Les articles sortis du Grenier de Babiwan : Le vent se lève [Avis rêveur]

Jiro droit dans ses bottes qui teste un avion. Je pense que c'est pas mal pour débuter l'article. Non ? ^^
Jiro droit dans ses bottes qui teste un avion. Je pense que c’est pas mal pour débuter l’article. Non ? ^^

[Edit Babiwan du Grenier : Originellement, cet article a été rédigé en décembre 2014, soit il y a presque deux ans. Comme pour le Babiwan du Grenier sur One Punch Man, l’auteur, par excès de flemmardise et/ou de perfectionnisme n’a à l’époque pas sorti l’article. Notez tout de même que l’article était resté dans une version purement texte, sans AUCUNE image.
Vous voyez la taille de mes pavés. Visualisez votre douleur, s’il n’y avait aucune image pour aller avec… 😀

Une rapide précision, en coup de vent (lol) : je n’ai pas mis de trailer, car j’ai un poil l’impression que ça spoil trop. Enfin bon c’est du chipotage, et je spoiles sans doute un peu moi-même. Du coup je vous ai surtout mis des images et des OST pour vous agrémenter cet article et le rendre potable !

Petite précision supplémentaire : Ici je n’irais pas vous donner les détails techniques du film, comme la composition des équipes d’animation ou le cast des Seiyuus, mais je me contenterais de la pure impression que m’a laissé le film en lui-même. C’est de l’art, c’est beau et… voilà XD

Sur ce, bonne lecture ! ]

Non franchement, il est beau ce film. La retranscription du Japon des années 1910-1940 est très travaillée. On a l'impression de voyager dans le temps avec le dessin...
Non franchement, il est beau ce film. La retranscription du Japon des années 1910-1940 est très travaillée. On a l’impression de voyager dans le temps avec le dessin…

Pour faire court en introduction, commençons par dire que « Le vent se lève » est un film d’animation produit par le légendaire studio d’animation Ghibli, studio très difficile à rater dans le paysage audiovisuel, disons, oh, juste depuis une trentaine d’années, une broutille !

Le Totoro, bien connu de votre rédactrice Sosoro, légendaire mascotte du Studio Ghibli ^^
Le Totoro, bien connu de votre rédactrice Sosoro (mais aussi de Natyva91, également surnommé… Totoro), légendaire mascotte du Studio Ghibli ^^ (qui a quand même bientôt 30 ans, puisque Mon Voisin Totoro date de 1988, un peu de respect pour vos aînés s’il vous plaît ! )

Le studio Ghibli est connu pour avoir animé certains des plus grands classiques de l’animation japonaise (Le château dans le ciel, Kiki la petite sorcière, Pompoko, Princesse Mononoké, Ponyo sur la falaise,…), et être composé d’équipes talentueuses, notamment avec des personnages comme Isao Takahata et Hayao Miyazaki.

Or, comme tout le monde le sait, Hayao Miyazaki est un dieu de l’animation japonaise… Comment ne pas faire d’article sur « le vent se lève » ?

[Edit Babiwan du Grenier : … bon. Il a pris un peu de temps à sortir ceci dit haha ^^’ ]

Un poète Français qui donne son titre à un film d'animation Japonais, c'est quand même pas courant ! ^^
Un poète Français qui donne son titre à un film d’animation Japonais, c’est quand même pas courant ! ^^

Son titre donne le ton : Il s’agit d’un vers du poète français Paul Valéry. Comme à son habitude le studio Ghilbi nous livre là une oeuvre poétique en effet. Le film ravira les amateurs d’aéronautique et les historiens en herbe en nous faisant suivre le parcours de Jirô Horikoshi de la fin de la Première Guerre mondiale jusqu’au début de la Seconde. (Il n’y a pas de scènes de batailles à proprement parler, à part dans des rêves très proches de l’impressionnisme, très figurés, et souvent dotés d’une forte puissance symbolique.)

Ces rêves sont quand même assez puissant. Ici on devine la faune de bombes allemandes, sombre présage du côté terrible et meurtrier que peut revêtir l'aviation...
Ces rêves sont assez puissants. Ici on devine la faune de bombes allemandes, sombre présage de la malédiction meurtrière qui affecte les avions, condamnés à être utilisés pour la guerre (comme tant de choses)…

Comme je le disais, les amateurs d’aéronautique et de mécanique seront ravis : Rivets, Ailes, Moteurs, Hélices, Éléments mécaniques divers et variés, règles à calcul…

Et une chtite règle à calcul, une !
Et une chtite règle à calcul, une !

Les passages sur la puissance mécanique et la vision éclatée des composants des avions alors même que le moteur vrombit feront frémir plus d’un fana de puissance chevaux.

Puisque je vous dis qu'on voit de la mécanique... XD
Puisque je vous dis qu’on voit de la mécanique… XD

Sans jamais alourdir le film pour autant, tant l’aspect mécanique et l’ingénierie aéronautique nous sont présentées sous un jour poétique, caractéristique des pionniers de l’aviation.

Jirô rêve littéralement sa passion pour les avions ! Un dévouement total qui ne laisse difficilement indifférent...
Jirô rêve littéralement sa passion pour les avions ! Un dévouement total qui ne laisse difficilement indifférent…

On ne peut s’empêcher de penser que Jirô soit de la même trempe que Georges Guynemer, Manfred Von Richtofen (Aka le Baron rouge), Caproni (son mentor indirect, ingénieur aéronautique italien que Jiro admire, récurrent dans le film ), Charles Lindbergh, Antoine de Saint-Exupéry (Auteur du petit prince, mais aussi pilote) et les autres pionniers de l’aéropostale, héros amoureux du ciel. Si Jirô n’est pas pilote, il a indéniablement l’amour du ciel, des nuages, des voyages et de la découverte.

Caproni et Jirô en train d'échanger en plein milieu d'un rêve de notre héros...
Caproni et Jirô en train d’échanger en plein milieu d’un rêve de notre héros…

[Edit rêveur de Babiwan du Grenier : Un amour de l’aviation qui rappelle beaucoup Porco Rosso. Un très beau film que je conseille aussi. ]

Pour le côté historique, Miyazaki trouble volontairement les cartes en ne nous donnant pas réellement d’indicateurs temporels dans le film (par exemple en nous annonçant directement en quelle année nous sommes ou en l’affichant à l’écran), mais en nous laissant vivre l’aventure poétique de ce petit garçon qui rêvait de concevoir des avions et qui réalise son rêve pour le vivre pleinement, avec ses obstacles, ses échecs et ses réussites.

Jiro met la main à la pâte (enfin plutôt dans l'huile) pour accomplir ses rêve
Jiro met la main à la pâte (enfin plutôt dans l’huile) pour accomplir ses rêve

Tout cela à échelle d’homme, comme le fleuve de la vie qui s’écoule. Ainsi au début du film devine t-on que nous sommes encore en 1918 à l’aide de la revue aéronautique et de l’annonce de la guerre touchant à sa fin. On reconnaît également le grand séisme du Kanto de 1923 ainsi que la terrible crise économique de 1929.

On devine le début des années 30 et on sent la Seconde guerre mondiale se rapprocher en voyant la coopération militaire nippono-allemande, et en entendant parler de personnages ou d’événements historiques comme Hitler, la guerre de Mandchourie ou le retrait du Japon de la Société des Nations (ancêtre de l’ONU). Pour le connaisseur / amateur historique, ces passages appréciés aideront à resituer l’aventure dans son contexte, pour les autres, ces détails ne sont jamais trop lourds, mais apparaissent doux comme le vent qui se lève : Ils suivent le léger courant du film, qui nous transporte doucement sans que l’on y prête garde. (un peu comme les OST, qui collent parfaitement et sont une vraie force du film, nous immergeant totalement dans l’histoire du film, sans même que l’on en prenne conscience ^^ )

  • Que préfères tu ? Un monde avec des pyramides ou un monde sans pyramides ?
  • Des pyramides ?
  • Les humains rêvent de voler dans le ciel, mais c’est aussi un rêve maudit. Le funeste destin des avions en fait des outils de carnage et de destruction.
  • Oui.
  • Malgré cela, j’ai choisi un monde avec des pyramides. Et toi, que choisis tu ?
  • Je veux créer de beaux avions.
Chacun ses merveilles (du monde). Pour certains ce sont des pyramides, pour d'autres des chefs d’œuvres d'animation... enfin pour d'autres, il s'agit de magnifiques appareils
Chacun ses merveilles (du monde). Pour certains ce sont des pyramides, pour d’autres des chefs d’œuvres d’animation… enfin pour d’autres, il s’agit de magnifiques appareils…

[Edit Babiwan du Grenier : Le vent se lève se distingue clairement d’un Joker Game, où la géopolitique et les relations internationales tiennent une place de prépondérante dans l’histoire. La militarisation du Japon, le poids des sociétés prêtes à entrer en guerre, les intérêts mondiaux des différents pays protagonistes, et autant de thèmes lourds y sont omniprésents et constituent bien plus des éléments centraux du récit que l’ambiance et le décor de fond qui participent à la beauté de Kaze Tachinu (le titre original). Lynou I see you. 90 pour 8 pour 2. ]

On est pas dans Joker Game, mais malgré tout, le film n'oublie pas de nous tremper dans le contexte
On est pas dans Joker Game, mais malgré tout, le film n’oublie pas de nous tremper dans le contexte

Le tout est agrémenté d’une romance qui ne saurait laisser indifférent. Là aussi, tout l’aspect poétique du film transpire et on ne peut que se laisser emporter par la douce brise de l’amour et de la vie… Même si parfois le film sait être violent et se transformer en violente tempête qui saura faire contre-pied à la douceur générale du film et nous arracher au plancher des vaches. Au sens propre avec le Séisme de Tokyo et les événements de l’Histoire comme au sens figuré avec la cruauté de la vie, à la fois belle et généreuse, mais aussi injuste et terrible…

« Jiro est humain ? » Eh oui…

Le spectateur lambda se laissera porter lui aussi par le flot des événements et la beauté du film (notamment sonore), même sans rien connaître à l’aviation, l’histoire, la politique, l’art ou même le Japon : Jiro et son histoire, sont avant tout celle d’un être humain qui vit sa vie pleinement, avec ses moments de joie et d’allégresse, de labeur, de repos, avec ses doux rêves, ses désillusions mais aussi des moments de tristesse, avec la dureté de la vie qui retombe comme l’épée de Damoclès qui attendait pour mieux retirer le bonheur accordé.

Le film ne saurait laisser indifférent pour peu que l’on se laisse emporter par le vent et que l’on s’envole vers le rêve éveillé que constitue le film. Aficionados de combats et de shônens à testostérone n’espérez pas ici voir de rudes combats éternels, vous frappez à la mauvaise porte ! Mais vous risquez d’être drôlement surpris et de trouver une violence insoupçonnée et des gouttes perler de vos joues pendant l’aventure !

Un beau rêve...
Un beau rêve…

Ecoute-moi, garçon japonais. Les avions ne sont faits ni pour la guerre ni pour les affaires. Les avions sont de beaux rêves, auxquels les ingénieurs donnent une forme.

Ces mots, prononcés par Caproni à l’attention de Jirô dans un de ses rêves, résument bien je pense l’épopée que nous raconte le film. Et c’est donc là-dessus que nous allons nous quitter. A plus pour un autre article de Babiwan ! (Mais pas du grenier cette-fois ci ;D)

Little Boy/20

(oups :p)                            [Oui j’ai osé XD]

Paul Valéry/20

[Note de Babiwan du Grenier : bon pour le coup, je trouve que j’ai pas grand chose à dire de plus. Sauf à vous faire un cours d’Histoire, je ne vois pas ce que j’aurais à dire d’autre sur ce très bon film, même s’il a été détrôné au box-office par Kiwi no na wa (que je n’ai pas encore visionné). Si vous avez aimé le Vent se lève, je ne saurais que vous recommander Porco Rosso, pour peu que vous n’ayez pas encore vu ce classique de Ghilbi. Pour le coup, la VF avec Jean Reno dans le rôle principal n’est pas désagréable ^^ ]

Du coup bah… Bonus hein, trailer VF de Porco Rosso (à vous de voir quel trailer vous avez préféré :p)

Auteur : Babiwan-Kenobi

A former history student who have a lot of free time

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s