer ufotable ou bien?). Bon développement des personnages, notamment au niveau de Saruhiko. Ending qui, je pense, a surpassé ceux de Kekkai Sensen et Owari no Seraph (printemps 2015). En revanche le niveau de fan service (des deux cotés) me dérange un peu. Je sais que c’est ce qui fait que K est K, mais y’a moyen d’être plus subtil pour attirer les spectateurs.

😀 Touky : Bande son magnifique et l’histoire qui reprend directement la suite du film K : Missing Kings. Très beau graphiquement et on se laisse emporter dans l’histoire. Que dire…  Matez la première saison de K et laissez-vous porter par les OST.
Touky vous le sonorise.

Kidou Senshi Gundam: Tekketsu no Orphans

😀 Jam Belios : «RAAAAAAISSSSEE YOUR FLAAAAAAAAAGGG! KOE NO KAGIRI! KOE NO KAGIRI! KOE NO KAGIRI! SAKEEEEENDEEEE!!!» Tout comme cet opening endiablé, cette nouvelle série Gundam va ravir plus d’un fan  de la saga, se plaçant dans un univers particulièrement sombre sur fond d’enjeux politique planétaire, Kidou Senshi Gundam : Tekketsu no Orphans nous invite à suivre un groupe d’enfants mercenaires, également appelé « Débris Humains », dont les armes, la mort et le sang font partie de leur lot quotidien. Entre deux instants de répit certains d’entre eux reprennent un air enfantin mais ils sont vite rattrapés par la dure réalité de la vie et du monde des adultes.

Lance N’ Masques

😐 Jam Belios : Eh bien que dire de cet anime ? Pour commencer, je n’ai jamais vu autant de personnages se faire kidnapper au cours de la série, sérieux les gens, au fil des épisodes on finit par se demander qui est le chevalier et qui est la princesse, ben oui mes ami(e)s parce que le héros de cette série va en baver mais d’une force, tellement il manque de confiance en lui-même… Enfin on peut toujours le regarder mais mettez votre cerveau de côté parce que vous vous poserez trop de question à chaque fois vu que le scénario semble partir parfois à la « whatthefack » mais bon quand on sait que l’auteur n’est autre KOYASU Hideaki, on peut se dire que c’est assez légitime, ben ouais, rappelez-vous de Akikan ou encore GJ Bu où il fut responsable de la structure scénaristique des deux séries animées. La fin de l’épisode 10 m’a laissé tellement perplexe que je me suis demander si y’avait vraiment que 12 épisodes et pas 24 et que j’ai dû vérifier tout ça sur Icotaku.

Lupin III

🙂 Lÿnou : L’OVNI rétro de la saison mais quel régal ! Il faut dire que cette saison les réadaptations des mangas de légende du temps de Tezuka Osamu reviennent à la mode, entre Osomatsu-san et Young Black Jack, on a pas fini ! Chaque épisode est une histoire différente avec un objet/objectif convoité par les personnages principaux, et on se fait mener en bateau par tous les personnages qui le convoitent avant de savoir qui aura le dernier mot. C’est coloré, détendu et parfait pour tous les âges !

Noragami Aragoto

😀 Lÿnou : Après une attente interminable notre dieu préféré est de retour pour une saison 2 !!! Il n’y a absolument rien à redire, tout est parfait dans cet anime, et vous savez pourquoi ? Vous savez pourquoiiiiiiiiiiiiiiii ? PARCE QU’ILS ONT TOUT SIMPLEMENT SUIVI LE SCENARIO DU MANGA ORIGINAL P%#& DE B$*@0L DE M#@&% !!!*regarde vers les studios qui ont fait Tokyo Ghoul**crache*

😀 Meepow : « Rend ! » Une deuxième saison qui colle parfaitement à ce que j’espérais, c’est-à-dire au manga ! C’est beau, c’est touchant, et toujours aussi captivant. Un rythme qui semble un peu lent mais le contenu est juste excellent; à chaque fin d’épisode, t’attends la suite avec impatience ! Une histoire davantage tournée sur la déesse Bishamonten et notre Yato qui est, toujours fidèle à lui même. En un mot : génial !

🙂 Rikyz : Une suite meilleure que la 1ère saison avec plus de combats, plus de feelings et plus de révélations. Les personnages évoluent et surtout j’ai hâte de voir la 3e saison à cause de cette fin teaser… ><

😀 Shirachiyo : C’est Noragami. Est ce qu’il faut vraiment en rajouter ? Les combats sont bons, les OST dans la continuité de la saison 1, l’opening rivalise avec celui d’UBW (printemps 2015). Malgré la déception du premier épisode, le reste était très prenant et à la hauteur de ce qu’on pouvait attendre après la saison 1.

One Punch Man

:mrgreen: Babiwan : Wow. Juste Wow. Animation monstrueuse, combats fat comme t’en a jamais vu. One Punch man c’est un rouleau de riz avec du thon enroulé de Bacon avec du chocolat. C’est délicieux mais ça se bouffe en une traite. 12 épisodes c’est juste un FUCKIIN AVANT-GOUT ! CES AMUSES BOUCHES M’ONT MIS EN APPETIT ! GIMME MORE :Q !
Babiwan vous l’envoie sur la lune

😀 Elearya : Lynou : Pourquoi t’as aimé One Punch Man ?
Elearya (prends un air ahuri) : Ça sert vraiment à quelque chose de répondre ?
Lynou : Ben les membres veulent savoir.
Elearya (prends toujours son air ahuri) : Regardez l’anime, lisez le manga ou demandez à Shinyo et arrêtez de me casser les ovaires.

🙂 Lÿnou : Du lourd à chaque épisode niveau qualité de l’anime pendant les scènes d’action, je pense pouvoir dire sans trop me tromper que OPM va rentrer dans l’histoire de l’animation. Grosse ombre au tableau, il a la même faiblesse que beaucoup de shonen : un manque flagrant de personnages féminins intéressants, du coup j’ai personne à shipper hétéro-sexuellement (non parce que GenosxSaitama ça va deux minutes MAIS BON).

😀 Meepow : « Just a guy who’s a hero for fun. » Ici nous avons un excellent documentaire animalier sur une espèce en voie de disparition qu’est le moustique. Une espèce récemment menacée par l’homme ou plutôt un homme… un homme chauve, vêtu de jaune, de gants rouges et d’une cape blanche. Donc si vous le voyez, évitez de lui donner un spray anti-moustiques, merci. Sérieusement vous m’avez lu jusqu’au bout ?! Et vous m’avez cru ?! Tchiiip! Va mater One Punch Man sur le champ, c’est un ordre !

Le syndrome de l’épisode 12 !

😀 Rikyz : L’anime n°1 de 2015 selon moi. Si tu ne le connais pas, c’est comme si tu ne connaissais pas Dragon Ball et je me ferais un plaisir d’écrire ton nom dans mon Death Note et de vi*ler ton corps avec l’Edo Tensei ! Bref de la baston, de la comédie, de la badassitude, tu ne peux pas être déçu. La parodie d’une vie de super-héros selon moi.

😐 Shirachiyo : Le concept de base est très bon, et comme je suis la première à tirer sur les nekketsu, je pensais adhérer mais au final, je ne peux pas penser à autre chose que « c’est pas mal », tout au plus, après chaque épisode. C’est le gros problème des parodies: c’est divertissant, mais au final, quand on est habitué à des genres plus « romanesques », on peut vite trouver ça assez plat.  Maintenant, ça dépend aussi des goûts (peut être que j’ai pas vu assez de bon gros shonen pour comprendre toutes les subtilités). Je ne vais pas tirer sur Madhouse, qui a fait un très bon job niveau animation (on en attendait pas moins).

😀 Touky : Voilà l’anime de l’année pouuaaaaaaaa , j’ai suivi le manga et j’attendais avec impatience l’anime. hmmmm que du bonheur, Superman peut se rhabiller XD ! Les moments de combats sont épiques et le personnage principal avec son ….. charisme et sa badassitude vont vous faire marrer a tout va. A ne louper sous aucun prétexte.
Touky vous le « Punch »

Ore ga Ojou-sama Gakkou ni « Shomin Sample » Toshite Gets-Sareta Ken

😀 Jam Belios : T’as envie de mater une bonne série mêlant harem et comédie sans trop te tracasser ? Ne cherche pas plus loin fils, prend un verre, y’a des chips ou des pop-corn si tu veux, choisis ta place et mate ! Shomin Sample pour faire court est l’un de ses animes qui détend l’atmosphère par ses gags (bon il sera moins déjanté par rapport à l’anime Osumatsu-san mais le fou-rire y est). A mater ! « YOU GOT ME MAD NOW ! » est d’ailleurs devenue l’une de mes phrases fétiche lors de mes parties en ligne.

😀 Kuu : Honnêtement, je n’ai pas trouvé de réels atouts à cet anime qui en font un anime de qualité…ce que j’ai trouvé en revanche c’est ma source de jouvence dans cette saison d’automne ! Et oui, parce que si tu aimes le moe, si tu aimes le ecchi, si tu en as marre de la violence dans le monde et que tu recherches la douceur : GO GO GO ! Et sinon regarde le au moins pour hakua (͡° ͜ʖ ͡°) Et puis l’humour décalé c’est pas mal non plus, disons que le tout en vaut la peine.
NB : Tu te transformeras en fanboy/girl à chaque écoute de l’opening :p

😐 Rikyz : Un anime tranquille à regarder quand tu ne sais pas quoi faire et que t’as pas envie de réfléchir. C’est un peu du WTF et niveau scénario y a pas grand chose.

Osomatsu-san

😆 Lÿnou : C’était l’anime gag de la saison qui a provoqué un scandale copyright dès son premier épisode, puis un scandale national à l’épisode 3 à cause de sa parodie de l’anime pour enfant  très réputé « An Pan Man » (dont le titre a également inspiré One Punch Man qui s’écrit « Wan Pan Man » dans la version japonaise). Ce scandale fait écho à celui qu’avait provoqué la série d’origine dans les années 60 qui avait été le premier manga au monde (au Japon, donc) à être attaqué par les « antimanga » groupes organisés de parents d’élèves et de professeurs qui prônaient la bienséance. C’est dire le genre d’anime que c’est ! Le terme « digne successeur » n’aura jamais été aussi juste !

Bref, on suit les péripéties de sextuplés qui ont tous des caractères bien différents mais ont comme point commun d’être des *prends son souffle* chômeurs-cas-sociaux-petits-malins-farceurs-vivant-aux-crochets-de-leur-parents ce qui donne des situations complètement barrées et absurdes à la Gintama et parfois vulgaires à la « Groland ». Et puis, il y a Kamiya Hiroshi qui joue le rôle de Choromatsu, comment résister ? ❤
N’oubliez pas de débrancher le cerveau avant visionnage !

Owari no Seraph: Nagoya Kessen-hen

😀 Elearya : – Mika…
– Ya … Yamete… Yuu-kun …
– Mika… I … I love you…
– Yuu-kun … don’t be so rude … you hurt me…
[Note de Lÿnou : Ceci est une oeuvre de fanfic d’Elearya 😉 ] [Note de Babiwan : ceci lui vaudra de subir le courroux du correcteur qui vient de se brûler les yeux]

😐 Lÿnou : Deuxième saison plus sympa, plus d’action, bien animée. Ça aurait pu être un bon anime si les perso étaient pas autant à la ramasse. Le héros, Yuu, n’en fait qu’à sa tête, met ses camarades en danger, se rend compte que c’était con parce qu’il les a mis en danger, et donc n’en fait qu’à sa tête pour les sauver, et met encore plus de monde en danger….De toute façon, je préfère les méchants et je mate juste pour fantasmer sur *bave partout* CROWLEY ❤ …mon amour, c’est toi le meilleur, bute-les tous ❤

🙄 Meepow : « Yuu-kun ! » Et oui je l’ai fait ! J’ai regardé cette foutue saison 2 ! Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il y a l’épisode qu’on attendait tous depuis des lustres ! Tout un épisode entier consacré à notre couple favori digne d’un Twilight ! Hmmm Yaoi no Seraph… Sérieux, je sais pas ils ont pensé à quoi avec cet anime : c’est comme si on leur avait donné un rubis entre les mains et qu’ils en ont fait de la pâte à modeler avec… Bien sûr que oui le résultat ça, mais on aime ça ! Saison 3 ! Saison 3 ! Saison 3 ! [Note de Babiwan : A quand Meepow no Emerald ? :v ]

😀 Shirachiyo : Honnêtement je ne suis pas déçue. On sent qu’il y a eu un upgrade niveau budget, du coup, l’animation est plus fluide (cf ending ++). De bonnes OST encore (on en attendait pas moins d’Hiroyuki Sawano). Les scènes de combats sont graphiquement très bonnes (je pense surtout à celle de Mika seul contre la brigade Gekki). Bon on nous a enlevé pas mal de Mikayuu et de blagues de Shinoa mais au final, encore une fois, peu importe. La densité du dernier épisode n’est pas sans faire penser à celle de la fin de Charlotte, et c’est peut-être dommage.

Owarimonogatari

😀 Kuu : Je suis choqué 😮 D’une part parce que c’est la fin et d’autre part parce que c’est la fin…de mon anime préféré tout anime confondu 😥
Malgré la nostalgie, l’incompréhension et la tristesse que marque toujours la fin, cette dernière saison m’a rappelé pourquoi monogatari est mon anime préféré ! Je suis totalement satisfait de cette fin car on y découvre une facette des personnages encore inconnus jusqu’alors. En gros pour pas trop spoil, on a une petite loli condescendante qui nous dévoile un côté humain assez prononcé finalement ! C’est bien un OVNI, il est unique pour ses graphismes, son histoire surnaturelle qui combine drame, aventure, tranche de vie et cette palette de personnages uniques. On retiendra aussi des dialogues, voire monologues à vous retourner le cerveau, en somme un bon travail de concentration ! Si on devait résumer monogatari (et je parle bien de toute l’œuvre et pas seulement de cette dernière saison) en un mot, ça serait extraordinaire.
Enfin je ne garantis pas que cet anime vous conviendra ou bien qu’il vous marquera mais si vous y êtes réceptif, je peux vous assurer que c’est bien un chef d’œuvre !
[Note de Babiwan : n’ayant vu que Bakemonogatari, je ne peux pas parler des autres, mais sérieusement, la qualité des animes de cette série en fait un must to see. ]

Rakudai Kishi no Eiyuutan

😀 Kuu : Si tu aimes t’identifier dans un personnage qui se fait cracher dessus par la vie mais qui s’en sort quand même, cet anime est pour toi ! Et tu ne vas pas être déçu ! Entre les frissons des bastons EPIC et ceux des renversements de situations, tu vas perdre toute ta capillarité, idéal pour l’été et la plage.. Pour être plus clair, tu captes que Naruto a mis plus de 600 épisodes pour être reconnu ? Eh bah félicitations, Rakudai te le fait en 12 épisodes, avec une romance en prime !
Bonus : Boobs everywhere (͡° ͜ʖ ͡°)

😀 Meepow : « Itto Shurah ! » La bonne surprise de l’année en ce qui me concerne ! Il ressemble un peu à Asterisk mais le dépasse largement niveau qualité. Les confrontations sont juste époustouflantes et ça, ça fait un bien fou !
(J’en ai bien 2-3 en tête et je pense que ceux qui l’ont vu sauront lesquels j’insinue) 
Le héros y joue pour beaucoup, certes et c’est tant mieux; de toute façon on s’en fiche car ça envoie du steak ! Une touche de ecchi pour accomoder le tout et on savoure les 12 épisodes. À quand la saison 2 ?! « With my strongest, I will beat your strongest! » – Kurogane Ikki

Le syndrome de l’épisode 12 !

🙂 Rikyz : Un bon anime du style Absolute Duo mais en mieux. On a un héros plutôt cool, qui accepte parfois d’être humilié pour ne pas avoir des ennuis afin d’atteindre son but. On me souffle dans l’oreillette qu’il faut aller lire le manga qui est un peu mieux. Ja nee !

😀 Touky : Un anime à ne pas louper, très bonne surprise tant en termes de qualité graphique que pour l’histoire. Notre héros est sympathique et assez confiant en ses capacités qui montrera sa vraie force. Et pour une fois que c’est la fille la vraie perverse ^^ , je m’en lasse pas .
Touky vous le « Itto Shurrah! » 

Sakurako-san no Ashimoto ni wa Shitai ga Umatteiru

🙂 Lÿnou : Bien sympathique, animation et ambiance plaisantes. Ce n’est pas l’anime de l’année et le scénario ne « décolle » jamais vraiment avant de finir en queue de poisson (suite?)…Et je me demande toujours pourquoi aucun des lycéen de cet anime ne tombe amoureux de quelqu’un de son âge WTF O_o. Mais le personnage de Sakurako mérite un award. Oubliez les héroïnes qui se laissent intimider pour un rien, ici c’est Sakurako qui intimide tout le monde avec son côté glauque surprenamment mignon…hu, mignon ? C-cerveau, pourquoi tu me fais ça ?!

🙂 Rikyz : Aimez-vous les squelettes? Car voici Bones en version japonaise. On se retrouve avec une maniaque des os, accompagnée d’un jeune homme qui (contre sa volonté) vont trouver des ossements humains au cours de l’anime et résoudre les énigmes derrière ces trouvailles.

😀 Shirachiyo : Comme pour Young Black Jack, le format est d’un mystère pour 1 à 2 épisodes. C’est une adaptation de Light Novel donc on peut s’attendre à un scénario de qualité. Le personnage de Sakurako est intéressant et le contraste avec Shoutarou permet de mettre en valeur son excentricité, non franchement, rien à redire au niveau du main cast. Si une critique était à émettre, ce serait au niveau de la trame de fond. Au final, on en connaîtra pas plus sur le passé de Sakurako (avec son frère notamment) et c’est bien dommage. Je ne sais pas si le problème vient du rythme de la série ou du manque d’épisode. Maintenant, si ça présage une saison 2 alors d’accord.

Shingeki! Kyojin Chuugakkou

😀 Lÿnou : Bon, ça n’a rien à voir avec l’histoire d’origine, on retrouve tous nos personnages préférés (VIVANTS) mais au collège avec les Titans qui sont surtout des brutes qui piquent les déjeuner et taguent sur les murs. Tout ça c’est juste du bon gros fan service pour garder un peu la hype de SnK et continuer à vendre des produits dérivés (Du chewing gum Levi ? Miam miam !) mais ça fait du bien de voir tous ces personnages…..heureux 😥 ET PUIS ON S’EN FOUT ET ON ASSUME en attendant une saison 2 prévue pour Avril 2016.

Shinmai Maou no Keiyakusha Burst

😥 Meepow : « Basara-san ! » Énorme déception, un scénario encore moins passionnant que High School DxD… c’est pour vous dire le stade qu’on a atteint avec cet anime. Je sais pas ce qu’ils ont fait avec cette saison mais…. *bip, bip bip* c’est mou du genou ! Et même les combats laissent parfois à desirer ! Quant à nos héros, ils sont aussi « puissants » qu’ils l’étaient au début… (oh ironie, quelle douce mélodie, serait-ce des larmes de joie sang qui coulent sur mon visage ?). Bref j’espère qu’ils vont s’arrêter là. Shinmai Maou est juste utile pour son côté ecchi mais censuré, pas plus.

Subete ga F ni Naru: The Perfect Insider

😀 Gintoki : Une grande surprise pour moi. Je ne m’attendais pas à un scénario comme celui-là, j’ai été surpris par les révélations à un tel point que j’ai pas pu dormir en repensant à tous les détails que j’ai pu louper :p Concernant les personnages, je les trouve tous très intéressants et attachants, surtout le SENSEI et Nishinosono ^_^ (sauf un, mais je pense tout que ceux qui ont vu l’anime seront d’accord avec moi). Bref, cet anime est bien, il fait partie de mon top 5 et regardez le.

🙂 Kuu : Que dire ? Hmm, à voir ! Je dirais qu’il faut le regarder pour se faire son avis (comme tout au final) mais celui-là est assez particulier parce que si le côté policier est bien mis en avant et que l’intrigue est en soi originale, le début est assez lent donc, comme beaucoup d’animes, il faut s’accrocher un peu pour rentrer dedans. Par contre ! Honnêtement j’en attendais beaucoup de la fin et finalement …je ne suis pas déçu : si tu veux une raison de le voir, regarde le pour la fin 😉

 Lÿnou : C’était la claque le coup de poing de Saitama de la saison, l’anime underrated que vous avez eu tort de rater cette saison ! (ouais, rien que ça) Après un premier épisode houleux et chiant au possible, mais une animation et une ambiance jouissive, le tout décolle à la fin du 2e épisode. Les personnages sont si développés et profonds qu’on voit le bout de la friendzone tout au fond. Un peu comme dans le Mystère de la Chambre Jaune, on découvre l’enquête en même temps que les personnages donc on a tous les éléments de réponse sauf que…ON TROUVE PAS. Enfin moi pas, et vous ?

🙂 Rikyz : Un grand merci à Lynou pour la recommandation. L’anime met du temps à démarrer mais quand les morceaux du puzzle pour résoudre l’enquête sont assemblés, vous avez le cerveau retourné #mindfuck (surtout quand vous finissez l’anime à 2h du mat). Autant vous dire que vous sentirez la hype dans les 3 derniers épisodes.

😀 Shirachiyo : Voilà un vrai mystère où tu te essaies de chercher le coupable avec les personnages principaux, tu t’impliques tant au niveau de l’enquete qu’émotionnellement, te mettant tour à tour dans les chaussures de Moe ou Magata, tu cherches à comprendre le pourquoi du comment… C’est agréable. Si vous cherchez la masturbation intellectuelle, c’est par ici. Loin d’être aussi prétentieux que ce que certains ont pu prétendre, c’est un anime qui vous rendra content de vous quand verrez que vous avez eu raison et qui vous captivera quand on vous expliquera pourquoi. Personnellement j’ai adoré le main cast, fascinant. Je n’ai pas trouvé le rythme lent mais il parait que c’était le problème de l’anime. Un avis reste subjectif et selon moi, il vaut la peine d’etre regardé, si vous aimez le genre.

Taimadou Gakuen 35 Shiken Shoutai

😐 Jam Belios : Eh bien que dire de cet anime ? Surement pas le plus trippant, épique, époustouflant de la saison , ni le plus mauvais, il n’en reste pas moins matable pour passer le temps avec ses scènes de combat mais faut pas en demander plus après, c’est vrai quoi, c’est juste produit par le studio d’animation Silver Link, ceux qui ont fait certes Chaos Dragon, Strike the Blood mais aussi l’excellent Baka to Test to Shokanju ou encore Rakudai Kishi no Cavalry de cette saison, à croire que tout l’argent de la production est passé dans ce dernier ^^’’. Notez que l’anime est interdit au moins de 10 ans.

😐 Meepow : « But in return, let me carry half your burden. » Un anime qui commençait bien et semblait être prometteur mais au final… pas vraiment et c’est dommage. On suit l’histoire du peloton 35 qui est constituait des élèves les moins compétents de l’académie et on en apprend sur leur passé et pourquoi en sont là, les uns après les autres. En tout cas, il se regarde plutôt facilement mais bon, ne vous attendez pas à quelque chose de transcendant.

😦 Rikyz : J’arrive pas à croire que je l’ai fini…Il n’y a rien d’intéressant tout au long de l’anime. J’ai eu un sentiment de « Non senpai, c’est notre combat » (#Meepowdégoûtédelalife) avec la résolution de chaque mini arc avec cette sublime réplique : « Laisse moi porter la moitié de ton fardeau »…Bref je ne le recommande pas.

Utawarerumono: Itsuwari no Kamen

😀 Jam Belios : Surement l’un des animes que j’attendais avec le plus d’impatience pour clôturé l’année 2015 et je peux vous dire que l’attente en valait le coût car au menu, on a droit à des gags, des combats et des intrigues politiques sur fond de harem! Pour ceux qui ont aimé la série de 2006, ils ne seront pas dépaysés par ce nouvel opus et ceux qui avaient eu l’occasion de jouer au jeu, auront droit à une sacrée surprise dans cette première partie!

🙂 Shirachiyo : Niveau harem, c’est rare d’avoir un bon personnage principal. Ici, jusqu’à présent je suis plutot satisfaite. On se prend bien dans l’histoire,le cadre est bien planté. Alors c’est un sequel, mais c’est tout à fait regardable sans avoir vu le reste.

😀 Touky : Je rejoins mon ami Jambelios, pour vous inciter à suivre cet anime . En effet, d’une part le graphique est magnifique, d’autre part l’histoire tourne autour d’un perso amnésique qui regroupe des tas de gens différents et intrigants. C’est passionnant.
Touky vous le conte.

Valkyrie Drive: Mermaid

😀 Elearya : Comment faire un article bilan sans donner mon avis sur ma spécialité. Valkyrie Drive est sans conteste un des meilleurs yuri qu’il m’ai été donné de regarder. Déjà l’idée de base, ben c’est une putain de bonne idée ! Imaginez deux meufs horriblement bien foutue avec des boobs monstrueux qui se [biiiiip]. L’une domine et [biiiip] l’autre. Elles s’[biiiip] et se [biiiip] et la, c’est le drame. La fille [biiiip] atteint l’orgasme…. Et se transforme en épée supersonique ! Faptality ! Maintenant nettoyez votre PC bande de dégueulasses ! :v Fermez votre porte à clé, mettez vos écouteurs, sortez vos mouchoirs et installez-vous confortablement devant ce délicieux hentai yuri !
[Note : Votre censure vous est gracieusement proposée par Lÿnou goran no suponsaa no teikyoude o okurishimasu]

Jam Belios : Le dernier anime de ce genre que j’avais maté c’était Yuri Kuma Arashi, qui était franchement bien trippant, alors là j’étais partie dans l’idée que cela irait peut-être dans le même sens. Après les premières minutes du premier épisode, mon hypothèse vola en éclat pour une simple raison : THIS IS A MOTHERF*CKING ECCHISHONENBIGBOOBSPANTIESANIMEUH ! Non sérieux visez-moi tous ses gros plans et trouvez-moi une réponse autre que fan-service, enfin, cela mis à part, les scènes de baston valent vraiment le détour et en plus on a droit à quelques gags assez marrants. Bon sinon qui est responsable de ça ? Le studio ARMS ? Attendez ce n’est pas les mecs de Queen’s Blade ça ?!

Young Black Jack

🙂 Kuu : J’ai toujours été intrigué par les animes cultes genre cowboy bebop, samurai champloo ou encore GTO pour les innombrables morales et thématiques sociales d’une époque qu’on y trouve et c’est pour ça que j’ai tout de suite voulu partir sur celui-là, et j’suis pas déçu parce qu’en plus de ça, Young Black Jack nous offre de beaux graphismes tous neufs qui vont, je l’espère, vous donner envie de voir la série originale ! Et puis il est vraiment badass monsieur futur Black Jack avec ses coups de scalpels on dirait qu’il peint la joconde !

😀 Jambelios: Un excellent préquelle du fameux manga Black Jack de Osamu TEZUKA. Adapté du manga de OKUMA Yugo et de TABATA Yoshiaki, dont on se rappelle des excellentes séries Akumetsu et Wolf Guy, le scénariste nous montre une nouvelle fois son talent dans cette nouvelle série endiablée qui nous permet d’en savoir un peu plus sur la jeunesse du médecin à la célèbre cicatrice et de se rendre compte que son incontournable caractère ne date pas d’hier. Le changement de graphisme donne un gros coup de fouet pour ceux qui étaient habitués au trait du maître du manga mais au final on apprécie grandement. Si vous avez aimé Black Jack alors n’hésitez plus et foncez!

AUTRE

OAV / TV Short

[TV Short] Ame Iro Cocoa

😥 Shirachiyo : Bon. J’avoue que de base je m’attendais pas à grand chose. C’est un petit format et la saison un avait déjà demontré qu’ils ne comptaient pas en faire grand chose. Cependant, si cette dite saison était plus ou moins divertissante, là je me suis carrement ennuyée. Qui a écrit le scénario au juste? L’idée d’ajouter une interview des seiyuus à la fin n’était pas une mauvaise en revanche. Au final, je l’attendais plus elle que l’épisode en lui meme, ce qui est un peu triste.

[OAV] Aoharu x Kikanjuu: Kemono-tachi no Senjou da na!

🙂 Lÿnou : C’est un OAV avec une histoire HS au manga MAIS on s’en fiche parce que c’était bien délire. Nos protagonistes préférés participent à un tournoi un peu particulier puisqu’il s’agit de…COSPLAY. Et faire du air-soft en mini-jupe / costume d’animal c’est pas évident mais le fun est bien présent ! L’anime a été diffusé lors de la saison Été 2015.

[TV Short] Diabolik Lovers, More Blood!

😦 Shirachiyo : On le savait, Yui, l’héroine, n’a qu’un seul objectif et compte bien s’y devouer corps et ame (enfin surtout corps), devenir la nourriture de qui veut bien, tant que c’est un charmant vampire! (Enfin charmant est vite dit puisque de toute façon, quand ils essaient pas de la sauver, ils cherchent à la tuer). Toujours aucune logique (ou j’ai loupé le moment où on dit qu’elle a une quantité illimitée de sang?), une histoire un peu superficielle (qui ne commence qu’au 10e episode), un personnage principal inutile, et un harem dans lequel 75% des personnages sont à jeter (non sérieusement, qui apprécierait se faire appeler « Bitch-chan » ou « M-Neko-chan » (bon ceci dit elle EST maso). Non je suis un peu dure. La vérité c’est que je suis une fille et que j’ai pas pu m’empecher d’appécier les scenes de sauvetage d’Ayato.

[OAV] Hibike Euphonium

🙂 Lÿnou : Un petit OAV bien sympathique avec cette fois-ci le point de vue des élèves qui n’ont pas été qualifiés pour le tournoi. Rien à redire, animation toujours au top, un vrai bijou cet anime. Il avait été diffusé pendant la saison Printemps 2015.
Voir aussi : Hibike! Euphonium

[TV Short] Kagewani

😉 Jam Belios : Pour une série dont l’animation pourrait un peu rappeler Ninja Slayer ce qui aura surement découragé beaucoup de gens à suivre l’anime dès le premier épisode, j’ai trouvé Kagewani vraiment excellent même si le format de 7min rend vraiment les épisodes vraiment courts mais le suspense, l’angoisse sont au rendez-vous à chaque épisode et on finit parfois à se demander à quoi on aura affaire dans l’épisode suivant. Pour le coup je pense que je vais commencer Yamishibai dont j’avais entendu des échos favorables, mais aussi parce que ces deux œuvres sont issues des mêmes auteurs : KUMAMOTO Hiromu et TAKASHIMA Tomoya. Je conseille néanmoins au plus de 10 ans car les effusions de sang sont courantes dans la série.

[TV Short] Kowabon

😮 Lÿnou : Une série d’épisodes courts (2-3min) animée avec la technique appelée rotoscoping consistant à utiliser des séquences réelles prises image par image pour recréer l’animation. Choix judicieux quand on découvre qu’il s’agit un anime horreur dont voici la phrase thème : « Il y a des appareils photos partout dans le monde. Ces ‘yeux’ ont vu un monde que vous ne connaissez pas. » Chaque épisode est une histoire différente où un « fantôme » n’est visible qu’au travers d’écrans (webcam, caméras de surveillance, téléphones etc). Bien entendu, si vous êtes fan du genre horreur pour vivre l’expérience à fond il faut regarder ça le soir et mettre des écouteurs/un casque…chose que j’ai fait au début car je ne savais pas quel genre d’anime j’allais regarder, grosse trouillarde que je suis, si j’avais su je l’aurais jamais fait…je dors avec la lumière allumée maintenant. Enfin, heureusement qu’il y a le générique de fin accompagné d’un petit making of avec une musique sympathique, ça permet de faire passer la pilule après la tension causée par l’épisode visionné !

Les Animes « Tabous » de Meepow ! [Partie 1]

Aujourd’hui on se fait plaisir et on va « parler » des animes qui m’ont particulièrement hmm… dégouté !
Par contre je vous préviens tout de suite, cette fois-ci, ça ne sera pas de la découverte mais bien une critique, et dans ce cas précis, il y aura du spoil volontaire sur le pourquoi j’ai pas aimé telle ou telle chose et le plus calmement possible… Vous voilà donc prévenus chers lecteurs !

Note : Je ne prendrai en compte que les animes. Donc pas de critique de manga papier ici.

Sommaire :

Dans cette première partie (car oui ! il risque d’avoir une suite…) je vais parler des cinq animes suivants :

 1 – Accel World

Accel World bande

2 – Mahou Sensou

Mahou Sensou bande

3 – Isuca

Isuca bande

4 – Owari no Seraph

Owari no Seraph bande

5 – Strike the Blood

Strike the Blood bande

LES CRITIQUES :

Accel World

Accel World

Ou l’art de pourrir un très bon anime grâce à un seul personnage ! Et pour rajouter une couche, il s’agit bien évidemment du héros sinon ça ne serait pas drôle.

Synopsis : « Peu importe notre ère, les enfants victimes d’intimidation ne disparaîtront jamais. En 2046, Haruyuki, un collégien qui souffre de surpoids, en est victime. Le seul moment où il pouvait se détendre complètement était quand il allait jouer un match de squash sur le réseau local de l’école. Il aimait jouer à ce jeu simple car il pouvait oublier les moments douloureux lorsqu’il était immergé dedans.

Il passait son temps comme ça jusqu’au jour où il rencontra la plus belle fille de l’école, « Neige Noire », ce qui changea brutalement sa vie. Par son biais il apprit la connaissance du logiciel « Brain Burst », un programme donnant accès à un monde 1000 fois plus rapide que le monde réel, mais y être accepté impose certaines conditions… »

Haruyuki

Kawaii neeeeeeeeeeee ?!

Bon ok, on veut faire un personnage original qui sort des stéréotypes du Shonen (un peu comme Favaro, l’afro-roux de Shingeki no Bahamut) sauf que là ça ne marche pas !
Dans le genre je ne sers à rien à part me plaindre, gémir et pleurer, j’ai nommé : Arita Haruyuki

Si on omet le fait qu’il soit petit et gros qui, limite, passe encore (même si ça n’est pas à son avantage) mais quand tu vois le caractère du perso t’es OBLIGÉ de le détester, alors que l’anime est bien ! Tu te le farcis pendant 24 épisodes ! Tu te dis bon c’est le début, et à la fin il deviendra un peu plus intéressant… et bah NON !
Ah j’ai failli oublié de parler de son super avatar dans leur monde virtuel, un magnifique petit cochon rose… hmmm… quel délice !

L’auteur de SAO a juste simplement craqué en créant ce personnage. Comment tu peux passer de Kirito à ça ?!
Bref, c’est juste trop pour le Meepow !

On en a tous vu des héros inutiles, impuissants et niais mais des comme lui jamais, pourtant sans lui, l’anime aurait été une vrai tuerie. Ah attendez on m’annonce quelque chose à l’oreillette […]
Une deuxième saison de prévue ? Hmm hmm… et le héros c’est toujours le même ? Hmm hmm… Le genre drame ne sera pas rajouté ? Hmm hmm… Je pourrais avoir une corde s’il vous plait ?… Comment ça non ?! *Tchiiiip* Suivant !

 

 

Mahou Sensou

Mahou Sensou

La fraternité n’a jamais été aussi chiante et le héros si naïf.

Synopsis : « Takeshi Nanase est un lycéen ordinaire, mais qui a néanmoins un passé assez sombre. À cause de certains événements, il a dû former un faux couple avec son amie d’enfance, Kurumi Isoshima, mais mis à part ça, sa vie est ordinaire. Un jour, il trouve une jeune fille effondrée à son lycée portant un uniforme scolaire ne lui disant rien. Elle se nomme Mui Aiba. Cette rencontre va totalement bouleverser le destin de Takeshi. Mui explique à Takeshi qu’elle est une magicienne et que par accident il est lui aussi devenu un magicien. Elle lui dit également qu’il existe deux mondes, un monde où vivent les humains et un autre où vivent les magiciens. »

Takeshi et Gekkou

Yamete Gekkou !

Nanase Takeshi et Nanase Gekkou sont deux frères.
À cause d’un accident non volontaire qui s’est passé avec son jeune frère, lui blessant sévèrement la jambe gauche, Takeshi se sent coupable et veut se faire pardonner alors que Gekkou croit que l’acte était volontaire.

Plus tard dans l’anime, Gekkou se venge, tue sa mère et trahit son frère (et toute son école) sauf que Naïfkeshi (un surnom n’a jamais été aussi approprié) croît absolument tous les bobards que raconte son frère, au point de mettre en péril : son école, son amie d’enfance (qui est accessoirement à moitié sa « copine ») kidnappée et lui à la limite de la mort…
Et de un !

Deuxièmement, Naïfkeshi part s’entraîner pendant je ne sais plus combien de temps, bah oui il doit aller secourir sa copine ce boulet… sauf que ça ne servira absolument à rien. On ne voit AUCUN progrès, il est toujours aussi %!£ et se fait tabasser (il arrive quand même à « gagner » parce que voilà hein).

Troisièmement, la fin de l’anime est complètement WTF. Je ne m’en souviens plus exactement (traumatisme quand tu nous tiens.) mais y’a un espèce de retour dans le passé à cause de Takeshi. À ce moment, il est censé être « invisible » car il ne fait pas partie de ce monde, sauf qu’il croise son frère qui BIZARREMENT est là et le voit ! Fin.

En résumé, l’anime est un cross-over entre Owari no Seraph et Accel World. Comme Owari no Seraph, il possède un excellent premier épisode mais perd rapidement en qualité… le plat quasi-absolu. Le héros est plus « charismatique » que celui d’Accel World mais juste en apparence, rien d’autres !

 

 

Isuca nope

Isuca

Ha ha ha ha ha… NEXT ! (Comment ça je suis obligé de le faire ?!)

Synopsis : « Shinichirō décide de trouver un emploi pour payer son loyer. Son professeur lui suggère un travail en tant que personnel de maison en faisant du ménage. Toutefois, son employeur, une jeune fille au doux nom de Sakuya est à la tête de la famille Shimazu. Son travail consiste à exorciser et à éliminer les créatures indésirables. Shinichirō libère accidentellement l’une des créatures que Sakuya a capturée et il va ainsi être contraint de collaborer avec elle afin de l’attraper… »

Sakuya

Say my name! Say my name! (8)

Y’a tellement de choses à dire dessus que je ne pourrais tout citer, je vais donc essayer de faire au plus simple et le plus concis possible.

Shimazu Sakuya (l’héroïne dont notre héros tombe amoureux) est la nana la plus chiante parmi la panoplie de protagonistes mis à disposition du héros, Asano Shinichiro. Mais bon : #dealwithit (Note de Babiwan : #tsundereuseless #faussetsundere #bakatsun )
Le concept de l’anime est pas trop mal et on a même droit à du sang (au passage, c’est la seule chose cool à voir dans l’anime), mais ça ne suffit pas pour combler tous ses défauts…

Les personnages principaux font énormément défaut à l’anime, ils sont tous aussi utiles les uns que les autres (tu la sens l’ironie là ?!) alors que le fond était assez prometteur (chaque individu possède un « vrai » nom et celui qui parvient à en prendre connaissance aura une emprise totale sur la personne en question). C’est comme si on… je sais pas en fait… c’est juste très décevant.

Quelque chose qui m’a bien fait rire par contre, dans le dernier épisode, Shimazu se retrouve dans une mauvaise posture, elle se tient au toit d’une maison avec le gros méchant qui lui écrase les doigts. Bref, aux portes de la mort. Elle lâche donc prise et commence à tomber puis est secourue par Asano. SAUF QUE DANS AUCUN CAS la chute aurait été mortelle. Sérieux elle tombe pas de plusieurs dizaines de mètres mais à peine d’une dizaine de centimètres, allé pour être gentil, on va dire un bon mètre… juste de quoi trébucher en atterrissant quoi… faut pas déconner non plus !

 

 

 

Owari no Seraph

Owari no Seraph

A.k.a Yaoi no Seraph pour les intimes ! (Better love story than Twilight)

Synopsis : « Un étrange virus est apparu sur Terre et a tué tous les êtres humains infectés âgés de plus de 13 ans. Par la même occasion, les vampires ont envahi le monde et asservi l’humanité. Hyakuya Yūichirō est un jeune garçon qui vit avec le reste des enfants de son orphelinat. Ils sont traités comme du bétail par les vampires. Malgré sa captivité, Yūichirō a de grandes ambitions. En effet, il rêve d’anéantir tous les vampires présent sur Terre. »

Yaoi no Seraph

I love you! #nosebleed

On pourrait résumer l’anime en deux répliques :
Yuu-kun !
Mika !

Mais bon vu que j’aime bien me faire du mal, on va prolonger le plaisir !
L’univers de base et le très bon premier épisode ne servent qu’a nous leurrer (comme ce fut le cas pour moi). L’ambiance de départ me donnait un peu le sentiment de voir un Shingeki no Kyojin-like BUT NOPE !

L’histoire est mou du cul, on te promet plein de combats (avec les previews) sauf que y’a que dalle ! Quand y’a du combat, surtout vers la fin, l’animation est juste dégueulasse ! Quand tu te tapes 3-4 épisodes dans l’école déjà que ça te fout bien la flemme mais une fois en dehors c’est pas franchement mieux…
Les personnages n’ont aucun charisme (nada, niet, que dalle !), sont très peu développés et très chiants pour certains. Nous ce qu’on veut c’est de la baston, du sang, des morts, pas des touche-touche party entre humains et vampires ! (Allé viens me sucer le… SANG ! bande de dégueulasses !)

Bref, un enchainement de déceptions. Des combats qui ne sont pas à la hauteur, des previews parfois prometteurs mais l’épisode qui suit est nul et sous exploité.
Comment peut-on faire un premier épisode aussi bien et intriguant puis obtenir une suite aussi pourrie ?! Ah je sais ! Peut-être qu’on comprendra mieux avec la deuxième saison ! J’ai tellement hâte jusqu’à quel stade ils vont pousser la torture hmmm Mika !

 

 

Strike the Blood

Strike the Blood

« Iie Senpai, watashitashi no kenka desu ! »

Synopsis : « Sur l’île artificielle d’Itogami, on peut trouver toute sorte de créatures magiques. L’île est une réserve où elles peuvent habiter, tout en étant protégées et étudiées. Parmi elles, incognito, vit un lycéen : Kojô Akatsuki, qui est aussi le 4e Primogéniteur, soit l’un des vampires les plus puissants au monde. Quand Yukina Himeragi, une jeune prêtresse armée débarque dans son lycée, c’en est fini de sa petite vie tranquille… »

Himeragi

Suck me purizu senpai!

Yukina Himeragi, ou l’art de pourir les passages épiques !

Hormis la forte présence du harem, les combats (ou l’action en général) auraient pu avoir une part beaucoup plus palpitante si chaque clash n’était pas constamment interrompue par la miss.

Autant dans certains animes les genres de répliques répétitives sont drôles ou attachantes comme dans Kyoukai no Kanata et son « Fuyukai Desu » ou Hyouka avec les « Watashi, Kininarimasu ! » mais dans Strike the Blood, non…

À absolument chaque combat où le héros est sur le point de libérer ses pouvoirs dévastateurs ou une technique ultime,
bref n’importe quoi pour mettre une rouste au méchant d’en face, t’as Himerai qui pop de n’importe où avec sa lance et balance sa réplique :
« Iie Senpai, watashitashi no kenka desu ! »
Une fois, ok, deux fois, d’accord, trois fois… MAIS TAIS TOI ET LAISSE SE BATTRE *bip bip bip bip !*
C’est pas la peine d’appartenir à une puissante lignée de vampires (quatrième fondateur) si l’autre vient lui pourrir H24 ses heures de gloires quoi ! C’est comme si le mec s’apprête à… non en fait y’a pas de comparaison possible !

 

Mini constat de Babiwan : Yo Minaaa, pardon pour l’incruste dans l’envolée lyrique de notre Meepow national en mode dégoûté, mais je tenais très rapidement à ajouter mon grain de sel. Notez que dans ce top, que j’approuve, il n’y a pas un seul anime raté au niveau du chara-design. A l’exception du personnage principal d’Accel World, tous les personnages dessinés ainsi que la façon dont ils sont présentés, les visuels, les couleurs, les traits… ça claque visuellement.

Si, au niveau des techniques 3D et de l’animation il y en a quelques-uns qui bénéficient d’un foirage ( notamment les combats à la fin de Yao… erm Owari no Seraph), ce n’est pas tant ces aspects qui ont pêché et choqué, que le manque de profondeur et de poids de certains personnages, de pans entiers de l’histoire, voire du tout ensemble. Des thématiques et des projets intéressants se révèlent au final exploités d’une façon assez peu originale ou intéressante, car après tout on peut donner quelque chose d’intéressant sans produire le courant artistique du siècle, et qui ne sont traités que très superficiellement car il y a un public pour tomber dans le panneau et un succès presque garanti.

Personnellement, je soutiens plus la qualité que la quantité. Mais quand on voit que même sur des formats de 12 à 24 épisodes ya du laisser aller, ça dépasse l’entendement. Quitte à faire des formats courts, mais prenez votre temps pour nous pondre des petites perles les mecs. Au lieu de nous couler un bronze dégueulasse (non Shiryu, pas ce bronze là, retourne t’entraîner sous ta cascade les yeux fermés !). Déjà que dans les grandes séries qui jouent les prolongations, la qualité des fillers (hors-séries), laisse souvent à désirer (à cause des délais hyper courts notamment), mais là ici, où est l’utilité de ne pas prendre son temps et de ne pas mettre les moyens ? Remarquez, dans certains cas, l’histoire pue déjà dans la version papier, et dans ce cas là, il faut en convenir l’équipe qui va animer le truc a pas vraiment une grosse marge de manœuvre pour rattraper le coup…

Bref le gros problème de notre génération d’anime (en tout cas c’est mon opinion personnelle), ne tient pas tant dans le chara-design et les techniques d’animation (encore que desfois la 3D est dégueulassement abusée) qui progressent que dans le cœur du propos ainsi que le traitement de l’histoire et des personnages. Donc, un de ces 4, je vous mijoterais un article sur ce sujet (et sur l’animation 3D aussi tiens), mais pour l’heure je rends la parole à Meepow qui va mettre les mains dans la m*rde pour nous donner un résultat des plus appétissants…

Pavé time by Babiwan !

Classement final :

(Du pire au moins pire… faites apparaitre le texte)

1- Owari no Seraph
2- Isuca
3- Accel World
4- Mahou Sensou
5- Strike the Blood

Certains diront que j’y vais un peu fort, et pourtant je les ai quand même regardé du début à la fin.
Il y a des choses qui restent tout de même appréciables (même si ce n’est pas forcément pour chacun d’entre eux…)
On se retrouve bientôt pour la deuxième partie ! *se prépare à regarder la saison 2 de Yaoi no Seraph* (Note de Babiwan : n’hésitez à pas hastager Meepow sur vos fanfics les plus magnifiques sur Yaoi no Seraph… Il adorrrrrrrrrreeee ça. =D )

Animes disapproved by Meepow  !
Contents cleaned and approved by Babiwan  !