Les Anime de l’Automne 2017 sont là !

Bon, on a voté pour les préférés de la saison dernière et c’est bien beau tout ça mais on a une nouvelle saison sous les bras les amis !

Si vous n’avez pas le temps/la flemme de regarder ce qu’il sort je vous prémâche le travail (mais bien entendu, cet article manquera d’objectivité huhuhu).

~ LES SUITES ~ 

Shokugeki no Souma [Saison 3]

Toujours plus de bouffe et toujours plus de gens à poil ! Miam !

Kekkai Sensen [Saison 2]

(Aussi connu sous le nom de) Blood Blockade Battlefront revient pour une saison 2 et c’est toujours autant le bordel ♥

Gintama. Porori-hen [Saison 6]

Et c’est parti pour la saison 6 de One P-…GINTAMA

Osomatsu-san [Saison 2]

On est une petite bande à vanter le génie comique de cette série et 2 ans plus tard on a enfin une suite !!! Avec une première partie d’épisode se moquant brillamment de la consommation « aveugle » de ce qui est populaire (dixit Totoko : « On s’en branle de la qualité, ça se vendra de toute façon » ) ce qui revient à de l’autodérision (vu le succès de l’anime au Japon), bref on peut dire qu’ils sont de retour en force et en forme !!!

San Gatsu no Lion [Saison 2]

Les aventures de notre mélancolique joueur de Shôji préféré reprennent !

Hoozuki no Reitetsu [Saison 2]

J’osais plus espérer. Un de mes anime préféré de tous les temps reprend. Si vous aimez les (BONNES) histoires de Yôkai et les comédies, jetez-vous dessus !!!

Himouto Umaru Chan [Saison 2]

Encore une bonne comédie qui reprend, Umaru c’est la nana qui a la flemme, qui fout la flemme et préfère passer ses journées à se goinfrer de chips et de coca tout en jouant à des jeux vidéos… SŒUR DE LUTTE

Love Life Sunshine!! [Saison 2]

Bon ok j’avoue j’ai pas suivi la saison 1 mais hey ! Y’a plein de figurines méga classes qui sortent sur cette série alors pourquoi pas !

ClassicaLoid [Saison 2]

C’est la saison 2 et c’est toujours autant du grand n’importe quoi, on démarre la saison en beauté avec Beethoven et son LANCE-FLAMME \o/

Yuuki Yuuna wa Yuusha de Aru [Prequel + Sequel]

Il s’agit de deux fois 6 épisodes. Apparemment les 6 premiers épisodes sont un prequel de l’anime Yuuki Yuuna wa Yuusha de Aru sorti en 2014. Et les 6 derniers épisodes sont la suite directe de 2014.

~ LES NOUVEAUX ~

(par ordre alphabétique, comme ça pas de jaloux !)

Anime-Gataris

Premier épisode insuffisant, j’ai besoin de voir la suite (ce qui est un bon signe, nan ?). C’est l’histoire d’une nana « normale » qui va rencontrer une autre nana hyper fan d’anime (le genre qui suit toutes les saisons…NON NON JE ME SENS ABSOLUMENT PAS CONCERNÉE OU EST-CE QUE VOUS ALLEZ CHERCHER ÇA), touchée par la passion de sa camarade elle va proposer de rouvrir le club d’anime du lycée.

Black Clover

Le manga est déjà un gros carton au Japon, donc à mon avis l’anime va suivre. Il est déjà connu comme le prochain gros hit à la « Naruto » , ça promet !

Blend S

Si comme moi vous avez aimé les du genre WORKING, cet anime est fait pour vous. L’héroïne a naturellement un « regard mauvais/blasé » qui la fait galérer pour trouver un boulot… ce qui tombe plutôt bien quand un étranger excentrique lui propose de travailler pour son café où chaque serveuse joue un rôle et qu’il lui propose le rôle de la « S » ou Sadique.

Boku no Kanojo ga Majime Sugiru Shojo Bitch na Ken

C’est l’histoire d’un mec normal qui veut une relation normale avec sa petite copine sauf que cette petite copine a lu un peu trop n’importe quoi sur internet…

Code:Realize – Sousei no Himegimi

Anime qui assume à 200% son inspiration speampunk. À Londres dans une époque inconnue, une jeune fille isolée dans un manoir à cause de sa monstrueuse capacité à empoisonner tout ce qu’elle touche, se fait capturer par les soldats de la Reine et est secourue par un groupe de voleurs un peu farfelus…
Avec un chara-design sympathique, un rythme soutenu et une bonne dose d’action, on lui pardonnerait même son côté un peu kitsch par moment :p

Dies irae

Alors franchement, il y a un épisode 00 ‘Prologue’ qui est sorti mais ne le regardez-pas (sauf si vous avez envie d’être écœuré par l’anime avant même d’avoir vu un « vrai » épisode 1). Premier épisode assez surprenant avec des passages en hallucinations ou flashbacks ? Je suppose qu’il faut en voir un peu plus pour se faire une idée.

Evil or Live

Retour du studio chinois Haoliners avec l’histoire de jeunes addicts aux jeux en ligne que les parents envoient en école de redressement où ils se font joyeusement BATTRE jusqu’au sang et HUMILIÉ sans que la société extérieur n’en soit consciente. #JoieDeVivre #MerciMaman

Garo: Vanishing Line

Budget animation/bastons : IT’S OVER 9000
Budget musique : PLUS ULTRAAAAA
Budget boing-boing des boobs : OPPAI DESU
Budget courses en moto : INFINITY
Budget scénario/personnages : porkoa fèr?
Espérons que ça s’améliore pour les épisodes suivants !

Houseki no Kuni

Aussi connu comme L’Ère des Cristaux, le chara-design est un peu surprenant mais c’est la première fois que j’ai envie de suivre en anime en CGI (3D), franchement les mecs ont TOUT compris à la 3D et l’exploitent à merveille dans les bastons où les plans tournent à 360°, c’est brillamment pensé et les OST sont tellement belles que j’ai déjà prévu de les acheter dès qu’elles sortent.

Infini-T Force

Au départ quand j’ai vu que c’était en CGI, j’avais presque décidé de laisser tomber et de pas le voir et finalement C’EST TROP BIEN CARRÉMENT !!! La 3D est tellement belle que ça me fait penser à un film de Square Enix parfois. Franchement, si vous aimez les histoires de supers-héros, jetez-vous dessus. Les bastons sont superbes, la gestion des couleurs aussi et on le voit dès les 5 premières minutes tellement on nous en met plein la vue. L’histoire réunit (pour la première fois ?) 4 héros très connus du studio Tatsunoko Production : Polymar, Gatchaman, Tekkaman et Casshern ♥

Imouto sae Ireba Ii.

Au début, quand j’ai lancé l’épisode j’ai cru que je m’étais trompée et avais lancé une vidéo de mon dossier hentai… mais non en fait, c’était bien ça. Vous pensez que j’exagère ? Matez les 2 premières minutes vous allez comprendre. Sérieux, regardez pas ça si y’a des gens derrière vous… bref, ça parle d’un écrivain.

Inuyashiki

Hey ! Vous vous souvenez de Gantz ? Bin l’auteur a fait une nouvelle série, j’ai lu les mangas et c’est une TUERIE (Tuerie ! Vous saisissez le jeu de mot ? Mais rigolez laaaaa) avec un héros peu orthodoxe MAIS un héros dans tous les sens du terme ! (Ah oui et l’Opening et Ending sont bien parti pour être dans les TOP 5 de la saison pour les otakus.)

Just Because!

Surprenant. Je n’ai pas d’autre mot pour décrire cet anime. Oubliez l’histoire des nouveaux élèves qui entrent au lycée, ici l’histoire suit une classe de Terminale. Mélancolie, regrets, passation de responsabilité (club ou délégué) et choix d’avenir, c’est pourtant un premier épisode plein d’espoir qu’on nous offre. L’anime me fait un peu penser à cette ambiance très particulière qu’il y a la veille des grandes vacances, quand tous les exams sont finis et qu’on sait que le temps qu’on passe à l’école avec ses amis/camarades est compté, on en profite tout en étant un peu nostalgique à l’avance. Bref, super premier épisode.

Juuni Taisen

C’est rare que je dise d’un anime d’action que c’est une perle mais… là je le dis, c’est une perle. Parmi les épisodes que j’ai vu de la saison les meilleures animations niveau baston sont celui-ci et Garo. Sauf qu’au contraire de Garo, si le concept de Juuni Taisen a l’air simple : une bataille jusqu’à la mort entre 12 guerriers représentant les 12 signes du zodiaque chinois, l’anime a son lot de plot twists et retournements de situation, le tout avec un humour noir absolument exquis 👌

Kino no Tabi

On suit les aventures d’une mystérieuse voyageuse dans un anime qui peut paraître pépère mais qui réserve tout de même quelques surprises puisque dès le premier épisode l’héroïne a l’intention de se rendre dans une ville où l’on dit que le meurtre y serait autorisé…

Konohana Kitan

C’est le petit anime pépère de la saison avec des lolis à oreilles de chat (enfin de renard ♥) et du moe à profusion !

Kujira no Kora wa Sajou ni Utau

Aussi connu comme Les Enfants de la Baleine, il s’agit d’une dystopie/post-apocalypse/steampunk dont l’univers fait à la fois penser à Atlantide de Disney et à Nausicaä de Miyazaki. Je dis ça, je dis rien mais très honnêtement les enfants, de tous les premiers épisodes que j’ai vu jusqu’à présent je crois que le bijou de la saison ça va être celui-là (le temps nous le confirmera ou pas).

Mahoutsukai no Yome

Aussi connu comme The Ancient Magus Bride, c’est l’adaptation du manga éponyme par le Studio Wit (Attaque des Titans, Seraph of the End), dès le premier épisode on nous balance de la sirène, des fées et tout un tas d’autres bestioles bizarres, ça promet du pâté !

Net-juu no Susume

C’est l’histoire d’une meuf qui commence à jouer à un MMORPG et donc elle décide de faire un personnage masculin beau-gosse (NON NON JE NE ME SENS PAS DU TOUT CONCERNÉE) et elle va rencontrer dans le jeu une loli super mignonne qui va l’aider mais dans la vraie vie cette loli est en réalité… [Insert IT’S A TRAP meme here]

Ousama Game The Animation

Aussi connu sous le nom de King’s Game, si vous aimez les anime d’horreur où les élèves d’une classe sont forcés de participer à un jeu malsain sous peine de MOURIR DANS D’ATROCES SOUFFRANCES alors c’est pour vous bande de psychopathes ♥

Robomasters The Animated Series

Anime que j’ai trouvé bien sympa malgré le pinaillage du héros à la fin du premier épisode. Il ne s’agit pas de mecha ni de combats de robots (ou pas exactement) mais de matchs alliant travail d’équipe et performance des robots et c’est bien agréable comme concept ! Bon, la vostfr n’est pas encore sortie, j’espère que ça ne va pas trop tarder.

Sengoku Night Blood

Je… je ne m’attendais pas à tomber sur un harem inversé !!! Sérieux, je pensais que ça serait un truc à la Touken Ranbu et à la place je me retrouve avec une meuf perdu dans un monde parallèle avec une quinzaine de samurai jeunes et beau-gosses dont certains AVEC DES OREILLES ET UNE QUEUE DE NEKO ?!!!! ………………….*rajoute l’anime dans ses favoris*

Shoujo Shuumatsu Ryokou

J’ai pas très bien compris pourquoi j’ai regardé mais je dois avouer que cet anime a un effet… apaisant. C’est pourtant l’histoire de 2 petites filles laissées pour compte pendant la guerre et parallèlement, avoir vécu tant d’horreurs fait qu’elles s’émerveillent des petites choses de la vie. Alors, tout est tranquille ? Eh bien il faut croire que non si la scène de la « dispute » est une sorte de présage à ce qui est à venir…

The iDOLM@STER SideM

Il fallait s’y attendre après le succès des premiers anime, cette fois-ci ils le font avec des garçons ! Bon il y a en tout 3 anime d’idol masculin cette saison avec Dynamic Cord et Tsukipro (dont je ne parle pas dans l’article du coup) mais j’ai de loin préféré celui-ci qui raconte la montée d’un groupe d’idol plutôt que de parler d’un quotidien d’idol déjà célèbres. Et j’ai apprécié que, avec autant de personnages masculins, ils prennent bien le temps d’introduire un groupe par épisode (ne ratez pas l’épisode 00 « prologue »).

Two Car

Bon bin, c’est l’histoire de lolis qui font des courses de side-car… c’était sympathique, on sent qu’ils ont essayé de reproduire du Bakuon donc on ne peut pas s’empêcher de faire la comparaison et vu que je le trouve personnellement moins bien que Bakuon, c’est mal barré.

UQ Holder!

Vous vous souvenez de l’auteur Love Hina et Negima ? Dans cet anime on découvre ce qui arrive plusieurs années après Negima. Bon je dois dire que je me suis laissée avoir, quand on regarde le début de l’anime on pense mater un p’tit shounen mignon, l’opening est kawaii ♥ le soleil brille, le ciel est bleu, les oiseaux chantent et d’un coup LE KETCHUP COULE À FLOT ET DES MEMBRES DÉCAPITÉS VOLENT PARTOUT……..bref, *se roule en boule dans un coin de la salle*… j’étais pas prête.

URAHARA

Vous reprendez bien une pincée de kawaii pour aller avec la sauce kawaii sur votre kawaii ? Bon c’est le bazar cet anime mais c’est pas si surprenant vu qu’il suit les aventures de lolis de shinjuku qui ont un magasin de mode (et la mode à Shinjuku C’EST le bazar et c’est ce qui fait son charme !), ah oui et qu’elles doivent se battre contre des aliens voleurs de Culture. L’animation est dynamique et colorée mais faut pas être allergique au kawaii parce qu’on voit rose/paillette longtemps après visionnage ♥

Alors, vous êtes prêt pour cette nouvelle saison maintenant !

 

Sans parler de mes goûts personnels (bien que ce soit difficile) les épisodes 1 que j’ai trouvé les plus réussis sont :

  • Houseki no Kuni
  • Imouto sae Ireba Ii.
  • Infini-T Force
  • Just Because
  • Juuni Taisen
  • Kujira no Kora wa Sajou ni Utau
  • Shoujo Shuumatsu Ryokou
  • UQ Holder

Et vous, quels anime avez-vous envie de suivre cette saison ?

Publicités

TOP Anime Été 2017 des calédoniens !

Cher groupe Manga NC,
On vous a demandé de voter et vous avez répondu à l’appel, un grand merci à vous !
Sans plus attendre, on vous dévoile le classement de la saison !

8/ [EX-ÆQUO] Koi to Uso/ 18if / Isekai Shokudou

Une belle surprise en ce début de classement, bien que je sois personnellement étonnée que Koi to Uso ne soit pas classé plus loin, comme je sais que vous aimez les histoires à la CLANNAD, ANGEL BEATS et compagnie…

Isekai Shokudou

Episodes : 12
Genres : Comédie – Fantasy – Mystère – Gastronomie
Studio d’animation : SILVER LINK.
Editeur : Crunchyroll

Le « Youshoku no Nekoya » est un restaurant qui sert les salariés des alentours depuis une cinquantaine d’années. Cependant, ce restaurant est fermé tout les samedis pour servir des invités un peu spéciaux. En effet, des clients de races différentes viennent dans ce mystérieux restaurant pour déguster les fameux plats de cet établissement.

On a souvent notre lot d’anime tranquilou et pépère, et cette saison, c’est Isekai Shokudou ou « Restaurant to Another World » qui est là pour nous… Surtout, regardez-le pendant le repas de midi, sinon c’est galère !

Koi to Uso

Episodes : 12
Genres : Comédie – Drame – Romance – School Life – Slice of Life
Studio d’animation : LIDEN FILMS
Editeur : Wakanim

Dans un futur proche, lorsque les jeunes lycéens japonais atteignent l’âge de 16 ans, ils sont mariés de force à une partenaire que le gouvernement choisit. Yukari Nejima est un jeune lycéen âgé de 15 ans. Il vit dans un petit coin du pays et ne peut tout simplement pas aller de l’avant dans la vie. Au niveau des études et du sport, il est en dessous de la moyenne, mais au plus profond de lui, il cache quelque chose dans son coeur : son amour pour Misaki Takasaki. Dans un monde où l’amour est interdit, qu’arrive-t-il aux personnes qui tombent amoureuses ?

Comme je le disais au début, je suis étonnée de le trouver aussi bas dans le classement, si on avait une bonne (que dis-je, excellente !) romance cette saison, c’était celle-ci avec un concept qui peut paraître, à première vu, un peu « déjà-vu » mais on a notre lot de rebondissements et plot twists tout au long de l’anime qui nous garde éveillé (TRÈS éveillé).

18if

Episodes : 13
Genres : Action – Aventure – Drame – Mystère – Surnaturel
Studio d’animation : Gonzo

Haruto Tsukishiro se réveille dans un étrange monde onirique, il cherche un moyen d’en sortir mais pour cela il va devoir faire face à la sorcière qui a créé ce rêve. Il n’aura pour aide qu’une étrange jeune fille aux cheveux blancs et un chat…qui parle ?

Je suis agréablement surprise de le trouver dans le classement, je pensais être la seule à adorer cet anime, comme quoi !
Le concept de 18if est assez particulier : soit on aime, soit on n’aime pas, il n’y a pas d’entre deux. L’histoire se déroule dans un rêve et le personnage principal en est conscient, donc il prend des décisions qui peuvent paraître assez légères au début de l’histoire mais, hey, c’est un rêve donc on s’en #balek un peu ? Tout ça pour qu’au final on se rende compte que le héros fait lui-même parti du mystère de ce monde des rêves.
Sauf que là où cet anime va surprendre c’est son côté extrêmement ambitieux : plans coupés dynamique, caméra qui bouge, volte-faces etc qui vont contribuer à l’aspect imprévisible du rêve tout en contribuant au déroulé de l’histoire. Dans chaque épisode on trouve une « sorcière » liée à un rêve, et comme chaque sorcière est différente, chaque rêve l’est aussi. On peut avoir un épisode coloré, puis le suivant très sombre et gore, puis celui d’après très doux et dramatique, puis celui d’ensuite avec carrément l’animation qui passe en 3D pour enfant (WTF !!!).
Hélas, la seule chose que j’aurais à déplorer et qu’on a tous remarqué c’est le manque de budget pour un anime aussi ambitieux (même si ça m’a pas empêché de kiffer, et clairement, vous non plus).

7/ Hajimete no Gal

Episodes : 10
Genres : Comédie – Ecchi – Romance – School Life – Slice of Life
Studio d’animation : NAZ
Editeur : Crunchyroll

L’été, la « saison des amours » est arrivée, mais trouver une petite amie pour Hashiba Junichi, un jeune lycéen, est plus dur qu’il ne l’espérait. Pour l’aider, ses amis vont alors le forcer à se confesser à Yame Yukana. Toutefois, les choses ne se passent pas vraiment comme prévu car, aussi improbable que cela puisse paraître, Yukana accepte de sortir avec lui !

Mais… que vois-je au loin ? Censure-chan… est-ce bien toi ??? Je ne t’avais plus vu depuis Prison School 😮
Vous l’aurez compris c’est l’anime harem fan-service et un peu (BEAUCOUP) WTF de la saison (si vous aimez les meufs, bien sûr) donc euh… du coup bin… je vais vous laisser, salut bisous tchao on s’appelle on s’fait une bouffe *se casse*.

6/ [EX-ÆQUO] Katsugeki Touken Ranbu / Shoukoku no Altair / Knight’s & Magic

Visiblement, vous ne saviez pas pour quelle heroic-fantasy voter cette saison donc vous avez voté en masse pour LES TROIS… ok.

Katsugeki Touken Ranbu

Episodes : 13
Genres : Action – Fantasy
Studio d’animation : ufotable
Editeur : Wakanim

L’histoire suit Saniwa qui possède le pouvoir de donner vie aux objets. Afin de lutter contre des forces maléfiques qui tentent de réécrire l’Histoire, Saniwa entreprend un voyage à travers les époques pour retrouver des épées historiques japonaises, auxquelles il donne une vie et une apparence humaine.

C’était l’anime BASTON de la saison et on en prend plein la tronche dès le premier épisode. L’animation est tellement belle que parfois je regardais deux fois une action. L’anime sait brillamment faire monter la pression et gérer le taux de suspens/rebondissement avec une bonne grosse dose de musique épique derrière et puis…wouahou, la hype !!!
Bon par contre, les bastons (et les beaux-gosses) c’est vraiment la seule raison pour laquelle je regarde hein (mais c’est une très bonne raison OK !!!).

Shoukoku no Altair

Episode : 24
Genres : Action – Drame – Fantastique – Fantasy – Historique
Studio d’animation : Mappa
Editeur : Amazon Prime Video

Dans un univers fantastique inspiré du bassin méditerranéen à l’époque où les empires rivalisaient de puissance… Mahmut est le plus jeune homme à accéder au rang de pacha, général de haut rang dans la stratocratie de Türkiye. Accompagné d’Iskandar, son fidèle aigle royal, ce pacifiste sillonne le pays pour déjouer les conflits. Malheureusement, tous ses compatriotes ne partagent pas ses convictions et l’empire Balt-Rhain guette la moindre occasion pour étendre son territoire… Notre héros arrivera-t-il à conserver son intégrité au milieu de ces jeux de pouvoir où complots et trahisons sont monnaie courante ?

Encore un petit bijou sorti cette saison, si la baston était le point fort de Touken Ranbu mais pas le scénario, il s’agit ici du contraire. On se rend bien compte que la guerre est quelque chose de plus subtile que « celui qui tape le plus fort gagne ». Dans Shoukoku no Altair, la part de jeu politique, d’influence et de diplomatie a autant d’importance (voire plus) que le combat lui-même, puisque le but du héros est justement d’éviter la guerre ! (ça change !)

Knight’s & Magic

Episodes : 13
Genres : Action – Comédie – Fantasy – Magie – Mechas – Médiéval – Romance
Studio d’animation : 8 Bit
Editeur : Wakanim (Simulcast / Streaming)

Suite à un tragique accident de voiture, un jeune otaku fan de mecha meurt puis se réincarne dans le corps d’Ernesti Echevalier, surnommé Eru, tout en conservant ses souvenirs de sa vie antérieur. Peu à peu, Eru découvre qu’il est dans un autre monde et décide de travailler dur pour devenir pilote de Silhouette Knight, des armes humanoïdes qui le font rêver.

Toute bonne saison qui se respecte a son anime mecha mais le tout est de faire un BON anime mecha… ce que réussit Knight’s Magic à merveille ! L’héroïne est… HEIN QUOI C’EST UN MEC ??!!!
[Merci de patienter pendant cette courte page de publicité]
… *respire*… je… euh… je disais quoi ? Ah oui, l’héroïn- euh héros NON MAIS VOUS ÊTES SÉRIEUX.
[N’oubliez pas de ne jamais conduire sous l’influence de l’alcool/cannabis/kava et de toujours bien attacher votre ceinture de sécurité – ceci était un message du gouvernement de la nou-]
Le héros est extrêmement intelligent, ingénieux et ne manque pas de culot pour réaliser son rêve : piloter un robot ! Le rythme est très dynamique, pas de pinaillage, on va direct aux passages intéressant de l’histoire et c’est appréciable !

5/ Youkoso Jitsuryoku Shijou Shugi no Kyoushitsu e

Episodes : 12
Genres : Comédie – Drame – Romance – School Life – Slice of Life
Studio d’animation : Lerche
Editeur : Crunchyroll

Kiyotaka Ayanokōji est un élève de la classe D, regroupant les pires élèves de l’établissement Kōdo Ikusei, une école prestigieuse dotée d’installations ultramodernes. Chaque mois toutes les classes se voient attribuer un nombre de points permettent des achats en tout genre au sein de l’école (nourriture, jeux, consoles, …). Le hic ? Ces points sont attribués en fonction des notes et comportement des élèves en classe…

Les anime avec les noms à rallonge fonctionnent toujours aussi bien, est-ce un signe d’un anime de qualité ? Très bonne question, en attendant vous avez été beaucoup à le hisser très haut dans le classement !
Donc, si vous vous retrouvez dans une école de rêve où vous êtes logé, nourri, blanchi et où on vous file 100 000 balles tous les mois vous me diriez que c’est trop beau pour être vrai ? AH vous n’auriez pas tort…

4/ Fate/Apocrypha

http://www.dailymotion.com/video/x5syach

Episodes : 25
Genres : Action – Drame – Historique – Surnaturel
Studio d’animation : A-1 Pictures

L’histoire de Fate/Apocrypha se passe dans un monde alternatif de Fate/stay night, où le Saint Graal a disparu depuis plusieurs années après la Troisième Guerre du Graal.
Dans les années 2000, le groupe prétendant avoir le Graal, Yggdmillennia lance une nouvelle guerre mais le système de secours du Saint Graal s’active invoquant ainsi, non pas sept mais quatorze Servants.
Ceci marque alors le début d’une Grande Guerre du Saint Graal dans la ville de Trifas, où deux factions s’affrontent : la faction Noire, principalement composée des membres du groupe Yggdmillennia, et la faction Rouge, composée des membres de L’Association des Mages. Mais à situation exceptionnelle dit mesures exceptionnelles et le Saint Graal lui-même invoquera un Servant en tant que médiateur de cette Grande Guerre.

Pas étonnant en somme de voir un anime Fate aussi haut dans le classement bien que j’en entends au fond de la salle qui sont déçus qu’il n’ait pas fini plus haut.
Ceci dit, les fans de la franchise ont été servis cette saison avec le DOUBLE de servant/master pour le DOUBLE de bastons épiques !

3/ Kakegurui

Episodes : 12
Genres : Action – Drame – Ecchi – Jeux – Mystère – Psychologique – School Life
Studio d’animation : Mappa
Editeur : Netflix

L’Académie privée de Hyakkaou est un établissement pour les personnes privilégiées un peu particulier. Quand vous êtes les enfants des plus riches des riches, ce n’est pas votre prouesse athlétique ou la sagesse des livres qui vous maintient tout en haut. C’est votre don pour les jeux d’argents. Dans l’Académie privée de Hyakkaou, les gagnants vivent comme des rois et les perdants sont condamnés à devenir des animaux de compagnies. L’histoire se centre sur Yumeko Jabami une mystérieuse étudiante récemment transférée qui a plus d’un tour dans son sac et Suzui, un élève persécuté réduit au statut de « chien » (ou esclave) après avoir perdu une grosse somme d’argent lors d’un pari.

Il faut dire que Kakegurui a tous les éléments pour plaire, un concept de « match » original, pas de baston mais des paris sur divers jeux (cartes, plateau) avec de la triche (sinon c’est pas rigolo) et de la contre-triche (encore plus rigolo), des personnages féminins très présents (quota de boobs : check ✔ ) qui enchaînent entre les visages de psychopathes et d’orgasme (c’est le jeu de carte qui est orgasmique, hein…comment ça c’est illogique ? TG c’est le Japon).
Bon ça faisait beaucoup de parenthèses sur ce paragraphe mais vous avez pigé l’idée ?

2/ Ballroom e Youkoso

Episodes : 24
Genres : Comédie – Compétition – Drame – Romance – School Life
Studio d’animation : Production I.G
Éditeur : Amazon Prime Video

Tatara Fujita est un jeune homme n’ayant ni rêve, ni passion et ne sachant quoi faire de son futur. Alors qu’il est racketté par d’anciens camarades de classe, il est sauvé par Kaname Sengoku, un danseur de salon professionnel. Ce dernier décide de l’inviter à faire un cours d’essai où il y fera la rencontre de Shizuku Hanaoka, une jeune fille fréquentant le même collège que le sien, ainsi que de Tamaki. C’est en voyant le championnat de danse de l’année précédente que Fujita est se décide à changer pour devenir un danseur pro.

Enfin un thème qui change : la danse de salon !
Ok, quand c’est écrit comme ça sur le papier ça fait peur, on sait pas trop dans quoi on s’engage mais je vais vous dire moi : c’est génial !
Animation dynamique et toujours au taquet, personnages attachants qui évoluent, compétition de haute volée avec sa bonne grosse dose de suspens et pas mal de rebondissements. L’essayer, c’est l’adopter !
Et si vous avez besoin d’un petit coup de pouce pour vous décider Meepow vous décrit la BEST WAIFU de la saison dans un article !

1/ Made in Abyss

Episodes : 13
Genres : Aventure – Drame – Mystère – Surnaturel
Studio d’animation : Kinema Citrus
Éditeur : Wakanim

« Abyss », un lieu intriguant et nimbé de mystère. Un trou béant, seul lieu inexploré du monde. Un endroit fascinant et dangereux. Rico, jeune orpheline, a grandi dans une petite ville située au bord du gouffre tout en rêvant de devenir cavernière, comme sa mère.
Un jour, alors qu’elle se décide à entrer dans l’Abyss, elle rencontre un étrange robot qui ressemble à s’y méprendre à un être humain.

Ahhhhh, je ne vais pas m’étendre dessus car je l’ai déjà fait dans un article mais je suis contente de constater que beaucoup pensent comme moi que, si ce n’est pas l’anime de l’année, c’est au moins l’anime de la saison !

La suite du classement

(pour les curieux)

votez2017t

Les Chroniques d’Elearya #1 – Les Démographies Méconnues : Le Bara à travers « Otouto no Otto »

[Avertissement de Babiwan : « Lasciate ogne speranza, voi ch’intrate » (« Laissez toute espérance, vous qui entrez »), La Divine Comédie de Dante, circa 1307-1321. Voir à la fin pourquoi c’est barré.]

Eh oui ! C’est encore moi ! Je viens encore vous embêter. Aujourd’hui, je voulais vous parler d’un genre démographique peu connu en Occident : Le Bara. Ne vous méprenez pas, je ne vous encourage pas à lire ces œuvres (Sauf si vous souhaitez que votre âme s’envole vers d’autres cieux et ne revienne jamais). C’est simplement pour votre pauvre petite culture générale d’Otaku. Venez-donc avec moi parcourir les bas-fond du manga et désintégrer votre âme 😉

[Note de Babiwan : et je vous accompagnerais (y’a pas de « s » au futur du singulier de la première personne, correcteur à la noix :p .) donc au cœur de l’enfer contre mon gré, au fur et à mesure de ma correction. Espérons survivre à cette expérience.]

Préambule :

Otouto no Otto (Le Mari de mon Frère) raconte l’histoire de Yaichi et sa fille Kana qui vont voir débarquer Mike Flanagan dans leur vie. Cependant, ce récit n’a RIEN A VOIR avec les œuvres habituelles de son auteur, TAGAME Gengoroth, si tant est que vous en aviez déjà entendu parler. C’est un Seinen. Pas de SM, pas de viols, aucune violence. Juste une ambiance calme et … Slice of Life. On se prépare au pire ….. pour rien [N’est ce pas Meepow-Sensei]. Pas une seule scène de sexe à l’horizon. Seulement un léger fan-service gay 😉

24088vo

Couverture du Tome 1

Un peu d’histoire :

Le terme bara (薔薇) signifie la rose en japonais. Ce terme viendrait d’un recueil de photographies homoérotiques publié en 1963 par MISHIMA Yukio et HOSOE Eikoh : Bara-kei (薔薇刑, tué par les roses). La symbolique de la rose est par la suite renforcée par le premier magazine gay japonais paru dans les années 60 : Barazoku. A partir des années 1980, il est utilisé pour désigner le cinéma gay : bara-eiga (薔薇映画, film de la rose).

Picture5   Picture2

Couverture du magazine « Barazoku » dans les années 80.
[Note Elearya : Meepow ! Elle me fait pensé à Free! :v ]
Le saviez-vous ? : Le terme bara fut repris par les japonais hétérosexuels pour désigner les homosexuels. En ce sens, c’est un terme péjoratif malheureusement utilisé en Occident pour désigner ce que les japonais appellent le men’s love (メンズラブ, menzu rabu). 

Qu’est ce que le Men’s Love (ou Bara) ?

Le Men’s Love est un genre démographique traitant de l’homosexualité masculine. Il est donc étroitement lié au Yaoi (Boy’s Love), de part son contenu. Cependant, la grande différence entre le Men’s Love et le Yaoi, sera le public cible, et par conséquent, le magazine de publication. Le public cible du Yaoi reste principalement des femmes, à la recherche d’une romance passionnée et fantasmée, qu’elles ne trouvent pas forcément dans les Shojo (où l’héroïne est souvent niaise et sans saveur [Note Elearya : Non ça ne sens pas DU TOUT le vécu ! ]) ou le Hentai (qui cible ici, principalement des hommes et donc où la femme est perçue comme un objet sexuel). Le public cible du Men’s Love est quand à lui, des hommes homosexuels ou bisexuels qui recherchent un transcription plus réaliste des différents partenaires sexuels ou des types de relations recherchés par les gays. Ainsi, les Bears (De l’anglais qui signifie ours : personnages musclés, poilus et baraqués) des Men’s Love sont bien loin des Bi-shonen (éphèbes au physique androgyne) des Yaoi. De plus, contrairement aux Boy’s Love, les scènes de sexe ne sont en aucun cas cachées. [Note Elearya : Bon ok. On trouve quand même pas mal de Yaoi non-censurés. Mais y’a quand même plus de retenue que dans le Men’s Love].

gokuvol2lileauxprisonniers170963250400     

Couvertures du vol.2 de Goku : L’île aux prisonniers (TAGAME) et de
l’Anthologie de ses oeuvres (The Passion of Gengoroth TAGAME)
On retrouve ici le style typique des Bears poilus et baraqués

[Remarque de Babiwan : Bon bah à défaut de Super Saiyan, on a des Oozarus… *prend la fuite*]

Le Grand Prêtre du Men’s Love : TAGAME Gengoroh

Je vous parle de TAGAME depuis tout à l’heure. Mais vous allez me dire ….. (*Une main se lève* – C’est qui TAGAME ?). Bingo. Alors, TAGAME Gengoroh est connu pour être l’ambassadeur du manga gay en France et dans le monde. Influencé par les œuvres du Marquis de Sade, il commence à publier ses premières œuvres en 1982 à l’âge de 18 ans dans un magazine Yaoi. Plus tard, deux autres magazines gays publient ses œuvres dont le célèbre Barazoku. Sa carrière démarre en 1986, à l’âge de 22 ans. A 29 ans, il publie ses œuvres dans le magazine gay Badi puis avec deux collègues, il fonde le magazine gay G-men, ciblant un public plus mature. Aujourd’hui ses œuvres sont publiées dans Badi. Dans une anthologie (Massive – Gay Erotic Manga and the Men who make it), il recense des manga gay écrits des années plutôt ainsi que leurs auteurs. Plus tard, un éditeur américain (Picturebox), publie une anthologie des œuvres de TAGAME : The Passion of Gengoroth TAGAME.

Je vous invite fortement à lire cette interview réalisée en 2013. TAGAME y parle de son parcours mais aussi (et c’est ce qui rends l’interview ultra-intéressante) de la culture gay au Japon. En plus, on peut la replacer dans le contexte historique du manga. (Bon je vous cache pas qu’elle est assez longue).

Approved by Elearya

Le style de TAGAME mélange pornographie homosexuelle et Sado-Masochisme. Ses personnages sont des Bears (chara-design typique du Men’s Love : Corps poilus, musclés à souhait, extrêmement détaillés, grosses b…outeilles …. ). TAGAME est connu pour ses scénarii axés BDSM (acronyme mixant plusieurs abréviations en une : Bondage & Discipline, Domination & Soumission, Sado-Masochisme), violences sexuelles et tortures physiques. Il est assez récurrent de voir des viols ou des abus sexuels dans un contexte militaire. Je sais ce que vous vous dites [Particulièrement vous, Babiwan et Meepow] « Oh mon dieu ! On est allés trop loin, nos yeux saignent et notre cerveau tremble ! ». Mais je vous arrête. Ici je ne vais pas vous parler de violences sexuelles ou de SM [Note de Babiwan : heureusement pour nous !]. Je vais vous parler du tout dernier manga de TAGAME qui est .. Surprise ! Un Seinen ! Promis, y’a pas de pièges. La preuve : Le premier tome (sorti fin Mai 2015 au Japon) a été réimprimé au moins quatre fois en moins de deux mois, le premier tirage s’étant écoulé en seulement 3 jours !

tagame01gaymangapioniergengorohtagamecmichaelgawronskiphotography

Gengoroth TAGAME

J’ai testé pour vous : Otouto no Otto (Le Mari de Mon Frère)

Synopsis : 

On suit l’histoire de Yaichi et sa fille Kana, qui reçoivent un jour la visite de Mike, le mari du frère jumeau de Yaichi, arrivé directement du Canada. Yaichi devra alors revoir et repenser les stéréotypes absurdes qu’il avait sur les homos, tandis que Kana met régulièrement les pieds dans le plat, avec la naïveté et la franchise décapante propres aux enfants de son âge. Les deux hommes vont tout deux apprendre l’un de l’autre, entre Mike qui se familiarise avec les us et coutumes japonaises et Yaichi qui découvre la culture canadienne.

www.nautiljon.com

Aperçu :

  • Année de parution japonaise2015
  • Année de parution française : 2016 (Vous pouvez retrouver le Tome 1 à l’As de Trèfle ! Merci Sosoro 😉
  • Type : Seinen [Note Elearya : Ce manga traite bien de l’homosexualité masculine. Cependant, TAGAME Gengoroth a décidé de traiter le sujet afin de faire passer un message et d’en faire une oeuvre tout public. Ce Men’s Love est donc publié dans le magazine Gekkan Action (King’s Game – Origines, Orange) qui est un magazine Seinen !]
  • Genres : Comédie – Drame – Tranche de Vie
  • Auteur : TAGAME Gengoroh
  • Éditeur JAP : Futabasha
  • Éditeur FR : Akata

Mon avis :

Au niveau du manga en général : Je trouve le chara-design plutôt sympa et réaliste. Comme on pouvait s’y attendre, rien à voir avec les Bi-shonen des Yaoi. On reconnait la patte de TAGAME. Comme c’est un Seinen, contrairement à ses purs Men’s Love où l’on voit tout tout tout, il a pris le soin de censurer son oeuvre (du moins les grosses … parties intimes *Teehee*) tout en gardant les beaux corps musclés de ses bears (Bref, je vais pas faire un dessin. Imaginez juste Mike ou Yaichi nus avec plein de poils quoi :v ). On retrouve là un léger fan-service pour ses lecteurs habituels.

kawaitagame

Kana dessinée par TAGAME
Qui aurait cru qu’un jour un dessin de TAGAME serait aussi KAWAII ? QUI ?!

 

Au niveau du scénario :

Je pense que Yaichi incarne la société japonaise qui considère l’homosexualité comme un sujet tabou. Il est gêné lorsque Mike Flanagan débarque du Canada sans prévenir. Il garde une expression polie et calme devant lui, mais l’esprit blindé de préjugés, il s’insurge et l’insulte mentalement. En son for intérieur, il aimerait cracher ses propos et préjugés homophobes (Très bien représentés sous forme de petite bulles : TAGAME coupe la vignette en 2 et représente la même scène à l’identique 2 fois : En dessous, ce que Yaichi dit calmement à Mike et au dessus ce qu’il pense réellement). Par exemple, choqué que Mike révèle son lien marital avec son frère Ryoji à sa fille Kana, il en vient même à hurler que le mariage entre homme est impossible lorsque la jeune fille lui pose la question (alors que Mike lui réponds naturellement et calmement que oui).

De ce fait, Yaichi ne sait pas comment aborder cette situation… Cela lui laisse un gout amer dans la bouche (Chtap ! Vous imaginez quoi, là ?). A force de réflexions, il commence à se poser des questions. L’éducation qu’il a reçue (donc celle de 90% de la population de la planète), lui imposant une famille composée d’une femme, un mari et des enfants serait en fait obsolète [Note Elearya : Halleluiah ! Lynou, on touche au but !].

Kana, elle, est une enfant. Elle ne comprends pas ce qu’il se passe, son père lui ayant caché l’existence de son frère. Elle découvre alors l’univers de l’homosexualité avec une vision tout à fait innocente, tiraillée entre le point de vue de Yaichi et celui de Mike. Elle est tout excitée à l’idée de cet oncle canadien sorti de nulle part (sans mauvais jeu de mot). Elle ne sait rien de ce qui tracasse son père. Elle ne voit en Mike qu’un gros bûcheron à la barbe de Père Noel amusant et intriguant. Elle cherche tout de même à comprendre la relation de ses oncles mais enchaîne les gaffes des enfants de son âge, ce qui rajoute une touche d’humour au manga.

Mike quant à lui est plus serein. Il aborde le sujet avec Kana de façon tout à fait naturelle et tente de lui expliquer que sa relation avec son oncle (et l’homosexualité en général) ne sont en aucun cas des actes étranges, malgré les réticences de son beau frère. Il est tout excité à l’idée de découvrir le Japon, patrie de son mari (au sens propre comme au figuré ^^ ) et n’est pas en reste d’anecdotes à propos de Ryoji. Il apprends même des choses à Yaichi qu’il ignorait sur son propre frère jusqu’ici.

Il en résulte donc un contraste entre les deux hommes : Un Yaichi hésitant, méfiant, ignorant tout de son invité si spécial qui devra surmonter ses préjugés homophobes et accepter la réalité et un Mike, enjoué, ravi, qui assume complètement son homosexualité et tente de découvrir les coutumes japonaise tout en essayant de transmettre le militantisme LGBT à Yaichi (le Canada étant plus avancé que le Japon au niveau des droits des minorités). Ensemble, ils se découvriront l’un, l’autre (sans mauvais jeu de mots vaseux) et partageront leurs cultures et leurs points de vue, le tout accompagné des gaffes innocentes d’une petite fille espiègle et curieuse (Bon ok vous avez le droit à des pensées perverses innocentes).

Je trouve que l’auteur a eu une bonne idée d’écrire ce manga. A la fois pour parler d’un sujet sérieux et tabou au Japon avec beaucoup d’humour et promouvoir la culture gay. Il réponds à pas mal d’interrogation et de préjugés qu’on pourrait avoir sur les homosexuels. C’est une superbe façon de passer le message et de tenter de changer les mentalités au Japon et à l’international sachant que la plupart de ses œuvres restent relativement choquantes. En tout cas, j’espère vous avoir donné envie de le lire parce qu’il vaut vraiment le coup !

Bonne lecture ! :v

[Avertissement de Babiwan : « Lasciate ogne speranza, voi ch’intrate » (« Laissez toute espérance, vous qui entrez »), La Divine Comédie de Dante, circa 1307-1321.

C’était ce que je voulais mettre originellement au début de l’article, surtout au vu de son titre, mais en réalité, nul besoin de le mettre. Elearya a su naviguer comme un bon capitaine pour vous présenter le Bara dans ses grandes lignes ainsi qu’un de ses auteurs phares (d’après ce que j’ai compris en lisant cet article, comme vous à l’instant) en se servant d’une oeuvre atypique et tout public réalisée par celui-ci. Ce qui permet de faire d’une pierre deux coups, et de réussir à vous présenter le Bara tout en nuances d’ombres (non il n’y en a pas 50, voyons !) et de vous dessiner habilement ses contours, sans avoir à mettre trop en lumière ce qui peut choquer au sein de ces œuvres (surtout quand on apprend la spécialité de l’auteur au sein du Bara, qui est donc hyper crue). D’un autre côté elle vous présente un succès littéraire qui a le mérite d’aborder des thématiques difficiles. Félicitations donc pour avoir rédigé cet article de qualité. Néanmoins, je précise que les propos des auteurs, surtout lorsqu’il s’agit d’engagements envers une certaine cause ou une autre (à degré divers), n’engagent qu’eux. … Et c’est sur ces paroles neutres qu’il se barra ! (Oups il a osé ! =D)]

[Edited by Babiwan]

Sosoro Investigations #19.01

 

ADT DISPO.jpg

SÉRIES EN COURS

SHONEN :

SHONEN

SHOJO :

SHOJO

SEINEN :

SEINEN

JOSEI :

JOSEI

SÉRIES TERMINÉES

SHOJO :

Manga - Manhwa - Je t'aime Suzuki Vol.18

JE T’AIME SUZUKI T18


NOUVELLES SÉRIES

Manga - Manhwa - Naruto Gaiden - Le 7e Hokage et la Lune écarlateNARUTO GAIDEN – LE 7E HOKAGE & LA LUNE ECARLATE

Dessin / Scénario : KISHIMOTO Masashi
Éditeur : KANA
Volumes parus : 1 VF / 1 VO (Terminé)
Genre : Shonen (Aventure, Fantastique)

Sarada est la fille de Sasuke et de Sakura. Enfin, c’est ce qu’elle pensait jusqu’à ce qu’elle découvre une photo de Karin. La ressemblance entre elles est frappante ! Décidée à tirer cette affaire au clair, Sarada se met en quête de son père qu’elle n’a plus vu depuis la petite enfance.
Accompagnée de Chôchô, elle profite d’un déplacement de Naruto pour le suivre. Mais sa route croise celle d’un étrange enfant muni de sharingans. Sa cible est clairement Sarada à qui il doit voler les pupilles… Comment la jeune fille va-t-elle se tirer de ce guêpier ? KANA


Manga - Manhwa - Mari de mon frère (le) Vol.1LE MARI DE MON FRERE T01

Titre originale : Otôto no Otto
Dessin / Scénario : TAGAME Gengoroh / TAGAME Gengorô
Éditeur : AKATA
Volumes parus : 1 VF / 3 VO (En cours)
Genre : Seinen (Social, Tranche-de-vie)

Yaichi élève seul sa fille. Mais un jour, son quotidien va être perturbé… Perturbé par l’arrivée de Mike Flanagan dans sa vie. Ce Canadien n’est autre que le mari de son frère jumeau… Suite au décès de ce dernier, Mike est venu au Japon, pour réaliser un voyage identitaire dans la patrie de l’homme qu’il aimait. Yaichi n’a pas alors d’autre choix que d’accueillir chez lui ce beau-frère homosexuel, vis-à-vis de qui il ne sait pas comment il doit se comporter. Mais ne dit-on pas que la vérité sort de la bouche des enfants ? Peut-être que Kana, avec son regard de petite fille, saura lui donner les bonnes réponses… AKATA

Lire un extrait


LES FLEURS DU MAL T01 & T02

Titre originale : Aku no Hana
Dessin / Scénario : ÔSHIMI Shûzô
Éditeur : KI-OON
Volumes parus : 2 VF / 11 VO (En cours)
Genre : Shonen (Fantastique, Thriller)

Une ville de province banale, un collège banal, un quotidien banal. Takao, élève moyen et timide, se sent enfermé dans ce monde étroit. Il n’a qu’une échappatoire : la lecture. Il est surtout fasciné par l’étrangeté des Fleurs du mal de Baudelaire. Ce recueil est devenu son livre de chevet, tout autant que son moyen de se différencier dans un monde gris où tout le monde se ressemble.

Il existe pourtant un élément de surprise incontrôlable dans son univers : Sawa, assise derrière lui en classe, refuse toute autorité en bloc. “Cafards !”, “Larves !” : elle ne rate pas une occasion d’exprimer sa haine et son mépris, même envers ses professeurs. Crainte de tous, elle est l’élément déviant de la classe.

Mais Takao préfère se concentrer sur la populaire Nanako. Il ne lui a jamais parlé et se contente de la regarder de loin. Alors quand il trouve abandonnés dans la salle de classe les vêtements de sport de l’objet de ses fantasmes, il ne peut s’empêcher de les ramasser… et de s’enfuir en les emportant, sur un coup de tête ! Pas de chance pour lui, Sawa l’a surpris en plein forfait… Avec un grand sourire, elle commence à le faire chanter : s’il ne veut pas qu’elle le dénonce, il doit obéir à ses ordres, même les plus fous ! KI-OON

Lire un extrait