Shingeki no Kyojin (Critique)

Shingeki article 1
(Ouh le vilain titan pas beau !)

 

Bien qu’ayant déjà été décortiqué précédemment par notre glorieux leader, Touky-Sama, dans son propre article à nos débuts ( https://manganc.wordpress.com/2013/12/31/shingeki-ni-kyoujin/ ), cet anime va ici avoir droit à son second article critique, faute d’avoir immédiatement une seconde saison.

Pour rappel, Shingeki No Kyojin, produit en 2013 par Wit Studio, filiale de Production I.G, est l’adaptation d’un manga de Hajime Isayama (Heart Break One, Orz), dont la prépublication a commencé en 2009 dans le Bessatsu Shônen Magazine. L’équipe de production était alors composée de Tetsurô Araki pour la réalisation (Black Lagoon, Death Note, Guilty Crown…), de Yasuko Kobayashi au scénario (Shakugan no Shana, Claymore, Jojo’s bizarre adventure…), et d’Hiroyuki Sawano au poste de compositeur musical ( Sengoku Basara : Samurai Kings, Ao no Exorcist, Kill la Kill… ).

En ce qui concerne l’histoire, sans trop spoiler, le synopsis devrait à peu près ressembler à ça :

« Suite à l’extinction quasi-totale de l’humanité en raison de l’apparition de monstrueux êtres géants connus sous le nom de Titan, ce qu’il restait des humains, dans une dernière tentative de les stopper, a construit de gigantesques murs pour se protéger des Titans.

Environ un siècle après ces funestes évènements, l’humanité a presque oublié le fléau que représente les titans et la peur, vivant en paix au sein de ces murs, les titans n’étant jamais parvenus à détruire ce fantastique ouvrage jusqu’ici.

Les murs qui protègent l’humanité sont organisés de façon concentriques, le mur le plus proche de la Capitale protégeant les habitants les plus opulents et important, tandis que les murs extérieurs couvrent davantage de surface, permettant ainsi d’exploiter d’immenses surfaces contenant des étendues d’eau, et des champs permettant de produire les aliments nécessaires à la survie de tous.

Shingeki article 5
(Ya même de la place pour des magnifiques champs de fleur ! )

En totale autarcie, l’humanité peut se permettre de vivre en paix au sein des murs Sina, Rose, et Maria (du plus petit au plus grand), sans jamais ressentir le besoin de mettre le pied dehors ou de risquer de rencontrer des titans…

Eren, Mikasa et Armin sont de jeunes enfants qui vivent paisiblement dans le district de Shiganshina, une des « villes-appâts » utilisées pour agglutiner les titans en des points précis et fournir une protection supplémentaire aux précieuses portes qui permettent d’aller à l’extérieur.

Alors qu’ils vivaient une paisible journée dans leur quotidien, survient l’impossible… Un gigantesque titan, plus grand que le mur qui protège l’humanité, fait son apparition et brise le mur ! Après le désastre, Eren, Mikasa et Armin, qui font partie des survivants qui sont parvenus à se réfugier derrière le mur Rose pendant l’exode, jurent de prendre leur revanche sur les Titans et s’engagent dans l’armée pour reprendre leurs terres et exterminer jusqu’au dernier ces monstres .

shingeki article 3
(Un sacré mur si vous voulez mon avis…)

 

 C’est le début d’une lutte sans pitié pour la survie de l’humanité… »

Shingeki article 4
(Oh le joli sourire du titan qui va passer à table =D )

Critique :

L’adaptation animée suit pas à pas les chapitres du manga, nous accordant même le bénéfice de quelques scènes inédites (ou hs, c’est selon le point de vue) exclusives à la série animée.

Niveau graphisme et animation, c’est une vraie claque visuelle que l’on prend. En particulier les scènes de combats, dont la fluidité n’a d’égale que la beauté de l’animation. L’équipement tri-dimensionnel qui permet aux humains de lutter contre les titans prend littéralement vie, et la dynamique du mouvement est parfaitement retranscrite.

(Vous verrez, c’est encore mieux dans l’anime que dans ce gif ! )

Bien que le chara-design ne soit pas exceptionnel, les émotions et détails du visage rendent très bien, et même sans innover, cela reste magnifique, et c’est tout ce qu’on demande ! Les décors, également, sont de toute beauté, Les cités humaines qui prennent vie et couleur sont particulièrement appréciables, d’autant que dans la version papier en noir et blanc, ce trait ressortait forcément moins.

Shingeki article 6
(La ville natale de nos héros en pleine effervescence )

Hiroyuki Sawano mérite d’ailleurs une mention exceptionnelle pour son travail sur la musique originale de l’anime, celle-ci collant parfaitement avec les émotions qui sont retranscrites visuellement. On sent toute la dimension épique ou tragique d’une action rien qu’à la musique, qui donne souvent la chair de poule tant on se sent aspirés dans l’action et le récit !

(Exemple : https://www.youtube.com/watch?v=7mWXLafGoNg)

En ce qui concerne le traitement des personnages, ici aussi, rien à redire. Les personnages principaux comme secondaires ne sont pas vides ni trop caricaturaux, et on sent qu’ils ont de la consistance, du caractère, et peut-être même des surprises à revendre. On pourrait penser que seul Eren, Mikasa et Armin seraient correctement approfondis, mais les personnages comme Sasha, Connie ou encore Petra, Hanji et Rivaille ne sont pas en reste. (Toutes proportions gardées par rapport à leur importance dans le récit, bien sûr). Même certains personnages qui font une brève apparition restent crédibles dans cet univers.

Shingeki article 7
(Même le vieux Hannès et ses compagnons de beuveries sont crédibles ! )

Et parlons en de cet univers ! Bien souvent, malheureusement, trop de mangas/ animés (mais aussi de production cinématographiques) souffrent des affres de la cohérence : trop d’éléments ne collent pas, la logique interne ne tient pas et est souvent brisée/ violée, par des éléments contraires introduits à postériori, ou souvent trop bancals.

Bien sûr, le lecteur/ spectateur, accepte que ce qu’il voit correspond à de la fiction et accepte ce monde, mais il le fait à travers le prismes des règles internes à ce nouveau monde, c’est à dire que l’auteur/ réalisateur introduit des éléments qui permettent de lui donner de la cohérence, à différencier du réalisme.

(Par exemple (SPOIL sur d’autres séries), Bleach est cohérent quand Ichigo sous sa forme de Shinagami peut voler et balancer des getsuga tenshos à tout bout de champ, et ce n’est pourtant pas réaliste. Par contre la cohérence en prend déja un coup par rapport à l’attitude et aux décisions des personnages, ainsi qu’aux Deus Ex machina et facilités d’écritures gratuites, comme quand Ichigo devient un métis humain/ shinigami/ quincy/ hollow/ roi des pirates/ ninja/ héritier de la planète Végéta. Ou quand on nous dit que les Arrancars sont un danger et que la plupart des Shinigamis s’en sortent sans même sortir leur bankai… (Papi Genryusai qui se laisse sceller par Wonderwice pour que son bankai ne soit pas révélé dans cet arc là c’est pas mal déja hein… On se rappelle que quand Kyoraku et Ukitake avaient voulu se rebeller il avait pas pinaillé et sorti direct son shikai… Pareil pour Juhabach et ses sbires, il sort direct le sabre sans chercher à capter leur niveau de puissance. Enfin je m’égare…))

Et justement, ici la cohérence est parfaitement respectée : que ce soit au niveau des personnages et de leur logique interne (leurs actions, interactions, objectifs, etc), du déroulement de l’action en général, des relations parfois tendues avec leur supérieurs autour des situations extrêmes qui abordent l’autorité et la soumission, des décisions à prendre lors de situations de combats, la stratégie, ou même la cohérence générale du monde entier que compose le dernier bastion de l’humanité, tout se tient.

Les décisions irraisonnées et autres éléments perturbateurs partent d’autres logiques qui sont elles-mêmes cohérentes, comme l’incapacité psychologique de certains à accepter les faits ou à appréhender la globalité d’une situation, c’est dire !

Shingeki article 8
(Par exemple ici, le jeune Eren découvre que l’herbe bah… ça pique. Un trouble psychologique qui le poursuivra longtemps… )

Que dire de plus ?

Ah oui… REGARDEZ-LE !

Plus sérieusement, il est difficile d’ajouter des éléments à cette critique sans spoiler, c’est pourquoi nous nous arrêterons ici dans l’analyse.

Pour conclure, Shingeki no Kyojin (L’attaque des titans), est un manga/ anime très intéressant qui traite d’énormément de sujets et les met bien en perspective entre eux, de sorte qu’on se sent happés par l’histoire et que l’on vit le récit que voient défiler les personnages. De l’action, de l’émotion, du sang, de la sueur et des larmes, de grands moments épiques/ dramatiques, et des interrogations profondes sur la nature humaine, les relations sociales et la composition de la société elle-même s’associent pour notre plus grand plaisir !

Par contre, Shingeki no Kyojin ne fait pas dans la demi-mesure. Ce qui fait sa force peut aussi faire sa faiblesse pour les autres : âmes sensibles s’abstenir, il y a de la violence, et pas qu’un peu, mais c’est bien ce qui donne à cette œuvre toute sa dimension !

Note : 18/20

Shingeki-no-Kyojin

Par ailleurs la saison 2 est confirmée, même si la date, elle, est en revanche sujette à rumeurs. En l’état actuel des choses il est probable que Shingeki no Kyojin saison 2 début en août-septembre 2015.

Sur ce, à vos claviers, et n’oubliez pas : Soyez des chasseurs et pas des proies !

[Babiwan-Kenobi]

Sources : Wikipédia, Animeka, Images d’épisodes

Auteur : Babiwan-Kenobi

A former history student who have a lot of free time

4 commentaires

  1. On la regardera ensemble, hein diiiiiiis 😀 On veux du sang ! Des tripes ! Des BOOBS ! Euh .. Non pas des boobs, quoique si Mikasa enlève son écharpe euh … xD GG BABIN ! 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s